Coming To Calais/ Venir à Calais

Since 2009 Calais Migrant Solidarity / Calais No Borders has tried to keep a constant presence in Calais to support people with and without papers facing daily harassment and abuse from the border regime.

This is a brief introduction to help prepare you if you are planning on coming to Calais in support.

Please contact us if you are planning to come – if it is near the time you are coming call/text the comms phone, people can be slow on the emails. Please keep in mind though that we do NOT have a volunteer program and are NOT a humanitarian association, charity or NGO working in, or running, the jungle.

We do have information on the ground to brief people that come. We have zines and leaflets in Calais, including bustcards and legal information, so please make the time to read them and ask people to fill you in when you arrive.

Depending on the situation at the time, or who is around, introductions can sometimes be difficult. Please be aware that it can take time to adjust to Calais and become clear on how or where to be involved.

How long can I stay?

At the moment, it is not necessarily helpful for us for people to come for short periods of time especially if they have not been to Calais and involved with us before. We ask that people coming, and especially if you are coming for the first time, that you take at least one week and preferably two to stay in Calais. We don’t always have so much capacity to be introducing and briefing everyone who is arriving and it is especially tiring if people aren’t going to stay for very long.

It is also difficult to achieve much in a short period of time so its good to have realistic expectations of what you can do with the amount of time you have.

Where can I stay?
Over the years a big part of what No Borders has been doing in Calais has been supporting people with sleeping places – finding squats and building shelters etc. However, since the move to the new jungle and the start of the ‘zero-tolerance’ of squatting last year, this is happening less.

Its good to call the comms phone or email to ask about current sleeping places, and its also good to prepare and self-organise where you can stay as well. While we try to have a space for new people coming to Calais to stay, the situation is turbulent and we cannot always guarantee places for people to stay. Whatever the current situation, we would really recommend, unless you will be arranging your own accommodation, to bring a tent, mat and sleeping bag.

If you are staying in communal places please get involved in the maintaince of the spaces and communal living. By getting food, cooking, cleaning, tidying up after yourselves and other general care of infrastructure.

What should I bring?
As said above the situation regarding where we sleep and base ourselves changes regularly in Calais. Wherever this is you will need to bring a sleeping bag, sleeping mat and maybe even a tent.

Waterproof clothes & shoes are essential most of the year as it is very rainy here. You will regret coming without them! A torch and hand sanitiser are also invaluable items.

Feel free to bring and leave relevant campaign materials and leaflets etc. Immigration information and advice helplines etc from whichever country you are coming from is very useful as well.

Other useful items include: Recording equipment to document police harassment and abuse (cameras or video recorders), whistles, horns, anything which creates music (instruments, CD player, speakers).

Having vehicles on the ground in Calais can be incredibly useful (see above). It means we can distribute food and firewood to where people sleep, as well as trips to the PASS clinic (the hospital) and skipping missions. The jungle is now also very far from the city centre and being a driver can be a good way to feel busy while you find your feet in Calais.

If you have a vehicle, then it could be good to bring stuff for distribution with you. We aren’t involved in the process of distribution at the moment, so it could be worth getting in touch with one of the associations to find out what is needed and where to drop off. You can email for this.

Eating can often be a difficult thing to predict in Calais. It largely depends on the space we are based in at the time. Skipping (dumpster diving) is possible in Calais, there will be people around who can tell you where to go if you are interested. Please be prepared to be sorting out your own meals, or take part in the collective spaces that exist at the time. If you come in a vehicle and can do a skipping mission before you come or bring some food with you it could be useful.

If you are coming from or through Belgium, picking up a bunch of cheap tobacco would be much appreciated by people on the ground.

Getting here
Before arriving in Calais please send an email, preferably a week or two in advance and then call the comms phone to let people know you are coming and see if someone can meet you. For this is it good to call  2 or  3 days in advance.

