Mobilisation internationale à la frontière franco-italienne 15-16 avril // International Mobilization at the Franco-Italian Border April 15-16

Partout en Europe et à ses frontières (parfois externalisées, comme en Turquie), les migrant-e-s se heurtent aux dispositifs militaro-policiers des Etats qui contrôlent, enferment, violentent et expulsent celles et ceux qui tenteraient de traverser « leurs » territoires ou de s’y installer.

A la frontière franco-italienne, rétablie en 2015, les migrant-e-s affluent autour de Vintimille pour tenter le passage, de plus en plus difficile, par la vallée de la Roya ou par Menton et ses environs. La traque des forces étatiques, très intense, a déjà coûté plusieurs vies. Pour les migrant-e-s arrêté-e-s, c’est la déportation, même s’illes sont mineures ou qu’ils demandent l’asile. Pour les soutiens, c’est la répression administrative et/ou judiciaire. Les procès de personnes solidaires ayant hébergé ou transporté des migrant-e-s se multiplient.

Pourtant, solidarités et résistances sont possibles. A Vintimille, elle a pris diverses formes : campements, presidio No Borders, passages massifs en force ou au compte goutte aidés par des personnes solidaire, manifestations, solidarités actives et actions diverses. Même si ces initiatives ont parfois été réprimées, elles nous montrent qu’il est possible, au moins pour un instant, d’ouvrir des brèches de liberté et de solidarité dans la forteresse.

N’oublions pas le rôle actif de l’impérialisme occidental et l’intérêt pour le capitalisme du caractère clandestin de l’immigration, pourvoyeur de main d’œuvre corvéable et d’épouvantail social sur fond de communautarisme national. Sans compter tous ceux qui s’enrichissent sur ce marché juteux (matériel high-tech, murs et barbelés, hébergement/enfermement, déportation…).

Face aux frontières et à la traque des sans-papiers, nous revendiquons la liberté de circulation et d’installation pour tout-e-s.

Nous appelons à une mobilisation internationale à la frontière franco – italienne pour :

● visibiliser la situation à la frontières
●  dénoncer et combattre la répression généralisée
● échanger autour des différentes réalités et luttes au niveau international. Créer des ponts dans la perspective d’actions communes et de  solidarité internationale pour briser l’ « Europe forteresse ».
● se mobiliser ensemble pour l’accueil inconditionnel ainsi que la libre circulation et installation de chacun-e

CONTRE LES FRONTIERS ET LEUR MONDE

Samedi 15 avril : à Flayosc aux usines de la Redonne; le dimanche: vers la frontière.Plus d’info: Mobilisationinternationale2017.noblogs.org

Everywhere in Europe and its internal and external borders, the Migrants are confronted with big military-police devices from states who control the borders, They are put in jail or retaining centers, treated violently and get deported if they attempt to cross ” their ” territories or Installations.

Since the French-Italian border was restored in 2015, the “Migrants” around Ventimiglia who try the passage through the valley of the Roya or by Menton and its surroundings, face more and more difficulties.

The hunt towards the migrants by the forces of European states is very intense and has already cost many lives. For the arrested migrants, the final sentence is deportation, even for minors that are seeking for asylum.

And for the ones that support them, they are confronted whit administrative law enforcement and / or judicial. The number of judicial trials are multiplying.

The concept of “illegal immigrants” is not a coincidence, this concept is a form of creating low cost man-power serving only imperialist and capitalist goals. It acts as a social scarecrow to divide us and making us always accept more control, precariousness and repression. Not to mention all those who enrich themselves on this market, between barbed wire, concrete and high-tech equipment.

Yet, solidarity and resistance are possible. Has Ventimiglia and elsewhere, it has taken various forms: campings, Presidio no borders, massive passages through the borders or helped migrants by people in solidarity, demonstrations, active solidarity and various actions. Even if these initiatives have sometimes been suppressed, they show us that it is possible, at least for a moment, to open breaches of freedom and solidarity in the EUROPE Fortress.

Facing their borders and the community blindness, we claim freedom of movement and installation for everyone.

