New eviction zone: South part of Jungle

 

eviction area february

francais en bas

The government is taking another step in its strategy to destroy the Jungle. This follows the creation of an ‘exclusion zone’ or ‘no man’s land’ in January this year. In January, the message from residents rang clear:

We, the united people of the jungle of Calais, decline the demands of the French government with regards to reducing the size of the jungle.

We have decided to remain where we are and will peacefully resist the governments plans to destroy our homes.

We plead with the French authories and the international communities that you understand our situation and respect our fundamental human rights.

Despite this initial fighting position, the ‘no man’s land’ was created. Although there were pockets of resistance, most people moved into spaces in the rest of the Jungle, aided by associations and volunteers. This time though, the area to be evicted is too big, and the area remaining too small, and already too crowded, for this to happen again in the same way.

On Friday morning, the prefecture announced plans to the press (Le Monde, BBC ) and associations working in the Jungle to clear the ‘zone sud’. They say anyone in the affected area has a week to leave. This area is the bigger part of the Jungle. It includes the Eritraen church (the largest church, and since the previous church was destroyed, the only one remaining), the newly opened youth centre, the School Ecole Laique Chemin de Dunes, the women’s centre, many shops and restaurants, community kitchens, distribution points, the theatre, legal centre, and of course, the homes of many people.

Bernard Cazeneuve, Minister of the Interior, claimed after visiting the proposed eviction area, that 2 out of 3 shelters were empty. The government’s estimate of 800 people living in the affected area has been greeted with incredulity: to anyone living in the camp it seems a ridiculously low number. The Auberge de Migrants, who co-ordinate food, clothing and shelter distributions believe  the true number is closer to 2000, and includes many families and vulnerable people.

The government figure of 800 coincides closely with the number of places that will be opened in the container camp (centre d’accueil provisoire (CAP)) on Saturday: 750. This, combined with increased bus services to ‘respite centres’ (centre d’accueil et d’orientation (CAO)) across France, equal the sum total of the government’s alternatives. These are not acceptable alternatives for many people because they stand to lose the freedoms and community spirit afforded by the Jungle. In any case, the ‘respite centres’ only provide shelter for all during the winter months. If the government makes a move now, before these shelters close for the summer, this temporary option helps maintain the illusion that they are dealing compassionately with the ‘migrant crisis’. In the spring, numbers of migrants will also increase again.

Meanwhile, right-wing violence against migrants has continued to escalate. This week, following efforts to document attacks, some media have acknowledged an ‘unprecedented, brutal campaign of violence’ with suspected police complicity. It remains to be seen whether media attention will provoke any action from politicians or police to combat these fascist attacks.  If the Jungle is destroyed, migrants’ vulnerability to this sort of violence is likely to increase as they are dispersed into smaller camps.

FRANCE-BRITAIN-MIGRANTS-POLICE

French police officers stand guard as an excavator knocks down buildings including a makeshift mosque and Evangelist Church, in the so-called “Jungle” migrant cap in Calais, on February 1, 2016. / AFP / PHILIPPE HUGUEN

How this eviction will proceed, and how people in and around the Jungle shall react shall be seen over the next days. The French government has made it clear that it will only tolerate 2000 migrants in Calais, housed in the state-controlled containers and Jules Ferry centre. Therefore this eviction plan comes as no surprise, and it is clear that more shall follow.

On Monday associations will meet with government officials to have the ‘plan’ explained them. They will then have their co-operation sought in expediating the plan. Associations and volunteers, horrified at the inhumanity of the proposed eviction, want to act in solidarity with the refugees, but their exact position remains to be seen.

At this time, information is spreading rapidly around the Jungle, and people are meeting with each other, reflecting on their options and sharing plans for reaction. This proposed eviction will be a critical moment for the Jungle in Calais, and people who have come halfway across the world do not give up without a fight!

Watch this space for updates and calls for support and action over the following days. CMS will be following the lead of our friends without papers. A space of freedom carved out in the shadow of the border is under threat: now is a time to act in solidarity with migrants!

NO BORDERS! NO NATIONS!

PS: There is a petition to sign  in french or in english, addressed to Cazeneuve. In practice, as we all know, petitions do not stop bulldozers!

Nouvelle zone d’expulsion : Partie
sud de la jungle

     Le gouvernement avance d’un nouveau pas dans sa stratégie de destruction de la jungle. Ceci suit la création d’une zone d’exclusion ou “no man’s land” en Janvier de cette année. En janvier, le message des résidents a clairement résonné :

“Nous, personnes unies de la jungle de Calais, déclinons les exigences du gouvernement français concernant la réduction de la taille de la jungle. Nous décidons de rester là où nous sommes et résisterons pacifiquement aux plans du gouvernement de détruire nos maisons.
Nous implorons les autorités françaises et la communauté internationale de comprendre notre situation et de respecter nos droits fondamentaux.”