If you are coming from the UK there are many ways to get here; it is possible to hitchhike onto the ferries in Dover to Calais, with any of the ferry companies. The only ferry available for foot passengers is P&O ferries, which you can get until about 7pm. There are now a lot more coaches that you can get from London to either Dover or to Calais itself for not so much money, either with Eurolines or Megabus. It is often better with these to get off at the Ferry Terminal rather than Cite Europe. The walk for the ferry to the city centre takes about 20 minutes.

If you are coming from somewhere else in Europe, hitching, trains and buses are all pretty easy.

In Calais

Daily life in Calais changes often and it is very difficult to provide any clear idea of what it is going to be like for certain. Often reading the blog can give you a bit of an insight into what is happening on the ground, but often not quite enough.

This is a rough list of different things that have been a part of daily life on the ground in Calais over the years. It doesn’t mean that these things are currently ongoing.

Squatting, cop-watching, skipping, supporting detainees in Coquelles detention centre; arrest/legal support; distributing legal and asylum information; language exchanges and lessons; administering first aid; bike repair; taking testimonies of police violence; meeting people and finding out what they most need; and just being a friendly presence.

At certain times in Calais, our focus can involve presence at places heavily targeted by the police, either where people stay in camps or squats, where people spend time during the day or places where people attempt to cross. This is not always the case. But it is good to be prepared, please ask for a legal briefing when you arriving. If you do not think you are comfortable being in such a situation it is acceptable and understandable to remove yourself. If you are very uncomfortable with encounters with the police, there are plenty of other activities you can get involved with.

It is great if people can come to Calais with a specific idea of a project that they want to undertake while they are here, whether it is cooking or bike workshops. Please feel free to get in touch with people on the ground to let them know about any plans you might have and work out how they might fit in with what is already going on.

French Law:

Here is a link to a short summary of the legal situation in France that was put together and translated for the COP21 demonstrations at the end of last year. It might be interesting to read before coming. It also exists in German underneath the English

Here is a link to a longer text about French law, which at the time of writing hasn’t yet been translated into English. We will try and add it later if it is translated.

We are able to provide more information about the legal situation in Calais specifically once you have arrived and it is really important that you make it clear to people on the ground that you would like to talk about the legal situation.

Crossing The Border

It is possible that you can have problems when crossing the border into the UK. The British police sometimes use Terrorism legislation (Schedule 7) to question people crossing the border. With this legislation you don’t have the legal right to remain silent and you don’t have to have a lawyer.

Here is a link to another article which talks about this in more detail:

It is worth thinking about what might happen if you are stopped or questioned, by anyone whilst crossing the border.

Activist Trauma Support

Supporting other people through very difficult experiences can obviously take its toll. Being confronted with the injustice and inhumanity of border controls; the tale after tale of war, torture, and traumatic journeys; and doing what we can with few resources to help people can be wearing. On top of that, those of us with papers must process the true extent of the privilege that those documents entail, in sharp contrast with those we are working with.

The following leaflet was produced by the Activist Trauma Network quite some years ago, and may help if you have been working in Calais: No Borders: Thoughts on Guilt, Shame and Trauma (although we don’t think the phone number is still up for date).

But importantly please be talking to other people from Calais about your experiences. We have a responsibility to support each other.

Conseils pour les activistes

Depuis 2009, Calais Migrant Solidarity/Calais No Borders essaie de garder une présence permanente à Calais afin de soutenir les personnes avec ou sans papiers qui font face aux harcèlements quotidiens et aux abus du régime frontalier.

Ceci une brève introduction pour t’aider à préparer ta venue à Calais en tant que soutien.

Merci de nous contacter si tu prévoies de venir. Si ta venue est proche, appelle ou envoie un texto sur le « numéro com », car les gens peuvent être lents à répondre aux e-mails. Par contre, souviens-toi que nous n’avons PAS de programme pour les volontaires, et nous ne sommes PAS une association humanitaire ou une ONG travaillant ou gérant la jungle.

Nous avons beaucoup d’informations disponibles sur place pour briefer les gens qui arrivent. Nous avons des magazines et des feuillets d’information à Calais, entre autres des bustcards (informations en cas d’arrestation) et informations juridiques. Prends le temps de les lire à ton arrivée.