We call for an international mobilization in the French-Italian border on 15th and 16th April for:

● Showing the situation at the French-Italian border and its surroundings
● Organize together, regardless of our administrative status, to denounce and combat the widespread repression
● exchange around the different realities and strategies of struggles, according to our territories and our concrete situations
● take the time to get to know each others better, with the intention of joined actions to break the “Fortress Europe”

AGAINST THE BORDERS AND ALL THEIR WORLD
More info: Mobilisationinternationale2017.noblogs.org

In tutta Europa e alle sue frontiere (a volte esternalizzate come in Turchia), i migranti si scontrano con i dispositivi di polizia militare degli Stati che controllano, bloccano, abusano e espellono  tutti coloro che cercano di attraversare o di installarsi nei ‘loro’ territori.

Alla frontiera franco-italiana, ripristinata nel 2015, i migranti affluiscono nei pressi di Ventimiglia per tentare il passaggio, sempre più difficile, attraverso la Valle del Roya o via Mentone e dintorni. Il controllo delle forze dello Stato, molto intenso, è già costato molte vite.
Per i migranti arrestati é automatico il decreto d’espulsione, anche per i minori o coloro che hanno già depositato la richiesta di asilo. Per le persone solidari è in atto un’intensa repressione attraverso l’applicazione amministrativa e / o giudiziaria. Si moltiplicano i processi a carico delle persone solidali che ospitano o  trasportano i migranti.

Eppure solidarietà e resistenza sono possibili. A Ventimiglia, ha assunto varie forme:  accampamenti, presidi No Borders, passaggi in forza per gruppi numerosi o al contagocce aiutati dalle persone solidali, manifestazioni, e varie azioni di solidarietà attiva. Anche se queste iniziative sono state più volte represse, esse mostrano che è possibile, almeno in qualche momento, di aprire delle breccie di libertà e solidarietà in questa fortezza.

Non dimentichiamo il ruolo attivo dell’imperialismo occidentale e l’interesse del capitalismo per il carattere clandestino dell’immigrazione, erogatore di manodopera sfruttabile e di spauracchi sociali sullo sfondo del comunitarismo nazionale. Senza considerare tutti quelli che si arricchiscono sulle questo mercato redditizio (attrezzature di alta tecnologia, muri e fili spinati, alloggi di retenzione, deportazioni …).

Di fronte alle frontiere e alla caccia di coloro che non hanno i documentati « giusti », rivendichiamo la libertà di circolazione e d’istallazione per tutte e tutti.

Vi invitiamo ad una mobilitazione internazionale sul confine Franco – Italiano per

– rendere visibile la situazione alle frontiere
– denunciare e combattere la repressione diffusa
– confrontarci sulle diverse realtà e le lotte Internazionali. Tessere dei nuovi legami con la prospettiva di azioni congiunte di solidarietà internazionale per far capitolare la “fortezza Europa”.
– mobilizzarsi insieme per l’accoglienza senza condizioni e la libertà di circolazione e d’installazione di ciascuno

CONTRO LE FRONTIERE E IL LORO MONDO
Per maggiori informazioni: Mobilisationinternationale2017.noblogs.org

An allen inneren und äusseren Grenzen Europas, sind Migranten mit staatlichen Militär- und Polizeisystemen konfrontiert. Mit Kontrollen, Verhaftungen und gewaltsamen Ausweisungen werden die Rechte derjenigen verletzen, die versuchen staatliche Territorien zu überschreiten oder sich niederzulassen.

Seit 2015 die Grenze zwischen Italien und Frankreich wieder eingeführt wurden, ist die Flut von Migranten die in Ventimiglia, dem Roya-Tal oder in Menton und dessen Umgebungen ankommen, mit immer grösseren Schwierigkeiten konfrontiert, diese zu überschreiten.

Die intensivierte Verfolgung durch die europäischen Kräfte und Staaten, hat schon mehrere Leben gekostet. Für die verhafteten Migranten ist die Folge die direkte Ausweisung, auch wenn sie minderjährig sind und Asyl beantragen möchten.

Die Menschen die solidarische Unterstützung leisten, sind mehr und mehr mit administrativer und/oder gerichtlicher Repression konfrontiert. Die Gerichtsverhandlungen nehmen zu.

