Category: News

Death In Calais/ Mort à Calais

This morning, Thursday 31st March, a 22 year old man from Afghanistan was killed after being hit by a truck on the A16.

On Tuesday 29th March, an underage person from Syria was seriously injured after being run over by a truck in the port. He is still in the resuscitation unit, it is still unclear whether he will survive.

 

This border kills.


 

Ce Jeudi 31 mars au matin ;un Afghan de 21 ans est décédé après avoir était écrasé par un camion sur l’A16.

Mardi 29 mars ,un mineur syrien à été grièvement blessé après avoir couru près d’un camion vers le port.Il est encore en service de réanimation ,on ne sait toujours pas si il survivra,leur pronostique vital est engagé.

Les frontières tuent.

 

 

Traffic Gas

Yesterday, around 5 PM, a group of migrants from the jungle managed to
cross the fence towards the port of Calais. The French riot police tried
to stop them using tear gas. The police kept shooting tear gas grenades
against the migrants who tried to reach the fence which protects the
road leading to the port. Soon, the police started shooting at a longer
range, hitting indiscriminately the people in the streets of the jungle.
One person was wounded, probably because he was hit by one of the grenades.

The shooting kept going until well past 6 PM.

There were again traffic jams this morning and this afternoon in the jungle. Once again the police arrived with excessive force, using gas and the water-cannon.


Hier, autour de 17h, un groupe de migrants partis de la jungle ont
réussi à franchir le grillage en direction du port de Calais. Les CRS
ont essayé de les stopper en utilisant des grenades lacrymogènes. Les
policiers ont continué à lancer des lacrymogènes sur les migrants qui
cherchaient à atteindre le grillage qui protège la route qui conduit au
port. Peu après, les CRS ont commencé à lancer à plus grande distance,
en frappant sans distinction dans les rues de la jungle. Une personne a
été blessée, probablement touchée par l’une des grenades.

Le lancement a continué jusqu’à après 18h.

Il y as eu de nouveau des bouchons ce matin et cette après-midi près de la jungle. De nouveau la police est arrivée en faisant un usage excessif de la force en usant du gaz et le canon à eau.

 

Update on trial and call for solidarity/ Mise à jour sur le procès et appel à solidarité

An update on the court case of the 8 friends arrested for squatting an empty homeless shelter in Calais.

Today, the trial scheduled to take place  at the court in Boulogne-sur-Mer was postponed until Friday, April 1. All 8 had accepted to be tried today,  under the comparution immediate (fast track procedure).

Yesterday, after spending 48 hours in police custody, 3 friends were released until the trial and 5 kept in preventive detention to ensure that they would come to court. However, 3 of those in prison were not able to be transported to appear in person before the court. This was due to an apparent lack of organisation of transport from the prison to the court.

The three friends and their lawyers refused to be put on trial via video-conference, demanding to be present in court for their trial, alongside the other 5 friends. Their lawyers openly denounced the ‘inhumane and indecent’ justice of the 21st century and the conditions of the trial -there were more cops than comrades.

Following the decision to delay the trial, the public prosecutor demanded that the three friends remain in prison until the day of trial, Friday 1st April. The lawyers refuted the demand of the public prosecutor, a demand which was completely absurd and disproportional in terms of the allegations against the three friends. They finally managed to obtain a release permit under ‘legal supervision’.

We call for support and solidarity for those on trial for trying to provide a home to those who have none.

Come to support outside of the court in Boulogne-sur-Mer at 14:00 Friday, April 1. Bring your friends, send messages of support, resist evictions and squat the lot!

To read :

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/03/31/squat-du-moulin-blanc-peripeties-dun-non-proces/

IMG_20160330_091010_kindlephoto-29919108

[FR]

Mise à jour sur l’affaire des huit ami.e.s arrêtés pour l’ouverture d’un bâtiment vide pour les sans abris à Calais.

Aujourd’hui le procès en comparution immédiate au tribunal de Boulogne-sur-Mer a été reporté à vendredi 1er avril.

