Evictions in Calais and Paris

Today the French police evicted the Squat Galloo and the jungle near the Leader Price supermarket. Opened in July 2014 by a collaoration between associations, migrants and activists, at one point home to over 300 people, Galloo was a space in Calais for people to gather, share a meal, charge phones, and rest. It was people’s home.

This morning at 6am the eviction at Galloo started by 10am the numbers of police had increased. The police surrounded the 12,000m square disused metal reclamation building blocking off all possible exits. People staying inside were given a limited time to collect possessions and were escorted from the building through a side entrance. Reports claim that 66 people were arrested and around 40 of them were taken to the detention center in Coqulles, although this is not confirmed. There is now security on the premises.

At the Leader Price Jungle, which had already experienced a semi-eviction earlier this year, scores of Gendarms cleared the area around the supermarket, forcing people from their sleeping spaces. There are reports of arrests from here aswell.

The new destination for the people ejected from their shelters, the open air prison on the outskirts of Calais, the new jungle surrounding the Jules Ferry Center. Those evicted today were those who had been resisting against the ‘voluntary’ move to the new day centre for over two months, having been pressured by the police and other state organisations to leave at the end of March. Here is a statement from the residents in Galloo, written back at the end of March to explain why they didn’t willingly move to the new centre.

This police operation was co-ordinated as well with the eviction of a large jungle in La Chapelle in Paris, which was home to over 350 people.

 

 

Someone killed on the A16

On Sunday night, a man was killed crossing the A16, around the exit for the Eurotunnel.

In the last years more and more people are being severely injured and killed on the major highways around Calais as they are being forced to take more and more risks trying to get to England.

This death, as are the others are a direct consequence of the British and European border regimes. We will not let this death be silenced. We will not rest until there is freedom of movement for all.

Crise humanitaire à Calais ! / Humanitarian Crisis in Calais Now !

Crise humanitaire à Calais.

Une crise humanitaire se déroule actuellement à Calais. Les exilé-es ne reçoivent pas assez de nourriture pour manger. Le Centre Jules Ferry fourni seulement un repas par jour à la moitié des exilé-es (1800 repas par jour). Le Centre est également extrêmement loin des lieux de vie à l’ouest de la ville , ce qui rend la situation alimentaire encore pire dans ces lieux de vie. Il y a seulement deux points d’eau pour les exilé-es dans la ville, l’un est au Squat Galloo (une lance à incendie) et l’autre au Centre Jules Ferry (trois robinets), pas de point d’eau pour le camp plus à l’ouest. Dans Jules Ferry le point d’eau est très loin, il est difficile de transporter de l’eau pour toutes les personnes vivant sur le Bidonville autour du centre. Les gens ont besoin davantage de tentes pour dormir, mais il n’y a pas plus de tentes à distribués. Il y a aussi pas assez de capacités de soins médicaux pour traiter tout le monde qui en a besoin. Plus de cent femmes vivent dans les jungles sans aucun accès à la structure censé les mettre à l’abri (pas d’accès séparé pour elles aux repas ou aux installations sanitaires). Un nombre encore plus grand de mineurs isolés vivent dans les jungles sans aucun suivie particulier.

Les autorités sont très désireuses de construire de nouvelles clôtures et d’isoler les personnes en dehors de la ville , mais sont incapable ou refuse de fournir suffisamment de ressources pour couvrir les besoins humains fondamentaux dans le dénis total des droits humains.

————————————————————-

Humanitarian Crisis in Calais Now

There is a Humanitarian crisis is happening in Calais at this very moment. People are not getting enough food to eat. The Jules Ferry Centre is only providing one meal a day to only half of the migrants (1800 meal a day). The food situation is even worse for people who stay in the western part of the city as the Jules Ferry Centre is very far. There are only two places in the city where people can get water, one in Galloo and the other in the Jules Ferry Centre, none near the western camp. In Jules Ferry the water point is very far to carry water for many people who stay in the jungle around the center. People need more tents to sleep in, but there are no more tents to be distributed. There is also not enough medical supplies or personel to treat everyone in need. Over one hundred women live in the jungles outside of the center and do not have acsess to the womens shelter which is already filled to capacity. The are forced to que with thousands of men to use the same sanitation facillities. There is also now a large poppulation of children under the age of 18 in the jungles who are living and traveling alone without any support.

The authorities were very keen to build new fences and segragate people outside the city, but are unwilling to provide enough resources to cover even their basic human needs in a total denial of their humans rights.

Calais Migrants Solidarity saisit de nouveau le Défenseur des droits !