Combien de temps je peux rester?

À l’heure actuelle, il n’est pas vraiment utile pour nous que les gens viennent pour de courtes périodes, surtout si les personnes en question ne sont jamais venues à Calais et n’ont jamais été impliquées avec nous. Nous demandons aux gens qui viennent – et surtout si tu viens pour la première fois – qu’ils prennent au moins une semaine et de préférence deux pour rester à Calais. En ce moment, nous ne disposons pas de beaucoup de capacité pour introduire et briefer tout le monde qui arrive, surtout si les gens ne restent pas longtemps. Il est aussi difficile de faire beaucoup dans un court laps de temps. Il est donc important d’avoir des attentes réalistes de ce que tu peux faire par rapport au temps dont tu disposes.

Où je peux rester?

Pendant des années, une grande partie de l’action de No Borders a été de soutenir les gens avec des endroits où dormir – trouver des squats, construire des abris etc.

Une bonne option est d’appeler le téléphone com ou d’envoyer un email pour demander qu’elles sont les places disponibles pour dormir. Il est aussi bien de te préparer et de t’organiser seul quant aux lieux où tu peux rester, car la situation est un peu chaotique et il n’y a pas toujours de places garanties. Quelques soit la situation du moment, nous recommandons vivement – sauf si tu organises toi même ton logement – d’emporter avec toi une tente, un matelas et un sac de couchage.

Quelques suggestions :

SQUAT: Il y a beaucoup de bâtiments vides à Calais. Les flics peuvent expulser les endroits rapidement. Certains endroits durent d’autres non. Squatter a toujours été une nécessité à Calais et quelque chose d’utile dans lequel s’impliquer!

CAMPING : Il y a potentiellement deux options si les gens veulent camper lors de leur passage à Calais. Si tu veux t’organiser individuellement, il y aussi des campings officiels. Celui proche du centre-ville est désormais fermé et les autres sont un peu éloignés mais toujours accessible à vélo ou en bus. Si tu cherches sur internet «calais campsites» ceux-ci apparaîtront.

Au fil des années, beaucoup de personnes ont campé et campent à Calais… dans les jungles, dans les dunes de sables, sous les ponts ou dans les parcs. Si veux rester avec des gens, il est mieux d’attendre d’être invité, certains endroits sont ouverts aux invités, d’autres non. Ne pense pas que tu peux simplement rester avec des gens, sans leur avoir parlé avant, ou avoir appris à les connaître.

COUCHSURFING / LOCAUX: Certaines personnes qui sont restées à Calais pour une plus grande période et qui ont voulu avoir un endroit stable où rester ont fait du couchsurfing. Ça peut aussi être un moyen sympa de connaître et d’impliquer les gens qui vivent à Calais. Mais évidemment, il ne sera peut-être pas possible d’aller et venir aux l’heures que tu souhaites.

Certaines personnes sont restées chez des gens locaux qu’elles ont connus sur place. Evidemment, cela prend du temps de connaitre les calaisiens, mais il s’agit d’un bon moyen pour créer des liens. Parler français est indéniablement un atout.

HOTELS: Il n’y a pas d’hôtels bon marché à Calais. Les moins chers sont probablement environs 25 euros la nuit suivant la saison etc… Si tu penses payer pour un endroit où dormir, cherches ces hôtels sur internet.

CAMIONETTES/VANS: Vraiment très utiles à Calais. Beaucoup de gens sont venus à Calais en vans : pour y dormir mais aussi pour apporter des dons matériels… couvertures, tentes, matériels pour vélo etc. De plus, beaucoup de choses peuvent être faites avec un van sur place! Par exemple, pendant les expulsions (pour garder les couvertures et les affaires, pour transporter des gens), collecter et distribuer des affaires (couvertures, bois de chauffage, récup de bouffe, etc), aller à la clinique/ l’hôpital ou se déplacer du centre de rétention/prison au centre-ville etc… et pour bien d’autres actions.

Que dois-je amener?