Das Konzept der « Clandestin immigration », oder der« Illegalen Einwanderung » ist kein Zufall. Es ist die Basis um billige Arbeitsplätze zu schaffen, die nur imperialistischen und kapitalistischen Interessen dienen. Es ist ein Konzept um die Gesellschaft weiter zu spalten und uns dazu zu bringen mehr Kontrolle, Prekarität und Unterdrückung zu akzeptieren. Nicht zu vergessen all die Konzerne, die sich durch diese Situatiuon bereichern, mit Sacheldraht, Beton und High-Tech-Equipment.

Trotz all dem sind Solidarität und Wiederstand möglich!

Sowohl in Ventimiglia als auch an anderen Orten ist die in verschiedenen Formen sichtbar:
Camps, presidio No Borders, Passagen über die Grenzen, ermöglicht durch die Hilfe einfacher Leute, Demonstrationen, solidarische Akte und viele weitere Aktionen.
Auch wenn diese Initiativen teilweise Unterdrückung erfahren haben, zeigen sie uns, wenn auch nur für einen kurzen Moment, dass es möglich ist einen Zweig des Friedens und der Solidarität in der « Festung Europa » zu pflanzen.
Im Angesicht ihrer Grenzen und ihrem Mangel an gemeinschaftlichen Handlungen, fordern wir die Freiheit für Alle, sich zu bewegen und niederzuslassen.

Wir rufen auf zu einer internationalen Mobilisierung an der französisch-italienischen Grenze um:

die Situation an der französisch-italienischen Grenze und deren Umgebung sichtbar zu machen
uns zusammen zu Organisieren, egal was unser administrativer Status ist, um die weitverbreitete Repression zu denonzieren und zu bekämpfen
uns auzutauschen, über unsere verschiedenen Realitäten und Strategien in unseren Kämpfen, gemäss unserer Lage und konkreten Situationen
uns die Zeit zu nehmen für mögliche, gemeinsame Aktionen, um die « Festung Europa » zu brechen

GEGEN DIE GRENZEN UND IHRE WELT
Für weitere Informationen: Mobilisationinternationale2017.noblogs.org

 
إستنفار عالمي في حدود فرنسا و إيطاليا الأيام 15 و 16 شهر 4 لكي :
– نظهر الوضعية حول حدود فرنسا و إيطاليا

– نتنضم معا، بدون فرق فالحالات الادارية، لكي نوشي بالقمع المعمم و نكافحه

– نتبادل حول واقعييات و تخطيطات النضال المختلفة حسب أقاليمنا و وضعياتنى المحسوسة

– نستفيد من هذا اللقاء لكي نفكر في تناجز مشترك لنقصف “القلعة الاوروبية”

“ضد الحدود و عالمهم”

*المكان*

يوم السبت 15/04 سنكون في “فلايسك” في معامل “لا رودون” قرب مدينة “دراغيدنياً” ، 20 دقيقة من محطة القطار “الارك دراغينياً و من الطريق السريع و من الطريق الدولي

*برنامج*

April 4: Demo in Nice for Trial Against Solidarity// 4 Avril Rassamblament au Tribunal de Nice – HURRIA!

On the 4th of April will be the trial of someone acting in solidarity with people blocked at the borders of Europe.

We want to use this date as an occasion to attack politically and publicly the idea of “borders” and their consequences.

We do not recognize the justice of the courts, but we are repressed from them. We want this trial to be an occasion to create a common voice and not another media circus which manipulates our ideas and actions.

The last two years have seen the “device” at the border becoming more and more brutal, with systematic deportations to selection centres or even expulsions to countries like Sudan, Niger and other dictatorships.

Between Italy and France, the episodes of violence and “accidental deaths” are all too frequent.

That’s what we want to denounce collectively, inside and outside the court without speaking for those who endure the violence of the border.

There are no heroes neither victims, just those who don’t recognize or respect anymore the illness – borders.

Free circulation and freedom to settle for all! Hurria!