Calais Migrants Solidarity saisit de nouveau le Défenseur des droits !

Les images du 5 mai 2015 mises en ligne par Calais Migrant Solidarity ont pu montrer diverses violences policières à Calais à l’encontre de personnes étrangères.

Ce document confirme un phénomène récurrent de la part des forces de police. Ces images ne sont qu’un échantillon infime de ce qui se passe chaque jour à Calais : violences psychologiques et physiques de plus en plus importantes à l’encontre des exilé.e.s qui souhaitent rejoindre l’Angleterre, mais également à l’encontre des personnes demandant l’asile en France, des personnes ayant déjà le statut de réfugié politique, ainsi qu’à l’encontre des militant.e.s associatifs. Ces violences quotidiennes ont lieu dans les camions, sur les lieux de passage en Angleterre, mais également sur les lieux de vie des exilé.e.s, à proximité des dispositifs humanitaires (entravant ainsi leur accès) ou encore dans les rues de Calais.

Les preuves sont difficiles à accumuler, les violences ayant la majeure partie du temps lieu loin des regards. Lorsqu’il y a des témoins, les caméras et appareils photos sont régulièrement détruits par les forces de l’ordre. Les procédures judiciaires sont peu nombreuses, il est en effet compliqué pour les personnes de déposer plainte auprès de leur agresseur, à savoir les forces de l’ordre…

Ainsi, nous souhaitons insister sur le fait que cette vidéo n’est qu’un exemple du harcèlement et des violences ayant lieu à Calais, la partie visible de l’iceberg, rien de plus.

Nous avons de nouveau saisi le Défenseur des Droits, Mr Toubon, en lui transmettant des vidéos, des photos et des témoignages récents concernant des faits de décembre 2014 à mai 2015.

Violences à Calais :

Cette saisine n’est pas la première : Une saisine du défenseur des droits en 2011 avait déjà aboutie à une condamnation de la France en 20121, une nouvelle saisine sur les faits de 2012 à 20142 est toujours en cours, un rapport de Human Rights Watch3 en janvier 2015 faisait état des violences…

Combien en faudra-t-il encore pour que ces violences cessent ?!

Arrêtons les politiques répressives et meurtrières, de Calais à Lesbos et partout où il y a des murs on enferme et maltraite les êtres humains : Stop à la forteresse Europe ! Liberté de circulation et d’installation pour tou-te-s !

1 Calais : Cette frontière tue https://calaismigrantsolidarity.files.wordpress.com/2011/09/rapport-no-border-calais-frontic3a8re-qui-tue-juin-2011.pdf Condamnation du Défenseur des Droits : http://www.gisti.org/IMG/pdf/ddd_decision_2011-113_calaisis.pdf

(que nous nous étonnons de ne pas retrouver sur le site du Défenseur des Droits…)

2 Calais deux ans après : harcèlement policier, discriminations. https://passeursdhospitalites.files.wordpress.com/2015/01/synthc3a8se.pdfChronologie non exhaustive des violences https://passeursdhospitalites.files.wordpress.com/2015/01/chronologie.pdf

3 France : les migrants et les demandeurs d’asile victimes de violences et démunis http://www.hrw.org/fr/news/2015/01/20/france-les-migrants-et-les-demandeurs-dasile-victimes-de-violence-et-demunis

NOUVELLE ALERTE : RISQUE D’EXPULSIONS VERS LE SOUDAN / / NEW THREATH: RISK OF EVICTION TO SUDAN

Nous avons appris que des exilés soudanais ont été arrêtés vers le campement du fort Nieulay ces derniers jours. Une partie d’entre eux ont été placés en rétention au CRA (Centre de rétention administrative) de Coquelles, à côté de Calais, ; d’autre à Paris et peut être à Lille avec une décision d’expulsion vers le Soudan.

Pour rappel le 15 janvier 2015 la France était de nouveaux condamné par la CEDH pour des tentatives de renvoi au soudan en raison des traitements inhumains et dégradants que risquaient de subir deux personnes en cas de renvoi au Soudan.