Hier, après 48h de garde à vue trois ami.e.s ont été libéré.es par le juge des libertés et de la détention (JLD) jusqu’au procés et cinq autres ont été mis.es en détention provisoire pour s’assurer qu’illes viendraient au tribunal aujourd’hui. Or aujourd’hui, jour du procés trois des camarades n’ont pas pu être transportées pour comparaître en personne devant le tribunal, faute de transport depuis la maison d’arrêt au tribunal. La visio-conférence qui leur avait été proposée a été refusée par les prévenu.es, ainsi que par les avocats outrés par les conditions dans lesquelles se tenaient le procès -il y avait notamment plus de flics que de soutien. Ils ont dénoncés unanimement “une justice du 21 ième siècle inhumaine et indécente.”

Suite à la décision du report du procès le procureur a requis le maintien des camarades en détention jusqu’à vendredi, détention jugée totalement absurde et disproportionnée au vu des faits reprochés par les avocats qui ont obtenus finalement une libération sous contrôle judiciaire au lieu de trois jours d’incarcération de plus.

Nous appelons au soutien et à la solidarité pour celleux qui vont être jugé.es pour avoir tenté d’ouvrir une maison pour celleux qui n’en ont pas. Venez à Boulogne-sur-Mer le vendredi 1er avril à 14h. Amenez vos amis, envoyer des messages de soutien, et de résistence.

Voir aussi :

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/03/31/squat-du-moulin-blanc-peripeties-dun-non-proces/

 

Appel à solidarité avec les squateuse-eur.s de calais / Call out for solidarity with calais squatters

FR (EN Bellow)

Ce Lundi 28 Mars 2016, 8 ami-es qui squattaient un bâtiment à Calais sont toujours détenus pour avoir osé défier la « tolérance zéro envers les squats » dans cette ville ouvertement ségrégée (cf. leur communiqué).

Les chefs d’inculpation qui les visent : violation de domicile et dégradation. Or ce bâtiment était vide depuis de nombreuses années, et les dégradations ont été commises par les forces de police. En effet avec l’aide de l’adjoint au maire M Mignonnet ils ont procédé à l’expulsion illégale en défonçant une fenêtre et en enfonçant la porte pour pénétrer à l’intérieur du bâtiment sans avoir attendu la plainte du propriétaire.

Mardi 29 Mars à 14h aura lieu une audience publique pour les 8 ami-es au tribunal de Boulogne devant le juge des libertés et de la détention. Nous lançons un appel à soutien face à cette répression d’État contre ceux et celles qui agissent pour la solidarité et l’humanité, avec les sans voix.

En ces temps où la liberté est érodée par l’État pour faire place à la peur, au contrôle et à la violence, il est important de se tenir ensemble, contre l’injustice de ce qui se passe en France et en Europe, le racisme et le fascisme qui se déguise en démocratie et en liberté.

On appelle à soutien le Mardi 29 Mars à 14h pour l’audience devant le JLD et le Mercredi 30 Mars à 14h à Boulogne encore pour la comparution immédiate.

Nous vous tiendrons au courant.

—————————

EN

Today Monday 28 March 2016, 8 friends who squatted a building in Calais are still under arrest and are in prison, their crime, daring to defy the ‘zero-tolerence of squats’ in this overtly segregated city.

Read their Statement

The charges against them are : violation of domicile and voluntary degradation. These are ridiculous charges because the building was empty since many years, and the degradation was made by the police when they proceeded to the illegal eviction. With the help of the deputy mayor they smashed up a window and battered down a door to get inside the building, not even waiting for a complaint filed by the owner.

Tuesday 29 March at 14h there will be a public hearing for the 8 friends at the court in Boulogne in front of the judge of liberty and detention. We call out for support and solidarity in the face of this repression of the state against those who act out of solidarity and humanity, with those who have no voice.

At this time when liberty is being eroded by the state and replaced with fear, control and violence, it is important to make a stand together against the injustice of what is taking place in France and Europe, rascim and fascism in the guise of democracy and freedom.

We call for support Tuesday 29th March 14h for the public hearing in front of the JLD and Wednesday 30th March at 14h also in Boulogne for the comparution immediate. We will keep you updated.