Demonstrations at the Courthouse of Nice
April 4th, 13:00
Place du Palaice de Justice

<FR>

Le 4 avril, il aura lieu le procès (l’énième) d’une personne solidaire avec les personnes bloquer a les frontières de l’Europe.

Ce procès ne constitue pas seulement l’accusation par la justice d’une personne solidaire, mais c’est aussi le procès de tous ceux et celles qui se révoltent contre les politiques migratoires européennes et contre la violence des frontières.

Nous voudrions utiliser cette date comme une occasion pour attaquer politiquement et publiquement l’idée de «frontière» et ses conséquences.
On ne reconnaît pas la justice des tribunaux, mais on en subi la répression. Que ce procès soit une occasion de plus pour faire émerger une voix commune et non l’énième cirque médiatique qui manipule nos idées et actions.

Les deux dernières années, le dispositif des frontières est devenu de plus en plus brutal, avec déportations systématiques vers des centres de tri ou même des expulsions vers des pays comme le Soudan, le Niger et d’autres dictatures.

Entre l’Italie et la France, les épisodes de violence et les « accidents » mortels sont très, trop fréquents.

C’est cela que nous voulons dénoncer collectivement, à l’intérieur et à l’extérieur du Tribunal, sans se substituer à ceux et celles qui subissent vraiment la violence des frontières. C’est à eux qu’il faut laisser la parole.
Il n’y ni héros ni de victimes, il y a juste tous ceux et celles qui demande l’abolition des frontières.

Libre circulation et libre installation pour tous et toutes.
Hurria !

RASSEMBLAMENT AU TGD DE NICE A’
H. 13:00 PLACE DU PALAIS DE JUSTICE

Arrest of 20 young migrants and supporter // Interpellation de 20 jeunes exilés et d’un militant

Yesterday, at 8:00, in Calais, while they were sleeping on a pile of gravel, with only sleeping bags for protection, approximately thirty migrants (the majority of them minors) were woken up by the CRS. Twenty of them were arrested.

An activist from the Legal Shelter, who was spending the night with them, to document fascist and police violence which is recurrent in this place, was also arrested as well. He was held in custody half a day, accused of an infraction of “occupying private property with a goal of establishing a domicile there.”

There was a call out for calling the Police Station in support of those arrested. Later in the day, both the migrants and the European activist were released.

<FR>

Hier matin vers 8h, à Calais, alors qu’ils dormaient sur un tas de gravier avec pour unique protection un sac de couchage, une trentaine d’exilés (majoritairement mineurs) ont été réveillés par les CRS. Un vingtaine d’entre eux ont été interpellés.
Un militant de la Cabane Juridique, qui passait la nuit avec eux pour documenter les violences fachos et policières qui sont récurrentes à cet endroit a également été interpellé. Il est en ce moment en garde-à-vue au commissariat de Calais. L’infraction qui lui est reprochée est “occupation d’un terrain privé en vue d’y installer un domicile”.
Les exilés et les militants ont été libérés hier, après des heures au commissariat.

Rassemblement pour protester contre l’expulsion des demandeurs d’asile vers le Soudan //Gathering Against The Deportation of Asylum Seekers to Sudan

Rassemblement pour protester contre l’expulsion des demandeurs d’asile vers le Soudan devant le ministère des Affaires Etrangères vendredi 31 mars 2017 de 15 h 30 à 18 h 30

Aujourd’hui 27 Soudanais attendant l’exécution de leurs arrêtés d’expulsion, car les autorités françaises ont entamé ces derniers mois des procédures d’expulsion pour un nombre croissant de demandeurs d’asile en provenance du Soudan sans prendre en compte la situation de guerre qui sévit dans plusieurs régions de ce pays et notamment au Darfour, dans les Monts Nouba, dans le Nil Bleu (le Quai d’Orsay déconseille fortement au ressortissants français de se rendre dans ces zones), ni les atteintes graves contre les droits de l’Homme dans l’ensemble du pays. La France semble ignorer que le général Omar El Bechir est le seul chef d’Etat en exercice qui soit poursuivi par le Tribunal Pénal International (TPI) pour des accusations de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. La France ne semble plus se souvenir non plus que les dispositions des conventions internationales interdisent le renvoi d’un demandeur d’asile dans son pays d’origine, si cela doit mettre sa vie en danger.

