Tagged: death

La frontière tue – Border Kills

Lundi 20 mai 2019, tard dans la soirée, un homme a été mortellement percuté par un véhicule sur l’autoroute A16, au niveau de Guemps, village proche de Calais.

Ce jeune exilé érythréen, Mulue , est une nouvelle victime des politiques et murs meurtriers.

Il est au moins la deuxième personne tuée par la frontière franco-anglaise en 2019.

Une personne de plus.

Cet après-midi se tiendra un hommage au jeune homme au Parc Richelieu à 18h30.

MISE À JOUR: Ici, la campagne de crowdfunding qui a été lancée pour couvrir les coûts de l’inhumation dans son pays d’origine.

___________________________________________________________________

On Monday, 20th of May, late on the evening, a man was fatally hit by a vehicule on the highway A16, around Guemps, a village nearby Calais.

This young man from Erythrea, Mulue, is one more victim of the murderous walls and politics that make the border.

He is at least the second person killed by the France-UK border in 2019.

This afternoon, at 18.30, a vigil will be held in homage to this young man, at Parc Richelieu in Calais.

UPDATE: Here, the crowdfunding campaign launched to cover the costs of the burial in his homecountry.

La frontiere tue – Border Kills

Vendredi 8 mars 2019, au port de Calais, un corps inanimé est retrouvé à l’arrière d’un poids lourd pendant les contrôles à la frontière.

Cet homme, un jeune exilé, s’appellait Kiar. Il était hébergé en Belgique, d’où depuis près de 2 ans il tentait en vain de rejoindre l’Angleterre.

C’est le premier décès connu à la frontière franco-anglaise en 2019,

Les grilles, les murs, les politiques qui font la frontière, tuent une personne. Encore .

___________________________________________________________________

On Friday, 8th of March, an lifeless body is found in the back of the lorry during border check at the Calais harbor.

Young exile staying in Belgium while trying to cross to the UK since roughly 2 years, Kiar , as later identified, is the first know death of 2019 at the France-UK border.

Fences, walls, politics that make the border, kill a person once again.

Mort aux frontières // Death at the border

Dimanche 18 novembre, un éxilé est retrouvé mort sous un bus au terminal Eurotunnel à Folkestone (Royaume-Uni). (article en anglais)

Ces deux derniers mois, au moins deux autres personnes ont été victimes des frontières anglaises.

Le 9 octobre Gebre Mariam, un homme érythréen, s’est suicidé au centre fermé de Vottem en Belgique (article de GTVO).

Le 2 octobre, le corps d’un éxilé est repêché dans le port de Calais (voir ici).

Il pourrait s’agir d’un homme qui a disparu le 23 septembre dans le port (voir ici).

___________________________________________________________________

On Sunday, 18th of December, an exile man was found dead under a bus at the Eurotunnel terminal in Folkestone in UK (see here).

Last two months, we know of at least two other persons victims of the UK borders.

On the 9th of October Gebre Mariam, an eritrean man, killed himself in the Vottem retention center in Belgium (in english here).

On the 2nd of October, a body was fished out of Calais port (in french here).

It is suspected that he is the man who disappeared in Calais port on the 23rd of September (in french here).

Suicide à Croisilles // Suicide in Croisilles

Louis, un jeune homme ghanéen de 19 ans s’est suicidé le 12 juin dans le centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) de Croisilles. Il s’est pendu dans un des bâtiments de l’établissement. Il était arrivé au centre il y a quelques semaines en provenance de Calais. Mardi le 19 juin, ses obsèques ont eu lieu à Croisilles sans cérémonie religieuse.

 

En novembre dernier, Filmon Yemane, venu d’Érythrée et ayant passé un long séjour à Calais, s’est suicidé en Grande-Bretagne alors qu’il venait tout juste d’avoir 18 ans. Alexander Tekle, 18 ans, aussi érythréen, arrivé en Angleterre il y a un an, s’est suicidé en décembre. En mai 2018, un autre jeune érythréen de 19 ans s’est enlevé la vie en Angleterre.

Ce n’est pas une liste exhaustive. Tant d’autres personnes se sont suicidées, des personnes dont on ne connaitra jamais le décès ni même l’existence, qui sont mortes et qui meurent dans l’ignorance la plus totale, la souffrance et la solitude.

Le régime des frontières continue de tuer.

Lire ici le rapport du Centre Primo Levi et de Médecins du Monde sur la souffrance psychique des exilés.

