A Political Victory/ Une Victoire Politique

(ENG)

On Friday,  when the judge at Boulogne-sur-mer announced, three times that the trial of 8 friends was irregular the court room erupted into applause and cheering. Waiting outside were a brace of Police de l’Air et des Frontières (PAF) waiting to take 5 of them (the foreigners) to detention after they had been served with Obligation de Quitter la Territoire Français (OQTF). But these had already escaped and were not present to appreciate the announcement of their victory.

The judges had decided that there were too many irregularities and that the authorities had not followed procedure when arresting and detaining the 8 people on the roof of an abandoned building in the centre of Calais on Sunday the 27th April.

This decision marks a political victory for our movement at a time when authorities using the state of emergency arogantly permit themselves to use all means of violence and coersion to impose their rascist politics on people in Calais and the Jungle.

In defiance of the `zero-tolerance of squats` in this city, imposed by the mayor, Natasha Bouchart, the prefecture and co, The Collective ‘Salut o Toi’ opened a building on the weekend of 26-27April. Banners hung on the facade of the building read ‘Une toit pour tous.’ and ‘Amitié entre les Peuples‘ while supporters of the action on the outside handed out pamphlets to the passers by while others filmed the police.

This action was meant to provoke a reaction from the `authorities`, according to Phillipe Mignonet ‘Natascha Bouchart had contacted Bernard Cazeneuve’ the minister of the interior after which the order to evacuate the squat was given, without any respect of any legal procedure. CRS, lots of them, made a cordon around the building whilst other police types armed with a battering ram tried to batter down the door. After failing to budge the bomb proof barricades they smashed a window at street level to enter the building and gain access to the roof where 8 people had gathered and were subsequently violently arrested.

They were put on garde à vue (GAV) which was extended to 48hours after political pressure from ‘high up’ to have a comparution immédiate (fast trial) when the prosecuter initially had indicated that there was no need to extend the GAV nor to have a comparution immediate. This put into question the independance of the judicial authority, indeed”the prosecutors department doesn’t comply the exigence of independance towards the executive power” as frequently repeated by the European Court of Human Rights.

During the initial 24hours of GAV the people were not informed of their rights ; to an interpreter, to see a lawyer, to see a doctor or to contact someone they are close to, neither had they been explicitly asked to give their photos, fingerprints and DNA.

Initially the activists were charged with violation de domicile (violating a domicile) which was soon dropped when it was realised that the building was abandoned, and dégradation en réunion (degradation in a group) but soon these charges were changed to degradation en reunion and refusal to submit to giving their DNA, fingerprints and photos.

At the end of the GAV the people were taken to see the Judge of Liberty and Detention (JLD) to see if they were to be freed or not, by this time the friends, by the counsel of their lawyers, had given their identities. Five foreigners and three French nationals went before the JLD, but only the French were released the other five were taken to detention to garantee their presence at the trial which was to be held the next day, Wednesday 30 March.

Wednesday saw the next installment of this masquerade of justice when three from the five people who had been detained in prison could not be transported from prison to court because of a lack of staff and organisation.

Instead, after a long wait, an audience was organised in a small room with five present and in person to stand trial while a video conference link to the prison where the other three were, was set up. From the begining the lawyers for our team manifested their shock at the massive presence of police, some with automatic weapons in the small room. The three who were not present stated that they wanted to stand trial that day and to be present in person in front of the court and it was the incompetence of the state that they could not be. This resulted in the demand for their immediate release from prison and the trial being postponed until Friday 1 April. The judge, dismayed by the absurdity of the situation, granted their release after the lawyers heavily insisted for a reconsideration of their detention. By the end of the night everyone was free.

Friday 1 April, the court aknowledged the many irregularities in the way the police had conducted themselves during the arrest and the GAV.

To put this victory into context, the month of March has seen the destruction of the south part of the Jungle, the homes of over two thousand people : children, women, men and families were smashed to the ground and thrown away into skips by workers and diggers protected by hundreds of CRS for three weeks until all that is left is a wasteland. This has been an act of terrorism, by a state that decries terrorism in the media, whereas the voiceless have to sew their mouthes together and starve themselves in order to be heard, as nine people did for 24 days, 2 March – 26 March.

This action is a way to shine a light on the systematic destruction of homes and the segregation that exists in Calais to denounce the injustices of this racist, fascist political system.

 

(FR)

Vendredi, quand la juge de Boulogne-sur-Mer a annoncée, en répétant trois fois, que le procès de 8 amis était irrégulier, cris de joie e applaudissements ont retentis dans la salle d’audience. Dehors un cordon de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) attendait pour embarquer cinq d’entre eux qui avaient reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF), mais celles-ci s’étaient déjà enfuies et elles n’étaient donc pas présentes pour apprécier l’annonce de leur victoire.

Les juges ont décidé qu’il y avait trop d’irrégularités et que les autorités n’avaient pas suivi les procédures pour l’arrestation et la détention de 8 personnes présentes sur le toit d’un immeuble abandonné du centre ville de Calais le dimanche 27 Avril.