Il est important de souligner que les demandeurs d’asile soudanais, comme l’ensemble des demandeurs en provenance d’autres pays, ne bénéficient pas d’assez du temps pour préparer leurs dossiers, ni d’une assistance leur permettant de comprendre les procédures complexes de la demande d’asile et des limites juridiques et administratives à ne pas dépasser. A cela s’ajoute les problèmes de communication liés au nombre insuffisant d’interprètes en arabe soudanais mais aussi dans les autres langues parlées de ce pays.

La majorité des demandeurs d’asile soudanais arrivent en France après une traversée périlleuse de la Méditerranée et un voyage long et éprouvant à travers plusieurs pays avec les conséquences physiques et psychologiques que l’on imagine sur ces jeunes gens qui quittent leur pays et leurs familles pour la première fois. Arrivés en France, ils sont contrains de dormir dans les rues des grandes villes. Ils déposent leur demande d’asile dans des conditions indignes malgré l’aide et les efforts déployés par les ONG.

Avec ce rassemblement, nous appelons les autorités françaises à arrêter immédiatement l’expulsion des demandeurs d’asile soudanais vers leur pays d’origine car ils sont victimes dès leur retour de pressions, menaces, d’interrogatoires « prolongés » et de toutes sortes de discriminations. Les organisations humanitaires et de défense des Droits de l’homme avaient signalé dans le passé des cas de disparition parmi les expulsés vers le Soudan, mais aussi des meurtres, comme celui de Mohamed Ahmed Mahmoud le 21 novembre 2016 les services soudanais avait expliqué sa mort pendant les interrogatoires par le fait qu’il s’était jeté de la fenêtre du cinquième étage.

Arrêtons l’expulsion des demandeurs d’asile vers le Soudan

Rassemblement organisé par les activistes et les associations soudanais en France

Lieu de rassemblement :
Ministère des Affaires Etrangères
37, Quai d’Orsay 75007 Paris
Métro Ligne 8 et RER C : Gares des Invalides, coté Esplanade des Invalides
_________________________________________

<ENGLISH>

Gathering Against The Deportation of Asylum Seekers to Sudan!
In front of the Ministry of Foreign Affairs, Friday March 31, 2017: 3:30 – 6:30pm

Today, 27 Sudanese people are awaiting the carrying out of the orders for their deportations, as the French authorities have initiated an increasing number of deportation procedures for an increasing number of asylum seekers from Sudan, without taking into account the war situation in several parts of the country, notably in Darfur, Nuba Mountains, Blue Nile (the French Foreign Ministry strongly discourages French nationals from visiting these areas), nor taking into account the serious human rights abuses in the country as a whole. France seems to ignore that General Omar al-Bashir is the only acting Chief of State who is pursued by the International Criminal Court (ICC) for charges of genocide, war crimes, and crimes against humanity. France also doesn’t seem to remember anymore that international conventions prohibit refoulment – the return of an asylum seeker to her/his country of origin, if it will put his/her life in danger.

It’s important to highlight that Sudanese asylum seekers, like all applicants from other countries, have neither sufficient time to prepare their cases nor assistance to understand the complex asylum procedures and the legal/administrative limits not to be exceeded. In addition, there are the problems of communication which can be linked to the insufficient number of interpreters of Sudanese Arabic as well as other languages spoken in that country.

The majority of Sudanese asylum seekers arrive in France after a perilous crossing of the Mediterranean and a long and challenging journey through several countries – with the physical and psychological consequences one can imagine for young people who leave their country and their families for the first time. When they arrive in France, they are forced to sleep in the streets of big cities. They submit their demands for asylum in undignified conditions, despite the efforts employed by NGOs.

With this gathering, we call on the French authorities to immediately stop the deportation of Sudanese asylum seekers to their country of origin, because upon their return they are victims of pressuring, threats, “extended” interrogations, and all sorts of discrimination. Humanitarian and human rights organizations have reported cases of disappearances amongst those deported to Sudan in the past, as well as reported cases of murders, like that of Mohamed Ahmed Mahmoud during interrogations on November 21, 2016, which the Sudanese services had explained as him having thrown himself out of a fifth-floor window.