Newly opened squat evicted / Expulsion du nouveau squat

A recently squatted building was publicly opened this morning in Calais, on rue des Pretres. The building was an abandoned homeless shelter capable of accommodating at least 50 people. People started gathering outside the building around 11 o’clock this morning in support of the people already barricaded inside. A neighbour-collaborator called the cops, even going as far as to offer them a hand when they arrived. By around 2.00 some 12 vans of riot cops had the building surrounded, and those inside had already climbed up on the roof. Around 4.30, they started pushing away the people outside and smashing down the front door of the house with a battering ram. The deputy mayor of Calais who’s name isn’t important enough to publish was holding the battering ram together with the riot cops. Not managing to break down the door, they smashed in a window and opened the front door from the inside. The pigs then climbed on the roof from inside the attic and took the people down one by one, dragging them through the front door and into the arrest van.

Seeing as the people gathered in support outside had been pushed back and charged by the riot cops, we haven’t got many eye-witness details of the eviction. All attempts to film the scene from the outside were blocked by the cops. All those who were inside the building were taken away in arrest vans. The cops told us that they’d been taken to the central police station in the city, but for the moment we haven’t been able to verify their whereabouts or their situation.

————————————————————

Un batiment qui avait été récemment squatté a ètè ouvert publiquement ce matin sur la rue des Pretres a Calais. Il s’agit d’un ancien foyer pour les personnes sans-abri, abandonné depuis des années. Des gens ont commencé a se rassembler vers 11h le matin, pour soutenir ceux et celles qui étaient déjà barricadé a l’interieur. Un voisin a appelé la police allant jusqu’à leur proposé de l’aide pour nous expulsé (sic). Aux environs de 14h, le batiment fut entouré d’une douzaine de camions CRS, et ceux et celles à l’interieur avaient déjà monté sur le toit. Vers 16.30, les keufs ont commencé a repousser des gens à l’extérieur et à défonçer la porte du batiment avec l’aide d’un bélier. L’adjoint au maire, dont le nom ne vaut pas la peine d’etre publié, tenait le belier ensemble avec les CRS. N’ayant pas reussi a défoncer la porte-avant de la maison, ils ont alors brisé une fenetre pour ouvrir la porte de l’interieur. Ils ont ensuite grimpé sur le toit depuis l’interieur, descendant les camarades un-e par un-e, le trainant par terre jusq’au camion d’arrestation.

Vu que les ami-e-s venu-e-s en soutien a l’exterieur se sont fait repoussé-e-s et chargé-e-s par les keufs et tenues éloigné-e-s de l’action, nous n’avons pas beaucoup de témoignages de l’expulsion. Toutes tentatives de filmer la scène depuis l’exterieur ont été empeché par les flics. Tout-e-s celles et ceux qui se trouvaient à l’interieur du squatt se sont fait embarqué-e-s au poste. Un keuf nous a dit qu’ils et elles étaient au commisariat central situé près du centre-ville, mais pour l’instant nous n’avons pas pu vérifié celà.

New Occupation in Calais

For years, the government and the prefecture of Calais have been destroying living places. For years, people in Calais have been assaulted by police and fascists and have had their belongings destroyed . For years, people are forced to live in fear and insecurity because they are foreigners.

The jungle is a ghetto, created by the government following the evictions of squats and other jungles. People live there together in an autonomous way, in diversity and community, in sometimes filthy conditions, where violence and racism are always present. It would be easy to use the rhetoric of pity and victimisation that some associations like, just as easy as it would be to condemn the jungle for being dysfunctional. For better or worse, the jungle is a space where people can live , and now they have to fight for this space. Even if the jungle is precarious, it is still a refuge for many. The fight for the space is not just practical, it is also symbolic. To make sure that people considered undesirableare not just treated as a problem to be hidden in containers.

Today, after the eviction of the south part of the jungle, some have left, some are on the street and many have been forced into a smaller and smaller space in the north of the jungle. At the same time, in Calais, many houses remain uninhabited, empty. For us, our legitimacy to occupy these spaces goes without saying. We’ve chosen a place with a particularly powerful symbolism : an old foyer for homeless people. So we‘ve decided to occupy this place in Calais and resist the eviction as long as possible. It is not acceptable for us that in a city which has the largest homeless population in France, where thousands are forced to live outside, that institutions designed to combat this have been abandoned and left to rot. We condemn with this action the systematic refusal of the state to welcome people, refugees or not, with dignity.

On top of being declared by the authorities as a “zero no borders zone” and a zero-foreigners zone”, Calais is now also classified as a “zéro-squat” city. There are more and more police to control the Calasien segregation and there are fascists who attack and threaten the people who try to go back to town. We cannot let the government impose segregationist laws without a fight. We cannot let the idea of a “zéro-squat” city be spread to the rest of France and the rest of the world.