    Malgré la position combative initiale, le no man’s land a été créé. Bien qu’il y ait eu des poches de résistance, la plupart des gens ont déménagé dans d’autres espaces de la jungle, aidé par les associations et les bénévoles. Cette fois cependant, la zone à expulser est trop grande et l’aire restante est trop petite, déjà trop surchargée pour que cela se passe de la même façon.
Vendredi matin, la préfecture a annoncé ces plans à la presse ( Le Monde, BBC) et aux associations travaillant de la Jungle de “nettoyage” de la “zone sud”. Ils disent que quiconque dans la zone affectée a une semaine pour partir. Cette zone est la plus grande partie de la jungle. Elle inclut l’église érythréenne ( la plus grande église, et depuis que la dernière est détruite, la dernière restante), le centre de jeune nouvellement ouvert, l’école laïque du chemin des dunes, le centre des femmes, de nombreux commerces et restaurant, les cuisines collectives, les points de distribution, le théâtre, le centre juridique, et bien sûr, la maison de nombreuses personnes.

Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, a prétendu, après avoir visité la zone d’expulsion, que 2 abris sur 3 étaient vides. L’estimation de l’état qu’il y avait 800 personnes dans l’aire affectée a été reçu avec incrédulité : pour n’importe qui vivant sur le campement , ce chiffre semble ridiculement bas. L’Auberge des Migrants, qui coordonne les distributions de nourriture et d’abris croit que le vrai chiffre est proche de 2000 personnes et inclut de nombreuses familles et personnes vulnérables.

Le chiffre du gouvernement de 800 personnes coïncide quasiment avec le nombre de places qui seront ouverts samedi dans le camp de conteneurs ( centre d’accueil provisoire, CAP) : 750. Celui ci, combiné avec l’augmentation des bus vers “les centres de répit” ( centre d’accueil et d’orientation, CAO), à travers la France égalise la somme totale des alternative gouvernementales. Il n’y a pas d’alternative acceptables pour beaucoup de personnes car elles tendent à faire perdre les libertés et l’esprit de communauté offert par la Jungle. Dans tous les cas, les centres de répit ne fournissent qu’un abri pour les mois d’hiver. Si le gouvernement fais un pas maintenant, avant que ces abris ne ferment pour l’hiver, cette option temporaire maintient l’illusion qu’ils s’occupent avec compassion de la “crise des migrants”. Au printemps, le nombre de migrants augmentera encore une fois.

Pendant ce temps-là, les violences d’extrême droite contre les migrants continue leur escalade. Cette semaine, suivant les efforts pour documenter ces attaques, certains médias ont reconnu une campagne brutale et sans précédente de la violence avec une complicité possible de la police. Cela vaut le coup de voir si l’attention médiatique provoquera une quelconque action des politique ou de la police pour combattre ces attaques fascistes.  Si la Jungle est détruite, la vulnérabilité des migrants vis à vis de cette violence augmentera vraisemblablement, puisqu’ils seront dispersés dans de plus petits campements.

Légende : Des officiers de police français montent la garde tandis qu’une pelleteuse détruit des bâtiments incluant une mosquée de fortune et une église évangéliste, dans ce que l’on appelle communément la “Jungle”, le cap des migrants à Calais, le 1er février 2016 / AFP / PHILIPPE HUGUEN

La manière dont cette expulsion va se dérouler et la manière dont les gens dans la Jungle et aux alentours vont réagir va se révéler dans les prochains jours. Le gouvernement Français a clairement dit qu’il ne tolérerait seulement 2000 migrants à Calais, hébergés dans le camp de conteneurs contrôlé par l’État et dans le centre Jules Ferry. Par conséquent ce plan d’expulsion n’est pas une surprise, et il est clair que ça ne va pas s’arrêter là.

Lundi, des associations vont rencontrer des officiels du gouvernement pour qu’ils leur expliquent le “projet”. Ensuite, ils discuteront de la manière dont ils vont coopérer pour mener à bien ce projet. Les associations et les volontaires, horrifiés par l’inhumanité de l’expulsion proposée, veulent agir pour être solidaires avec les réfugiés, mais leur position exacte reste à voir.

En ce moment, l’information se diffuse rapidement dans la Jungle, et les gens se rencontrent pour réfléchir aux options qui s’offrent à eux et partager des plans pour réagir. Cette expulsion va être un moment critique pour la Jungle de Calais, et les gens qui ont parcouru la moitié du monde n’abandonneront pas sans se battre !

Consultez ce site pour les mises à jour et appelez au soutien et à l’action dans les prochains jours.

CMS va suivre nos amis sans papiers. Un espace de liberté caché dans l’ombre de la frontière est menacé : il est temps aujourd’hui d’agir en solidarité avec les migrants !

PAS DE FRONTIÈRES! PAS DE NATIONS

Advertisements