Cette nouvelle marque une victoire politique pour notre mouvement à un moment où les autorités se servent de l’état d’urgence pour se permettre avec arrogance de se servir de tous les moyens de violence et de coercition pour imposer leur politique raciste à Calais et à la Jungle.

En défiant la « tolérence zero pour les squats » dans cette ville, imposée par la maire Natasha Bouchard, le collectif « Salut o Toi » a ouvert un immeuble le weekend du 26-27 avril. Des banderolles accrochées sur la facades disaient « Un toit pour tous » et « Amitié entre les Peuples », alors que des soutiens à l’action restés dehors distribuaient des tracts aux passants pendant que d’autres filmaient la police.

Cette action visait à provoquer une réaction des « autorités », et selon Phillipe Mignonet « Natasha Bouchart a contacté Bernard Cazeneuve », le ministre de l’intérieur, après quoi l’ordre d’évacuer le squat a été donné, sans même contacter le propriétaire. Des CRS en nombre ont fait un cordon autour du bâtiment pendant que d’autres types de police s’acharnaient sur la porte armés d’un bélier. Après avoir echoué à bouger les barricardes ils ont défoncé une fenêtre au niveau de la rue pour entrer dans le batiment et prendre accès au toit où 8 personnes étaient réunies, et se sont faites violemment interpellées.

Leur garde à vue a été prolongée à 48 heures suite à des pression émanant “d’en haut”, en effet le parquet n’avait initialement pas prévu la prolongation de la garde à vue ni la comparution immédiate. Cela questionne sérieusement sur l’indépendance de l’autorité judiciaire, en effet “en France, le parquet ne rempli pas l’exigence d’indépendance par rapport au pouvoir exécutif” comme fréquemment répété par la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Pendant les premières 24 heures de garde à vue les personnes n’ont pas été informées de leurs droits, elles n’ont pas pu voir d’interprète, ni d’avocat, ni de docteur ni n’ont pu contacter aucun proche, ils ne se sont pas vu explicitement demandés non plus de donner leur photo, empruntes et ADN.

Initialement les activistes ont été poursuivi pour violation de domicile, charge qui n’a pas été retenue puisqu’il a été rapidment constaté que le batiment était abandonné, et dégradation en réunion. Les poursuites finales seront : dégradation en réunion et refus de se soumettre au prélèvement ADN, d’empreintes digitales et de photos.

A la fin de la garde à vue les personnes ont été présentées devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD) qui devait statuer sur une éventuelle détention jusqu’au procès, à partir de ce moment les ami-es, avisés par leur avocate, avaient donné leurs identités. Cinq étranger-ères et trois français-es ont comparu devant le JLD, mais seul-es les français-es ont été relaché-es, les cinq autres ont été ammenés en détention dans l’attente du procès qui aurait lieu le jour suivant, Mercredi 30 Mars.

Mercredi la masquarade judiciaire est arrivée à son sumum lorsque trois personnes qui étaient en prison pour garantir leur présence au procès n’ont pas pu être transportées de la prison au tribunal pour cause d’un manque de personnel et d’organisation. Après une longue attente, une audience en visio-conférence avec la prison a finalement été organisée dans une petite salle.

Dès le début nos avocat-e-s ont manifesté leur aberation devant la présence massive de policiers, dont certaines avec des armes automatiques et  l’incompétence et l’abusrdité du système judiciaire. En effet les trois qui n’étaient pas présentes en personne ont déclaré vouloir être jugées en ce jour mais ont refusés, confomément à leurs droits d’être jugées par visio-conférence. Les avocats ont alors plaidé pour leur libération jusqu’au procès reporté au vendredi 1er avril. Les juges, affligés par le ridicule de la situation avaient demandé le maintien en détention avant d’ordonner leur remise en liberté après que les avocats aient lourdement insistés pour leur libération. Les cinq détenus ont été libérés dans la nuit.

Vendredi 1 Avril, le tribunal a reconnu les nombreuses irregularités dans la procédure de l’arrestation à la garde à vue.

Cette victoire se place dans le contexte de la destruction de toute la partie sud de la Jungle, des maisons de plus de deux mille personnes, enfants, femmes, hommes et familles qui ont été détruites et balancées en lambeaux par des travailleurs et des buldozers. Ces derniers ont été protégés par des centaines de CRS pendant trois semaines, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un terrain vague. Cette expulsion dite “humanitaire” est un acte de terrorisme perpétré par un Etat qui prétend combattre le terrorisme.

Cette action, en cette fin de la trêve hivernale a été une manière de mettre en lumière la destruction systématique des abris et la ségrégation qui existe à Calais, et de dénoncer les injustices de ce système politique raciste et fasciste.

Le collectif ‘Salut O Toit’ a choisi un ancien refuge pour personnes sans abris qui  est vide depuis plusieurs années, en rendant à cet espace sa fonction originelle, nous pointons du doigt l’échec des gouvernement quant à l’hébergement de personnes sans abris à Calais, et tentons de montrer que lorsque les personnes sans abris et ceux qui les soutiennent travaillent ensemble, nous parvenons à créer des initiatives réellement inspirantes.

 

Advertisements