Just as the ZAD of Notre Dames des Landes cannot only be reduced to a struggle against an airport, but must be understood as a struggle for autonomy, access to land and more widely against our patriarchal legacy and the capitalist system ; the fight for the freedom of movement in Calais is also part of a wider struggle. The fight must be waged against the imperialism and racism of Europe, and the war it leads against the poor and foreigners ; against its borders, its guard dogs and its governments ; for the freedom of movement and settlement.

The destruction of the jungle and autonomous ways of life is yet another way of impeding us to choose our way of life, to build something together outside of state control, regardless of whether we have papers or not. This action is an opportunity for struggles to come together to fight against the government and its authoritarian and repressive policies. We assert by this action our support to the ZAD of Notre Dame des Landes and the reasons that motivate us to take this action. By working together with the people who struggle for the freedom of movement and settlement, we can create something innovative, new and inspirational.

Echoing other similar struggles, we also want to assert the convergence of our opinions : to occupy a physical and symbolic space is also to struggle against the domination and the exploitation of territories by the State. With the implementation of the state of emergency, more and more people are suffering the consequences of more and more repressive policies, which criminalise any attempt to organise. This is why its important to reinforce our solidarity.

Therefore we call for the organisation of actions now and in the following days in support of our initiative, and to spread the information among your networks.

Le collectif «Salut ô toit »


Depuis des années, le gouvernement et la préfecture de Calais détruisent, dessoudent des lieux habités. Depuis des années, des nombreuses personnes sont agressées par la police et les fascistes et se font voler ou détruire leurs biens à Calais. Depuis des années, des personnes sont contraintes de vivre dans la peur et l’insécurité parce qu’elles sont étrangères

La jungle est un ghetto, créé par le gouvernement, à la suite d’expulsions de squatts et des autres jungles. Des personnes y vivent ensemble, de manière autonome, en diversité et en communauté, tout cela dans des conditions parfois sordides, où la violence et le racisme sont omniprésents. Ce serait facile d’employer la rhétorique de la pitié et de la victimisation que certaines associations affectionnent, aussi facile que de condamner la jungle pour ses dysfonctionnements. Pour le meilleur ou pour le pire, la jungle est un espace où les personnes peuvent vivre, et maintenant, ils doivent en plus se battre pour cet espace. Au-delà du combat pratique pour ce lieu, qui bien que précaire, est encore un refuge pour beaucoup, c’est un combat symbolique pour que toute personne considérée comme “indésirable” ne soit pas réduite à un problème à cacher et à administrer dans des containers.

Aujourd’hui suite à l’expulsion de la partie sud de la jungle, certains sont partis, d’autres sont a la rue. Parallèlement, à Calais, de nombreux logements restent inhabités, vides. Notre légitimité à occuper ces espaces nous parait dès lors aller de soi. Nous avons choisi un lieu à la symbolique particulièrement puissante : un ancien foyer pour sans-abris. Nous avons donc décider d’occuper ce lieu à Calais et de résister à l’expulsion le plus longtemps possible. Il était inadmissible de constater que dans la ville qui accueille certainement le plus de sans-abris de France, les institutions abandonnent un bâtiment prévu à cet effet, et le laisse pourrir alors que des milliers d’autres sont contraints de vivre dehors. C’est le refus systématique de nos politiques à accueillir les personnes, réfugiées ou non, dans la dignité, que nous accusons par cette action.

En plus d’être déclarée par les autorités ville “zéro no borders zones”, ville “zéro zones étrangères”, Calais est désormais estampillée ville “zéro-squatt”. Il y a de plus en plus de policiers pour contrôler la ségrégation calaisienne, les fascistes frappent et menacent les personnes qui essayent de retourner en ville.Nous ne pouvons laisser le gouvernement imposer des lois ségrégationnistes, anti-auto gestionnaire sans nous battre. Et nous ne pouvons laisser l’idée d’une vile zéro-squatt se répandre dans le reste de la France et du monde.

