Between Wind and Fire / Entre vent et feu

revised screen shot

 

During the early morning of November the 22nd there was a major fire event in the jungle. It was the 2nd large fire in 10 days.

https://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/2015/11/14/jungle-on-fire/

It is also the 3rd large fire since the beginning of November.

http://www.theguardian.com/world/video/2015/nov/02/calais-refugee-camp-explosion-video

There are too many small fires to count or record in any systematic way. Although the initial source of this fire is not known, many people suspect that a candle was to blame. The fire began some time after midnight and by 2am was burning fiercely. The strong wind quickly spread the fire amongst the closely packed houses and compounds of the Eritrean, Ethiopian and Afghan people that live next to the church. By 2.30am an area of over 100 square meters was ablaze. Toxic smoke and burning ash were blown for hundreds of meters over many areas jungle.

fayeAH

The people living in the jungle responded radidly and effectively. They went to every building and shelter in the surrounding area and made sure that people were awake and out of harms way, breaking down doors to buildings where people were asleep and unaware of the danger. Fire extinguishers were brought from the info-center and the surrounding area to fight the blaze. Containers were gathered to pour water on the fire. When the taps of the water point were found to be too slow, the main pipe was quickly seperated from the taps to allow maxium pressurized water. People beat the fire with wet blankets and what every they could get hold of to slow the flames. Throughout the incident there were at least 5 explosions as gas cylinders detonated. Some exceptionally brave people ran into the conflageration to pull out unexploded gas cylinders, some of which were smoking and hissing. The people who live in the area self organised together and had the blaze under control before the fire brigade arrived.

rowan 2

The state emergency services were comparatively slower to respond. At least 2 people were burnt and one pregnant woman who experienced breathing difficulties and passed out had to go to the hospital. However the ambulances would not enter the jungle so the people had to carry the injured to the entrance under the motorway bridge. The fire engines were seen to wait just outside the jungle for some time before a police escort assembled to go in with them. As they arrived somebody smashed the windscreen of the lead fire engine. We don’t know why this was done, maybe they were confused with the police who escort and always accompany them, maybe because people were angry with their slow response time.

holy bible burnt

As the fire service finally extinguished the remainder of the blaze, CRS riot police deployed in a cordon around the fire vehicles. There were approximately 30 CRS officers present in full riot gear, with thier usual armanent of flashball guns, pepper spray canisters, shields and truncheons. In addition there were at least 10 officers of the Police Nationale, also in riot gear with two muzzled Alsatian dogs on leashes. Twice the dogs were set on people. First on a group of shocked refugees who were just coming to terms with the fact that thier homes had been destroyed. The second time they attacked a group of English volunteers who were rushing sleeping bags and blankets from the distribution warehouse to the affected area and didn’t leap out of the way quick enough. Apart from these acts of gratuitous violence the police did nothing but block the road and shine torches into the lenses of people who were trying to film them.

rowan 4

By 3am almost everyone who had lost thier home had been sheltered. The Eritrean and Ethiopian communities are very closely knit and most people stayed in friends houses. The volunteers who work in the distribution warehouse also responsed extremely quickly, providing the basic necessities for people to be able to sleep for the rest of the night. By 10am the first new prefabricated house was already under construction in the fire zone, hopefully within days the area will be rebuilt and people can be rehoused. However nothing can be done to replace essential personal items: the lost money, ID documents and mobile phones with irreplacable contact numbers.

secondary

This is the third major fire incident this month. The third time that people already dispossessed and made refugees lost their only remaining personal possssions. French media reporting of the events stress that the windscreen of a fire engine was smashed. What is not so frequently mentioned is that thousands of people are living in impossible conditions which have been deliberately engineered by the French state. Over and over people warned that the area selected for the jungle was not fit for large numbers of people to live in, that it is unsanitary, that there is not enough provision of shelter, water, food, access, sanitation and insulation. Now the situation engineered by the French state is causing large fires which have ripped through whole areas of the jungle. People fight the fires themselves with everything they have, and then the fire service turn up late with a violent police escort.

Screenshot from 2015-11-22 21:12:11

Life in the jungle is becomming harsher and harder by the day. Between the relentless harrassment by the police, the increasingly cold and stormy weather conditions, the endless proliferation of fences and razorwire, the unending apartheid schemes of the town government to deny people access to any services in the center of Calais and the constant struggle to stay remotely warm, dry and fed, the people struggle on with incredible levels of resilence and creativity. But between the wind and the fire, the situation continues to deteriorate.