La situation à propos de l’endroit où nous dormons et nous nous basons change régulièrement à Calais. Dans tous les cas, tu auras besoins d’un sac de couchage, d’un matelas de sol et peut-être même d’une tente.

Les chaussures et vêtements résistants à l’eau sont essentiels la plupart de l’année puisque il pleut beaucoup ici. Tu vas regretter si tu n’en prends pas avec toi ! Une lampe de poche ainsi que du désinfectant pour les mains sont aussi des objets précieux.

N’hésite pas à ramener et laisser du matériel utiles et des brochures, etc. Les informations sur l’immigration, les numéros des lignes de conseils téléphoniques, etc du pays d’où tu viens sont vraiment très utiles aussi.

D’autres articles utiles : matériel pour enregistrer et documenter le harcèlement policier et les abus (appareil photos, cameras), des sifflets, des klaxons, objets produisant de la musique (instruments, lecteurs cd, enceintes).

Posséder un véhicule sur le terrain peut être incroyablement utile (voir ci-dessous). Cela signifie que l’on peut distribuer de la nourriture, du bois de chauffage là où les gens dorment, aussi bien que faire des aller-retours à la Clinique PASS et effectuer des récups de nourriture.

Si tu possèdes un véhicule, ça serait bien de ramener des choses à distribuer avec toi. Tu trouveras sur cette page des idées quant aux choses à amener. En ce moment, nous ne sommes pas engagés dans la distribution. Tu trouveras sur cette page des contacts d’association qui pourront surement prendre tes donations.

Si tu viens ou passes par la Belgique, ramène du tabac bon marché. Ca sera très apprécié par les gens sur place.

Venir ici

Avant d’arriver à Calais, merci d’envoyer un email si possible une semaine ou deux en avance, puis appelle le téléphone coms (deux ou trois jours à l’avance) pour prévenir que tu arrives et voir si quelqu’un peut venir te rencontrer.

Si tu viens de Grande Bretagne, il y a plusieurs façons de venir ici ; il est possible de faire du stop sur les ferries de Douvres à Calais avec toutes les compagnies de ferry. Le seul ferry disponible pour les piétons est P&0 ferry, dans lequel tu peux embarquer jusqu’à environ 19h. Il y a maintenant beaucoup de cars que tu peux prendre de Londres soit vers Douvres soit vers Calais directement pour pas trop cher, soit avec Eurolines soit avec Megabus. En car, il vaut mieux descendre à Ferry Terminal plutôt qu’à Cité Europe.

Si tu viens d’ailleurs en Europe, faire du stop, prendre le train et/ou le bus sont tous des moyens faciles pour accéder à Calais.

A Calais

La vie quotidienne à Calais change souvent et il est difficile de donner une idée claire et fixe de ce qui va se produire. En lisant souvent ce blog, tu pourras avoir un ordre d’idées de ce qu’il se passe sur le terrain, même si cela n’est pas vraiment suffisant.

Ce qui suit est une liste approximative des différentes choses qui ont fait partie de la vie quotidienne sur le terrain à Calais au fil des ans. Ca ne veut pas dire que ces choses sont actuellement en cours.

Squat ; observations des flics ; récupération de la nourriture ; soutient aux détenus du centre de détention Coquelles ; soutient juridique ou suivant arrestation; diffusion d’information juridique et concernant l’asile ; échanges linguistiques et enseignements; premiers soins ; réparation de vélos ; prise de témoignages des violences policières ; rencontre avec les gens et compréhension de leurs besoins urgents ; et simplement être une présence amicale.

Manger peut souvent être une chose difficile à prévoir à Calais. Cela dépend beaucoup de l’endroit où nous nous trouvons. La récup de nourriture (« fouille » de poubelle) est possible à Calais. Certaines personnes sur place sauront te dire où aller si tu es intéressé. Merci de te préparer à te débrouiller pour tes propres repas, ou à prendre part aux espaces collectifs existants.