Tout comme la ZAD de Notre Dames des Landes ne peut être réduite à un combat contre un aéroport, mais à comprendre comme une lutte pour l’autogestion, l’accès aux terres et plus largement une lutte contre notre héritage patriarcal et le système capitaliste ; la lutte pour la liberté de circulation à Calais fait partie d´une lutte plus large. Nos combats doivent se porter contre les politiques impérialistes et racistes de l’Europe et la guerre qu’elle mène contre les pauvres et les étrangers, contre ses frontières, leurs chiens de garde et ses gouvernements ; pour la liberté de circulation et d’installation.

La destruction de la jungle et de toute tentative d’auto gestion est aussi une manière de nous empêcher, que l’on possède ou non des papiers, de choisir notre mode de vie, de construire ensemble en dehors du contrôle de l’État. Cette initiative est une occasion de convergence des luttes pour combattre le gouvernement actuel et sa politique autoritaire et répressive. Nous affirmons donc aussi par cette action notre soutien à la ZAD de Notre Dame des Landes, et les raisons qui animent son occupation. En travaillant ensemble avec les personnes qui luttent pour la liberté de circulation et d’installation, nous pouvons créer quelque chose d’innovant, de nouveau et d’inspirateur.

En faisant écho avec d’autres luttes similaires , nous voulons aussi affirmer la convergence de nos opinions: occuper un espace physique et symbolique c’est aussi lutter contre la domination et l’exploitation des territoires par des États toujours plus sécuritaires. A l’heure de l’État d’urgence, tout le monde subit des politiques répressives qui criminalisent toute initiative d’organisation, c’est pourquoi il est important de renforcer nos solidarités .

Nous appelons donc à l’organisation d’actions maintenant et dans les prochains jours en soutien à notre initiative, et la diffusion d’information la concernant.

Le collectif «Salut ô toit »

Un toit pour tout.e.s! A Roof For Everyone!

(In English below)

**Nous sommes un groupe de personnes de différents pays et horizons politiques qui luttons pour le droit au logement pour tous, peu importe son origine. Ce dimanche 27 mars 2016 nous occupons publiquement l´ancien foyer « Le moulin blanc » au 20 rue Eustache de Saint Pierre/ 7 rue des prêtres  à Calais. Nous vous invitons à venir soutenir cette occupation. Votre présence sur place serait fortement appréciée, voire recommandée pour le succès de cette action. Vous êtes les bienvenus autour d´une tasse de thé !**

Le logement est un droit, et non un privilège. Chacun mérite un endroit chaud, sec et sûr pour vivre,  quelque soit son âge, son origine, son genre, sa sexualité, sa classe sociale ou sa situation migratoire.

Squatter est une action qui fait sens dans le contexte de Calais, ville qui rassemble des milliers de personnes sans abris et un grand nombre d’habitations inoccupées. De nombreuses personnes avec et sans papiers, ont passé des hivers à la rue depuis la fermeture du centre de Sangatte. Aujourd’hui, la situation va de mal en pis.

La ségrégation sévit à Calais. En 2015, le gouvernement a évacué tous les squats .occupés par des sans abris et refoulé leurs habitants dans un ghetto à des kilomètres du centre ville.

Maintenant même ce ghetto de la périphérie est attaqué. Ces derniers mois, nous avons été témoins de la destruction de la moitié sud de la jungle où habitaient plus de 2000 individus. Certaines personnes ont quitté Calais. Beaucoup ont déménagé vers la zone nord de la « jungle » qui est désormais surpeuplée, situation engendrant une  proximité forcée qui augmente les risques d’incendies et les tensions entre les communautés. D’autres vivent désormais dans les rues de Calais. Pour toutes ces raisons, nous soutenons la création d’un espace d’accueil des sans abris à Calais, pour qu’ils puissent se reposer et récupérer de la vie éreintante de la jungle.

Pour toute personne qui ne ressemble pas à un européen, le message de la police est très clair : sa place  est dans la “jungle”. Ceux qui osent se rendre au centre-ville risquent désormais de sévères attaques fascistes. De nombreuses personnes se sont faites tabassées ou ont disparues.  Le 12 mars 2016, un groupe de 130 personnes a bloqué les trois ponts qui relient le centre-ville à la jungle empêchant les migrants de rentrer dans la ville.  Le message est évident : vous n’êtes pas les bienvenus.