Stop the deportations of asylum seekers to Sudan!

Gathering organized by Sudanese activists and associations in France

Place of gathering:
Ministry of Foreign Affairs
37, Quai d’Orsay 75007 Paris
Metro Line 8 and RER C : Gares des Invalides, on the side of Esplanade des Invalides

Réunion inter-migrant.e.s samedi 18 mars, paris / « Marche pour la Justice et la Dignité », 19 mars, Paris

Une coordination inter-migrant.e.s ainsi que des collectifs de soutien parisiens organisent une journée de discussion samedi 18 mars à l’E.N.S (Ecole Normale Supérieur, rue d’Ulm, Paris V).

Cette journée à pour but de créer un espace de discussion et de coordination de lutte entre personnes migrant.e.s, réfugié.e.s, en situation régulière ou non sur le territoire français et ce quelque soit leur situation administrative, pour faire face à certaines problématiques que ces personnes rencontre dans leur parcours en (f)Rance.

Les thématiques qui seront abordées seront : la situation des personnes sans papiers officiels, les problèmes de logement ainsi que les problèmes du travail. D’autres groupes de discussion pourront être mis en place en fonction des envies.

Un des objectifs de cette rencontre est aussi de définir un ou plusieurs messages politiques à revendiquer et exprimer le 19 mars, jours de la « Marche pour la Justice et la Dignité », marche qui s’inscrit dans la lutte contre le racisme d’état, les violences policières, la Hogra (humiliations), la traque des migrant.e.s etc…

Un soutien des organisations, collectifs et associations pour faciliter la rencontre du 18 mars est implicitement demandée, bien que celle-ci ait pour objectif de se dérouler en non mixité migrant.e.s, réfugié.e.s, etc.

Ce soutien pourrait être, dans un premier temps, de diffuser cet appel auprès des exilé.e.s (cf INVITATION EnglishINVITATION Persanدعوة لحضور الاجتماعINVITATION Francais), et ensuite de coorganiser des convoyages pour que les personnes en situations irrégulières puissent s’y rendre et revenir sans craintes des contrôles et arrestations dans les gares, mais aussi de trouver des espaces de couchages à paris et alentours pour celleux qui souhaiteraient s’y rendre pour les deux journées…

 

La volonté de distanciation dans les processus de revendication et d’organisation entre « personnes concernées » et « soutiens », émane directement des différentes organisateurices de ces deux journées qui sont pourtant deux entités différentes .

Pour elleux, et pour une partie du champ politique dit « soutien », il est extrêmement important, dans le contexte actuel, de soutenir les processus de lutte auto-deterministe des personnes qui font face au racisme d’état ou racisme institutionnel, et ce pour en finir avec les dynamiques patriarcales et racistes de certaines organisations politiques et humanitaires (ou au moins les combattre…).

Depuis trop longtemps en effet, nombres d’entre elles se positionnent en interlocutrices et actrices exclusives vis à vis des pouvoir politiques (par exemple en assistant/soutenant directement l’état dans la mise en place de ses dispositifs) et maintiennent les premières concernées dans une positions de subalterne.

Ces processus minimisent les revendications politiques des personnes ciblées, facilitent la mise en place de politiques gestionnaires de la soit disant « crise migratoire » ou « crise humanitaire », et éloignent du débat l’idée d’une « crise politique ».

(page de la marche du 19 mars) https://www.facebook.com/events/229799817462539

 

affiche19m

 

 

Mardi 14 mars : squat du “moulin blanc”, procès en appel à Douai ! // Squat of “Moulin Blanc,” appeal trial in Douai!

Tardivement mais pas trop tard pour autant, organisons-nous pour le procès en appel à Douai, mardi 14 mars à 9h, des 8 personnes qui avaient été relaxées à Boulogne le 1er avril 2016, après avoir été arrêtées au squat du “moulin blanc”.