A certains moments, notre travail sur le terrain peut nous conduire à des endroits hautement ciblés par la police, comme les endroits où les gens restent dans les campements ou les squats, les endroits où les gens passent du temps durant la journée, ou encore là où les gens tentent de passer. Ce n’est pas toujours le cas, mais c’est important d’être préparé à cela. Merci de demander à être briefé au niveau légal à ton arrivée. Si tu ne te sens pas à l’aise dans une situation comme celles-ci, on comprendra et on acceptera que tu t’éloignes. Si tu n’es vraiment pas à l’aise à l’idée d’être en contact avec la police, il y a beaucoup d’autres activités dans lesquelles tu peux t’impliquer.

C’est super si les gens qui arrivent à Calais ont une idée précise d’un projet qu’ils veulent mener pendant qu’ils sont là, que ce soit cuisine ou organiser des ateliers réparations de vélo. N’hésite pas à rentrer en contact avec les gens là-bas pour leur faire part de tes plans et discuter de comment tes projets pourront s’intégrer à ce qui est déjà en place.

Loi française:

Il y a certaines choses importantes dont il faut prendre connaissance lorsque tu effectues un travail de solidarité à Calais. Nos interactions avec la police se produisent par vagues, et c’est possible qu’aucune interaction ne se produise pendant que tu es à Calais. Mais c’est toujours mieux si les gens sont préparés.

– En France, c’est une infraction de ne pas porter une pièce d’identité sur sois. Si tu n’en présentes pas une sur demande, tu peux être emmené à un poste de police pour un contrôle d’identité, ce qui n’est pas équivalant à une arrestation.

– La police déteste être prise en photo, et prétend toujours qu’il est illégal de le faire. Cela est pourtant inexacte et documenter la brutalité policière est un élément essentiel de notre travail. Par contre, ce que tu n’es pas autorisé à faire est de publier ces images sans leur consentement. Malgré cela, la police à Calais a souvent confisqué des caméras, supprimé des photos/images ou dans certains cas, a même détruit entièrement des caméras. Cela est absolument illégal. Une militante a reçu 650 euros en réparation après avoir déposé une plainte contre un officier qui a détruit sa caméra qui avait été utilisée pour documenter un raid sur Africa House.

– Il y a une infraction appelée «délit d’outrage», qui équivaut à une infraction d’insulte à un fonctionnaire. Dans le passé, elle a été utilisée pour nous menacer lorsque nous les appelions les «fasciste» (difficile de ne pas le faire s’ils sont racistes et autoritaires en même temps…); les insultions; faisions des déclarations qu’ils considéraient être fausses ou faisions le moindre geste qu’ils pouvaient interpréter comme un manque de respect.

Traverser la frontière

Il est possible que tu rencontres des problèmes au moment de franchir la frontière pour aller au Royaume-Uni. La police britannique utilise parfois la loi contre le terrorisme (annexe 7) pour interroger les gens qui traversent la frontière. Selon cette loi, tu n’as pas le droit de garder le silence et cela sans avoir un avocat.

Voici un lien vers un autre article qui parle de cela plus en détails:

Il est important de réfléchir à ce qui pourrait arriver si tu es arrêté ou interrogé par quiconque lorsque tu traverses la frontière.

Soutien aux traumatismes des militants

Soutenir d’autres personnes qui vivent des expériences très difficiles peut évidemment faire des dégâts. Être confronté à l’injustice et l’inhumanité des contrôles aux frontières; les récits de la guerre, la torture, et les voyages traumatiques; faire ce que nous pouvons avec peu de ressources pour aider les gens peut être très déstabilisant. En plus de cela, ceux d’entre nous qui ont des papiers réalisent la véritable portée du privilège que ces documents comportent, en contraste évident avec ceux avec qui nous travaillons.

La brochure suivante a été produite par Activist Trauma Network et peut vous aider si vous avez travaillé à Calais : No Borders: Thoughts on Guilt, Shame and Trauma (bien que le numéro de téléphone ne soit sûrement pas d’actualité).

Le plus important est de parler de vos expériences à d’autres personnes à Calais. Nous avons la responsabilité de se soutenir mutuellement .