Revolts and Conditions in Detention Centres across France / Révoltes et conditions de vie dans les centres de détention français

Since 11 April, people have been revolting in several detention centres (CRAs) across France (and of course in other places, like Belgium). People locked up in CRA Mesnil-Amelot (Paris) had occupied and blocked part of the building. In Vincennes (Paris),  a fire started. Prisoners in Oissel (Rouen) have declared a hunger strike. Beginning March, people have been actively resisting the conditions in detention centres during the time of confinement and detention in itself.

Prisoners are revolting against already poor conditions which have only worsened: the lack of proper hygiene measures, reduced cleaning, the lack of medical care for those infected with corona virus, no testing for those potentially contaminated, overcrowding. People are demanding freedom for all!

Initially, at the onset of confinement measures related to Covid-19, the state had freed prisoners throughout prisons and detention centres (migrant prisons). Several detention centres were emptied. Later, people were transferred from prisons to previously emptied detention centres. Now, while some centres remain empty, buildings closed in other centres are being reopened. People are being transferred from centre to centre (frequently as a measure to punish those who revolt and cut people from support networks). CRA Coquelles is currently empty, the 8 people who were last there having been transferred to CRA Lesquin.

During this time of emergency measures, it becomes more clear that the situation (albeit worsened) is not at all exceptional for those who do not have the “good” papers. While the borders are closed and deportations are suspended, people are kept locked up. During confinement measures, people are not able to receive visitors, receive any packages (food, money, cigarettes); phones to access those detained are frequently not working. People are unable to see their lawyers or those working for associations; even judgements take place without people being present at their own court proceedings. Those isolated are even more isolated.There are no good conditions in detention. As a measure of good hygiene, empty them all, burn them all down!

At this time, to support people in detention, be in touch with those detained and spread the information.  You can contact the cabin phones inside the CRAs. If it’s the first time you call please make sure to read the helpful documentation compiled on the À bas les CRA website [Fr].

2016 Vincenne CRA en feu / on fire

2008 Vincennes CRA en feu / on fire

Français / French

Depuis le 11 avril, des personnes se révoltent dans plusieurs centres de détention (CRA) en  France (et bien sûr ailleurs, comme en Belgique). Les personnes enfermées dans les CRA du Mesnil-Amelot (Paris) ont occupé et bloqué une partie du bâtiment. À Vincennes (Paris), un incendie s’est déclaré. Les prisonniers d’Oissel (Rouen) ont entamé une grève de la faim. Depuis le début du mois de mars, les gens résistent activement aux conditions de vie qui leur sont imposées dans les centres de détention pendant la période d’enfermement et à la détention elle-même.

Les prisonniers se révoltent contre des conditions déjà mauvaises et qui n’ont fait qu’empirer : manque de mesures d’hygiène adéquates, nettoyage diminué des locaux, absence de soins médicaux pour les personnes infectées par le corona virus, absence de tests pour les personnes potentiellement contaminées, surpopulation. Les gens réclament la liberté pour tou-tes !

Au commencement des mesures de confinement liées à Covid-19, l’État avait libéré les prisonniers des prisons et centres de détention (prisons pour migrants). Plusieurs centres de détention ont été vidés. Plus tard, les personnes ont été transférées des prisons vers des centres de détention précédemment vidés. Aujourd’hui, alors que certains centres restent vides, les bâtiments précédemment fermés dans d’autres centres ont rouvert. Des personnes sont transférées de centre en centre (souvent pour punir celles qui se révoltent et les couper de leurs soutiens). Le CRA Coquelles est actuellement vide, les 8 dernières personnes qui s’y trouvaient ayant été transférées au CRA Lesquin.

Pendant cette période de mesures d’urgence, il devient plus clair que la situation (bien qu’elle se soit aggravée) n’est pas du tout exceptionnelle pour celleux qui n’ont pas les “bons” papiers. Pendant que les frontières sont fermées et que les expulsions sont suspendues, les gens sont enfermé-es. Pendant les mesures d’enfermement, les personnes ne peuvent pas recevoir de visiteur-euses, recevoir des colis (nourriture, argent, cigarettes) ; les téléphones permettant d’accéder aux personnes détenues ne fonctionnent souvent pas. Les personnes ne peuvent pas voir leurs avocat-e-s ou les personnes travaillant pour des associations ; même les jugements ont lieu sans que les personnes soient présentes lors de leur propre procédure judiciaire. Les personnes isolées le sont encore plus. Il ne peut pas exister de bonnes conditions de détention. Par mesure d’hygiène, videz tous les lieux d’enfermement, brûlez-les tous !

En ce moment, pour soutenir les personnes en détention, il faut être en contact avec les détenu-es et diffuser l’information.  Vous pouvez contacter les téléphones des cabines situées à l’intérieur des CRA. Si c’est la première fois que vous appelez, n’oubliez pas de lire la documentation rassemblée sur le site  À bas les CRA [Fr].