Cet ancien accueille de jour, abandonné depuis des années, avait été ouverte un peu plus tôt puis occupée par des personnes du collectif « Salut ô toit » et avait pour but d’accueillir les personnes à la rue à calais (dans le contexte de l’évacuation de la zone sud du bidonville).

Une forte mobilisation et de nombreux soutien s’étaient manifestés à l’occasion du procès en première instance à Boulogne.

Il serait bienvenu que celle-ci soit suivie pour ce procès en appel, compte tenu de la sévérité légendaire de la cour d’appel de Douai et du contexte dans lequel ce procès va se dérouler :
traque des personnes exilées jusque dans leurs lieux de vie et les espaces de solidarité (notamment aux douches du secours catholique), destructions systématiques des micro-campements qui se réorganisent aux périphéries de la ville, brigade anti-squat de la gendarmerie qui circule jours et nuits, calaisiens en colère à l’appui…

Le résultat de ce procès – si les accusées étaient reconnues coupables serait un nouveau signe de la volonté de criminaliser certaines formes de soutien aux personnes exilées et une volonté affichée de maintenir le combat contre l’apparition de nouveaux lieux de vie et de solidarité dans le calaisis.

Soyons nombreuses à réclamer une nouvelle relaxe, mais aussi des espaces ouverts pour toutes les personnes quel que soit leur statut, à soutenir toutes les ouvertures, à faire face à la ségrégation spatiale et raciale à calais et ses alentours, à ses conséquences sur les exilé-es et dans une certaine
mesure sur celleux qui les soutiennent.

Pour en savoir plus sur l’ajournement du procès d’appel, sur le procès en première instance (et ici), sur l’information et sur un communiqué sur l’ouverture du squat (ici aussi).

_________________________________________________________

<EN>

Late notice, but not too late, let’s organize ourselves for the appeal trial in Douai, Tuesday, March 14th at 9 o’clock. The eight people who were freed at the initial trial in Boulogne-sur-Mer in April 2016, after being arrested in the squat of “Moulin Blanc.”

This former housing shelter, abandoned for years, was opened a little earlier, then occupied by people from the collective «Salut ô toit» and was intended to welcome people from the streets of Calais (in the context of the eviction of the southern half of the “jungle”).

A strong mobilization gathered and numerous support was expressed at the time of the trial last April.

It would be welcomed that the same would happen for the appeal trial, considering the well-known severity of the Court of Appeals of Douai, and the context in which the trial will take place: the hunting down of migrants in their living spaces and spaces of solidarity (notably the showers of Secours Catholique), systematic destruction of micro-camps on the outskirts of the city, anti-squat brigade of the gendarmes which circles the city all day long, and Calasiens en Colere in their support…

The results of the trial – if the accused were to be found guilty – will be another sign of the will to criminalize certain forms of support for migrants and of a demonstrated will to keep up the fight against the emergence of new living spaces and spaces of solidarity in the Calais region.

Let’s be many in demanding a new dismissal of the charges, but let’s also demand open spaces to all people regardless of their status, support all openings of spaces, and confront the segregation of spaces and racial segregation in Calais and surround areas, and it’s consequences on migrants and to a certain extent on those who support them.

Read more information about the postponement of the appeal trial, of the initial trial (and here), and information and a communique about the opening of the squat (also here).

Another deportation to Sudan // Encore une déportation vers le Soudan

Malheureusement, la personne érythréenne pour laquelle nous vous alertions la semaine dernière a été déportée vers le Soudan mardi soir. Alors que les représentants du consulat qui l’ont reconnu comme soudanais avaient menti en se présentant comme une “ONG américaine” et ce avant le délai de 48h, aucun tribunal français n’a invalidé cette décision.

Quand la justice aide l’État à bafouer ses propres lois, ce n’est plus seulement leurs prisons pour étrangers qu’il faut brûler mais les tribunaux avec.

//

Unfortunately, the eritrean person we already warned you for last week, got deported to Sudan tuesday night. Even if the ambassy representatives who identified him as sudanese lied by presenting themselves as a “american NGO” and this has happened before the statutory time limit, no french court invalidated this decision.

When the justice help the State to flout its own laws, it is not only their prisons for foreigners that we should burn, but all the courts with them.