Nous sommes réellement préoccupés par les faits suivants : la destruction systématique des abris et la ségrégation qui existe au sein de cette ville, nous rappellent un sombre épisode historique. En conséquent créer des lieux de vie dans la ville, pour les personnes qui ont été obligées de vivre dehors, est un acte peut être illégal mais légitime.

Nous avons porté notre choix sur un ancien refuge pour personnes sans abris qui est vide depuis plusieurs années! En rendant à cet espace sa fonction originelle, nous pointons du doigt l’échec du gouvernement quant à l’hébergement de personnes sans abris à Calais, et tentons de montrer que lorsque les personnes sans abris et ceux qui les soutiennent travaillent ensemble, nous parvenons à créer des initiatives réellement inspirantes.

Loi sur le logement :
Article L 345-2-2 : Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale à accès, à tout moment à un dispositif d’hébergement d’urgence.
Cet hébergement d’urgence doit lui permettre, dans des conditions d’accueil conforme à la dignité de la personne de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène, une première évaluation médicale, psychique et sociale, réalisée au sein de la structure d’hébergement ou, par convention, par des professionnels ou des organismes extérieurs et d’être orientée vers tout professionnel ou toute structure susceptibles de lui apporter l’aide justifiée par son état, notamment un centre d’hébergement ou de réinsertion sociale, un hébergement de stabilisation, une pension de famille, un logement-foyer, un établissement pour personnes âgées dépendantes, un lit halte soin santé, ou un service hospitalier.

S´il vous plaît, signez aussi cette pétition  et faites la circuler dans vos réseaux :

http://www.ipetitions.com/petition/support-squatters-rights-in-calais

Le collectif «Salut ô toit »

Email : un_toit@riseup.net

 


 

**We are a group of people from different countries and different political backgrounds who are fighting for the right to housing for everyone, whatever their origin. This Sunday, 27th March 2016 we publicly occupy the old Foyer (homeless shelter) « Le moulin blanc »  on 20 rue Eustache de Saint Pierre/ 7 rue des prêtres in Calais. We would like to invite you to come and support this occupation. Your presence would be strongly appreciated, even recommended to ensure the success of this action. You are welcome to come drink a cup of tea with us.**

Housing is a right, not a privilege. Everyone deserves a warm, dry, safe and secure places to live regardless of age, race, sexuality, gender, class or immigration status.

Squatting is a logical action in Calais, a city where there are many thousands of homeless people and a large quantity of empty homes. People with and without papers have spent winters on the streets since the closure of Sangatte, and still the situation in Calais gets worse.

Calais is a segregated city. The government closed all migrant squats during 2015 and banished the people living in them in to a ghetto kilometers outside the city center.

Now even the ghetto outside town is under attack. Over the past month we have witnessed the destruction of the southern half of the “jungle”, which was home to over 2,000 people in Calais. Some of these people have left Calais, many of them have moved to the overpopulated north (half of the “jungle”), with increased fire risks and tensions between communities living in close proximity. Some are now living in the streets around Calais. And, therefore, we support the creation of a space for those who are homeless in Calais, to rest and recuperate.

The police makes it very clear to anyone who doesn’t look European that the place they belong to is the “jungle”. People who dare to go back to the city risk very heavily physical fascist attacks. People get beaten up or disappear. On the 12.3.2016 a group of 130 people blocked three bridges that lead to the city center from the “jungle”, stopping migrants from entering the city.
The message is clear: You are not welcome!

We are very concerned about both these facts: the systematic destruction of shelter and the segregation of the city, that reminds us on dark history. Therefore the creation of living spaces in the city, for people who are forced to live on the street, is maybe by law, illegal, but in light of the situation, more then legitimate.

The building that was chosen for that was a homeless shelter which has been left empty for many years! By transforming this space into what it was originally intended for, we are both highlighting the governments moral failure to provide adequate accommodation for the homeless people in Calais and showing that when we as homeless people and supporters work together, we can create something truly inspirational.

The law on accommodation :
* ARTICLES L 345-2-2 345-2-3 AND CODE OF SOCIAL ACTION AND FAMILIES *
“Every homeless person in distress, with medical, psychological and social problems, at any time, must be given access to an emergency shelter

Please also sign and spread the petition amongst your networks in support of the occupation:
http://www.ipetitions.com/petition/support-squatters-rights-in-calais
The Collective «Salut ô toit »

Email : un_toit@riseup.net