————————————————————–

Tôt le matin du 22 novembre, il y a eu un incendie majeur dans la jungle. Il s’agit du deuxième incendie important en 10 jours.  Il s’agit du troisième depuis le début du mois de novembre.
Il y a trop de petits feus pour pouvoir les compter ou les enregistrer de façon systématique. Bien que l’origine de l’incendie n’est pas connue, beaucoup suspectent qu’une bougie en est responsable. Le feu est parti peu après minuit et vers 2 h du matin brûlait intensément. Le vent fort a rapidement propagé l’incendie parmi les maisons de fortunes proches des érythréens, éthiopiens, et des afghans qui vivent près de l’église.
Vers 02h30, une zone de plus de 100m² était en flamme. La fumée toxique et les cendres brûlantes étaient soufflées sur plusieurs centaines de mètres dans plusieurs zones de la jungle.
Les personnes vivants dans la jungle ont répondu rapidement et efficacement. Ils sont venus de tous les bâtiments et abris autour de la zone et se sont assurés que les gens étaient réveillés et hors de danger, fracturant les portes où les gens dormaient et n’étaient pas au courant. Des extincteurs ont été ramenés de l’info-center et des alentours pour combattre l’incendie. Des containers ont été rassemblés pour arroser d’eau le feu. Lorsque les robinets se sont avérés trop faibles, la canalisation principale a rapidement été détachée des robinets afin de permettre un débit maximum. Les gens ont combattu le feu avec des couvertures humides et tout ce qui passait sous leur main pour ralentir l’incendie. Pendant l’incident, il y a eu au moins 5 explosions dues aux bouteilles de gaz. Des personnes exceptionnellement courageuses ont couru à travers les déflagrations pour retirer les bouteilles non encore explosées, dont certaines fumaient et sifflaient.

Les personnes qui vivent dans la zone se sont auto-organisées et ont tenu l’incendie sous contrôle avant que les pompiers n’arrivent.

En comparaison, les services d’urgence ont été long à répondre. Au moins deux personnes ont été brûlées et une femme enceinte atteinte de difficultés respiratoires s’est évanouie et a du être emmenée à l’hôpital. Cependant les ambulances n’entrant pas dans la jungle, les gens ont du porter les blessés jusqu’à l’entrée du dessous du pont de l’autoroute. Les pompiers ont été vu en train d’attendre juste à la sortie de la jungle pendant un certain temps avant qu’une escorte de police se forme pour les accompagner à l’intérieur. Alors qu’ils arrivaient quelqu’un frappa le pare-brise du camion de pompier principal. Nous ne savons pas pourquoi cela a été fait, peut-être une confusion entre la police qui les escortait et qui les accompagne habituellement ou peut-être que les personnes étaient en colère du temps de réponse anormalement long.

Alors que les pompiers ont finalement éteint les dernières braises, les CRS se déployaient en un cordon autours des camions. Il y avait à peu près 30 officiers de CRS en tenue anti-émeute avec leur armement habituel composé de flashballs, gaz lacrymogène, boucliers et matraques. De plus, il y avait également 10 officiers de la police nationale, également en tenue anti-émeute avec deux bergers allemands sous muselières et laisses.
Par deux fois les chiens  se sont jetés sur des personnes. Une première fois sur un groupe de réfugiés choqués qui venaient de réaliser avoir perdu les maisons. La deuxième fois ils ont attaqué un groupe de bénévoles anglais qui étaient dans un rush sac de couchage et couverture, de l’entrepôt de distribution jusqu’à la zone affectée, et qui n’ont pas fui la zone assez rapidement. Mis à part ces actes de violence gratuite, la police n’a rien fait, si ce n’est bloquer la route et éblouir avec leur torches les gens qui essayaient de les filmer.

Vers 3 h du matin presque tout ceux qui avaient perdu leur maison ont été abrité. Les communautés érythréennes et éthiopiennes sont très soudées et la plupart des personnes ont pu rester dans les maisons de leurs amis. Les bénévoles qui travaillent à l’entrepôt de distribution ont également réagi très rapidement, fournissant les nécessaires aux personnes leur permettant de dormir pour le reste de la nuit. Vers 10h du matin, la première maison pré-fabriquée étaient déjà en construction dans la zone de l’incendie, en espérant que cette zone sera reconstruite et les gens relogés dans les jours à venir. Cependant rien ne peut être fait pour remplacer les objets personnels : l’argent perdu, les documents d’identité, les téléphones portables avec leurs irremplaçables listes de contacts.

Ceci est le troisième incendie majeur ce mois-ci. La troisième fois que des gens déjà dépossédés et que des réfugiés perdent leur seules possessions personnelles. Les médias français reportant l’événement accentue le fait que le pare-brise des pompiers a été brisé. Ce qui n’est pas souvent mentionné c’est que des milliers de personnes vivent dans des conditions impossibles, délibérément orchestrées par l’état français. Encore et encore, les gens avaient prévenu que la zone choisie pour la jungle n’était pas faite pour recevoir un grand nombre de personne, qu’il s’agit d’une zone insalubre, qu’il n’y a pas assez d’approvisionnement en abri, eau, nourriture, d’accès, de premiers secours et  d’isolants. Désormais la situation orchestrée par l’état français cause d’énormes incendies qui ont rasé des zones entières de la jungle. Les gens combattent le feu eux-même avec tout ce qu’ils ont, et par la suite il s’avère que les pompiers prennent du retard et sont accompagnés d’une escorte violente de police.

La vie dans la jungle devient de plus en plus dure chaque jour. Entre les harcèlements sans fin de la police, la montée du froid et des conditions météos venteuses, la prolifération infinie des barrières et barbelés, l’apartheid dont on ne voit pas le bout organisé par la mairie pour refuser les accès des services municipaux au centre-ville et la combat permanent pour rester chaud, sec et nourri, les gens luttent avec des niveaux incroyables de résistance et de créativité. Mais entre vent et feu, la situation se détériore encore.

rowan 5

Advertisements