POLICE VIOLENCE – an open letter

ENGLISH BELOW
______

À Monsieur le préfet du Pas-de-Calais
Aux medias qui veulent s’en saisir
À toutes personnes concernées
A Calais, le 13 avril 2020
Lettre ouverte de la communauté Érythréenne de la Jungle de Calais

Avant de commencer à écrire notre plainte concernant les événements suivants impliquant des CRS, nous souhaitons dire quelques mots à propos de nous mêmes,
Nous sommes des exilés venant d’Érythrée. Nous sommes ici pour la simple raison de vouloir vivre notre vie en sécurité, et avoir un futur. Nous ne sommes pas des criminels, nous sommes des migrants. Nous sommes des innocents qui essayons d’aller en Angleterre.

Notre plainte concerne une compagnie de CRS et leurs actions impulsives et agressives à notre égard.
Ils ne nous considèrent pas comme des êtres humains. Ils nous insultent de noms tels que monkey (singe), bitch (salope), etc…
Et, depuis quelques semaines, ils ont commencé à menacer nos vies en nous battant dès que l’occasion se présentait à eux. Lorsque par exemple ils trouvaient un groupe de deux ou trois personnes marchant vers la distribution de nourriture, ou dans nos tentes, lorsque nous dormions.
Ils accélèrent dans leurs véhicules en roulant dans notre direction, comme s’ils voulaient nous écraser. Ils ont également emmené des gens avec eux dans des endroits éloignés de
Calais, et les ont frappé jusqu’à ce qu’ils perdent connaissance.
Ils cachent leurs codes personnels (note : numéro RIO) lorsqu’ils commettent ces actions illégales envers nous. Lorsqu’ils se rendent compte que nous filmons, ils s’attaquent à nous et cassent nos téléphones.

Voici une liste de tous les actes violents auxquels nous avons été soumis récemment.
Tous ces événements ont eu lieu à Calais et ont été commis par des agents CRS :
⁃ 26 mars 2020, 15h30 : une personne a été gazée et frappée par les CRS avoir s’être vue  refusé l’entrée du supermarché Carrefour
⁃ 27 mars 2020, 14h00 : deux personnes qui marchaient près du Stade de l’Épopée pour se rendre à la distribution de nourriture ont été passées à tabac par les CRS. L’une des victimes a eu le bras cassé suite à cette agression. (compagnie 8)
⁃ 27 mars 2020 : deux personnes qui marchaient près du stade de BMX pour aller à la distribution de nourriture ont été frappées et gazées par les CRS (compagnie 8)
⁃ 28 mars 2020, 9h00 : une personne qui marchait dans la rue Mollien a été jetée au sol et passée à tabac par les CRS (compagnie 8)
⁃ 28 mars 15h00 : deux personnes marchant près du stade de BMX pour aller à la distribution de nourriture ont été frappées et gazées par les CRS (compagnie 8)
⁃ 28 mars 2020, 15h30 : une personne qui marchait seule Quai Lucien L’heureux et se rendant à son campement a été passée à tabac et frappée à l’arrière de la tête avec une matraque télescopique par les CRS (compagnie 8)
⁃ 28 mars 2020 : quatre personnes qui marchaient près du stade de BMX ont été passées à tabac par les CRS, à l’aide de matraques télescopiques (compagnie 8)
– 31 mars 2020, 12h50 : deux personnes sorties d’un camion ont été passées à tabac Rue
des Sablières. Une personne se plaignait d’une douleur importante au bras, la deuxième a été laissée quasiment inconsciente et a dû être évacuée vers l’hôpital en ambulance. (compagnie 8).

La communauté des réfugiés érythréens de Calais

picture

______

To the Préfet of Pas-de-Calais
To the media
To all people concerned
Calais, Monday 13 th April 2020
Open Letter from the Eritrean community of Calais Jungle

Before we get to start writing our complaint about what is happening to us with the CRS (Compagnies Républicaines de Sécurité), we would like to say something about ourselves; We are migrants from Eritrea. The reason we are here is because we want to live in a safe place, and have a future. We are not criminals, we are just innocent migrants trying to go to the UK and pursue our dreams.

Our complaint is about the CRS company and their aggressive, impulsive actions on us.
They don’t think that we are humans. They called us names like monkey, bitch, etc….
And a couple weeks ago, they started threatening our lives by keeping on beating us every time they get a chance, like when they found two or three people walking around the foodstreet (note : near the food distribution place) or, in our tents when we are sleeping.
They keep driving fast towards us on the street, like they want to run us over, and they started taking people with them to some places outside of Calais and keeping on beating them until they faint out.
They hide their personal code (note: RIO number) when they are doing something wrong to us. And whenever they see we are recording while they are doing so, they break our mobiles and our bodies.

Below is a list of all the recent acts of violence we have faced. Each one happened in Calais and was carried out by CRS.
– 26th of March 2020, 3.30pm: one person was tear-gassed and beaten by the CRS after
being denied entry to Carrefour Supermarket.
– 27th of March 2020, 2pm: two people walking near Stade de L’Epopée to get food at
the distribution were beaten by CRS (company 8). As a result one of them has a broken
arm.
– 27th of March 2020: two people walking near the BMX park to get to the food
distribution were beaten and tear-gassed by the CRS (company 8).
– 28th of March 2020, 9am: one person walking along Rue Mollien was thrown to the
ground and beaten by CRS (company 8).
– 28th of March 2020, 3pm: two people walking near the BMX park to get to the food
distribution were beaten and tear-gassed by the CRS (company 8).
– 28th of March 2020, 3.30pm: one person walking alone along Quai Lucien L’heureux,
going back to his camp, was beaten and hit in the back of the head with a telescopic baton by the CRS (company 8).- 28th of March 2020: four people walking near the BMX park were beaten with a telescopic baton by the CRS (company 8).
– 31th of March 2020, 12h50: two people pulled out of a truck were beaten by CRS (company 8) on Rue des Sablières. One person was complaining about strong pain in the
arm, one person was left nearly unconscious and had to be brought to the hospital by an
ambulance.
The Eritrean Refugee community of Calais