De plus en 04 Mars 2015 la comission Tom Lantos du congres des U.S.A condanait la poursuites des violations des Droits de l’Homme au Soudan. (http://tlhrc.house.gov/docs/transcripts/20150304%20Sudan%20Hearing%20Transcript.pdf)

Voir aussi le rapport de human right watch : http://www.hrw.org/africa/sudan

Prenez contact avec Préfet du Pas-de-Calais, Denis Robin, pour exiger l’arrêt des procédures d’expulsion vers Soudan.

par téléphone : 03.21.21.20.00

par fax : 03.21.55.30.30

sur le formulaire de la préfecture : http://www.pas-de-calais.gouv.fr/Contactez-nous

– – – – – – – – – – – – – – – – – –

NEW THREATH: RISK OF EVICTION TO SUDAN MAY 2015

France is trying again to deport refugees to sudan. At least one person is actually in the Detention Center in Coquelles, four are in Paris, and there may be more in Lille with an expulsion order to Sudan.

There was a court ruling on the 15th January, 2015 By the ECHR where it was decided that France would not deport to Sudan because it would be to dangerous for the people returning.

On the 4th of March, 2015 TOM LANTOS HUMAN RIGHTS COMMISSION in U.S.A reported that that the Sudanese government was still violating the human rights act. (http://tlhrc.house.gov/docs/transcripts/20150304%20Sudan%20Hearing%20Transcript.pdf)

You can also see the report from Human Right Watch : http://www.hrw.org/africa/sudan

Get in contact with Prefect of Pas-de-Calais, Denis Robin, to demand no deportations to Sudan:

Telephone: 03.21.21.20.00

Fax: 03.21.55.30.30

on the form of the Prefecture: http://www.pas-de-calais.gouv.fr/Contactez-nous

VIDEO Violences policiere juste apres la visite de M. Cazeneuve a Calais (4 mai 2015)

Ces images ont été capturées le 5 mai 2015, dès 8h du matin et tout au long de la journée, sur la branche d’autoroute menant au port ferry de Calais (A216). Ce sont juste quelques exemples du quotidien : l’ordinaire de la brutalité policière à l’encontre des candidats au passage entre Calais et l’Angleterre, qui tentent de se dissimuler dans les camions. Calais Migrants Solidarity entend aussi rappeler les conditions difficiles dans lesquelles ce travail peut être réalisé.

1- à 0’12, Trois membres des Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) forcent une personne qui s’était cachée dans un camion à repasser de l’autre côté de la barrière. L’un d’entre eux pousse violemment une personne et la projete ainsi vers le bas-côté. A la fin de la séquence (0’22”) un second policier décharge une salve de gaz lacrymogène à l’aide d’un spray alors que les deux exilés étaient déjà en train de fuir.

2 – à 0’28”, Un CRS évacue une personne qui s’était cachée dans un camion, et le projette violemment de l’autre côté de la glissière de sécurité.

3 – A 00’42”, Sur la bretelle d’autoroute A16, en direction de l’Eurotunnel. Une voiture de police ralentit et décharge une salve de gaz lacrymogène en passant à proximité d’un groupe de migrants se trouvant de l’autre côté de la barrière, comme pour les dissuader d’essayer de la franchir.

4 – à 00’51”, Une personne est violemment projetée à terre, hors du camion. Un membre des CRS la poursuit, lui assène plusieurs coups de pieds au sol. L’homme parvient à se relever et tente de s’enfuir, mais reçoit alors de nouveau coups de pieds et coups de poing. à 1’09, nouvelle salve de gaz lacrymogène par son collègue, à gauche sur l’image.

5 – à 1’15”, Un CRS évacue une personne qui s’était cachée dans un camion, et le projette violemment de l’autre côté de la glissière de sécurité.

6 – à 1’24”, Un CRS menace de sa matraque et court en criant afin de faire fuir un groupe de migrants, comme par jeu.

7 – 1’40” : Scène filmée le 22 avril 2015 à proximité de la bretelle de l’A16 et de l’Eurotunnel. Un des cameramen du groupe filmant les violences policières est poursuivi par la police, immobilisé et encadré par plusieurs policiers, il est jeté à terre, un genou sur sa tête.

8 – 1’55” : Un CRS frappe la glissière de sécurité avec sa matraque, menaçant un groupe de migrants.

Rappelons qu’en janvier dernier, l’ONG Human Rights Watch avait publié un rapport dénonçant les violences policières, entraînant une réaction condescendante, dénégatrice du ministère de l’Intérieur (“le Gouvernement déploie des réponses globales et adaptées.”).

http://www.hrw.org/fr/news/2015/01/20/france-les-migrants-et-les-demandeurs-dasile-victimes-de-violence-et-demunis

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Accusations-publiques-contre-les-forces-de-l-ordre-formulees-par-l-association-Human-Rights-Watch

Plus d’information :

(EN/FR) https://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/

(FR) https://passeursdhospitalites.wordpress.com/