//////

Louis, a 19-year-old Ghanaian man committed suicide on the 12th June in the reception center for migrants (CAES) in Croisilles. He hanged himself in one of the buildings of the establishment. He had arrived at the center a few weeks ago from Calais. Tuesday, June 19, his funeral took place in Croisilles without religious ceremony. (in french here)

Last November, Filmon Yemane, who came from Eritrea and spent a long time in Calais, committed suicide in Britain when he just turned 18 years old. Alexander Tekle, 18, also Eritrean, arrived in England a year ago, committed suicide in December. In May 2018, another 19-year-old Eritrean took his life in England.

This is not intended to be an exhaustive list. So many others have committed suicide, people we will never know about their death nor even their existence, who died and die in total ignorance, suffering and loneliness.

The border regime continues to kills.

Read here the report of the Center Primo Levi and Doctors of the World on the psychic suffering of the exiles (in french).

Mort à la frontière // Death at the border

A., un jeune homme guinéen de 20 ans est décédé dans la nuit de lundi à mardi, à Bruxelles, alors qu’il tentait de rejoindre l’Angleterre. Il s’était caché à l’essieu arrière d’un bus de touristes en partance de Bruxelles vers l’Angleterre (voir ici)

C’est le huitième décès connu causé par la frontière britannique en 2018.

La semaine dernière, une personne a été retrouvée morte sur l’A16 au niveau de Loon-Plage.


A., a young Guinean man of 20 years old died in the night of Monday to Tuesday, in Brussels, while he was trying to cross to England. He was hiding on the rear axle of a bus of tourists leaving from Brussels in direction to England.

He’s the 8th known death caused by the UK border this year.

Last week, a young person was found dead on the A16 near Loon-Plage.

Mort à la frontière // Death at the border

Un homme d’une vingtaine d’année (“probablement un migrant“) a été trouvé mort sur l’A16 dans la nuit de dimanche à lundi, au niveau de Loon-Plage (près de Dunkerque), probablement percuté par un véhicule.

Ce serait la quatrième personne qui meurt à la frontière de Calais en 2018.

Le septième décès causé par la frontière britannique cette année.

 


 

A man in his twenties (“problably a migrant“) was found dead on the A16 in the night from Sunday to Monday, near Loon-Plage (next to Dunkerque), very likely hit by a vehicle.

This would be the 4th person to die at the Calais border in 2018.

The 7th death caused by the UK border this year.

A young girl died at the border // Une fillette meurt à la frontière

Cops and borders killed once again.

In the night from wednesday 16th to thursday 17th, a van driving on the E42 didn’t stop at a police control in the area around Namur (Belgium). The police started chasing them. In unclear circumstances the cops then shot the van. When the van was finally blocked, near Mons, 30 people (“migrants”, in the medias) were found inside, 4 of which were minors. Everybody was arrested, but a little kurdish girl, aged of 2 or 3, who died in the ambulance.

The autopsy gave as reason of the death a bullet found in the girl’s cheek (article in French).

The girl and her parents had been living in Grande Synthe (Dunkerque) and trying to cross to the UK for around a month. Many people that were close to the family and living in the same gym (opened by the town hall to shelter part of the migrant population of the area through winter) blocked spontaneously the A16 Thursday May 17 morning-midday in protestation (see in french here).

People are shocked and made angry by what happened.

We do not forgive, we do not forget.
We will remember you.

Open the borders, they kill and always will!

//////

Les flics et les frontières tuent une fois de plus.

Dans la nuit de mercredi à jeudi,une camionnette circulant sur la E42 a tenté d’éviter un contrôle de police dans la région de Namur (Belgique). S’en est suivi une course-poursuite, et, dans des circonstances troubles, la police a ouvert le feu sur le véhicule. Quand le van a finalement été arrêté dans la région de Mons, 30 personnes ont été trouvées à l’intérieur, parmi lesquelles 4 mineur-e-s.

Toutes ont été arrêtées, sauf une petite fille kurde, âgée de 2 ou 3 ans, décédée dans l’ambulance.

L’autopsie conclut que la fillette est décédée d’une balle trouvée dans sa joue.

L’enfant et ses parents habitaient à Grande Synthe, et tentaient le passage vers l’Angleterre depuis à peu près un mois. De nombreuses personnes proches de la famille et habitant le même gymnase (ouvert par la mairie pour abriter une partie des éxilé-e-s des environs pour l’hiver) ont bloqué spontanément l’A16 ce jeudi 17 mai toute la matinée, en signe de protestation (voir ici )

Les citoyen-ne-s, quelle que soit leur situation administrative, sont choqué-e-s et excédé-e-s par ce qui s’est passé.

Nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas.
Nous nous rappellerons de toi.

Ouvrez les frontières, elles tuent et tueront toujours!