STOP THE WALLS // open the border

 

ENGLISH BELOW

Du Mur d’apartheid israélien sur les terres palestiniennes au Mur de la honte étasunien sur les terres indigènes à la frontière du Mexique en passant par le Mur marocain qui traverse le Sahara occidental du Nord au Sud et les nombreux murs anti-migrants dans le monde, ce sont près de 70 murs qui déchirent la vie des gens et les terres, qui renforcent les frontières. Fortement militarisés, ils sont responsables de milliers de morts chaque année, ils sont la cause d’expulsions, d’exclusions, d’oppressions et de discriminations. De nombreux autres projets de murs sont en cours d’élaboration ou de construction.

En 2017, des mouvements palestiniens et mexicains ont appelé à faire du 9 novembre la Journée internationale pour un monde sans murs.

(…) Cette année, le 9 novembre marque les 30 ans de la chute du mur de Berlin.
(…)Ces murs sont des blessures infligées au monde. Ils empêchent la liberté de mouvement et l’autodétermination des peuples. Ils sont devenus le symbole d’un monde où les guerres, la militarisation et l’exclusion remplacent la justice, la liberté et l’égalité.
Construits pour renforcer les frontières,  ces murs, visibles et invisibles contribuent aussi à la domination des puissants dans nos sociétés.

De nombreux gouvernements participent à la construction de ces murs, font leur promotion ou acceptent de facto leur existence. Ils favorisent ainsi une véritable industrie des murs qui tire d’énormes profits de leur construction et de leurs équipements : surveillance, systèmes de détection, radars.
pris de : Paris Demosphere

Ici pour en lire plus sur la militarisation de Calais, avec ses km de murs, grillages et barbelés.

Ci-dessus quelques images de ce que l’on a pu voir ce matin en ville et sous les ponts, eux aussi grillagés pour empêcher les gens de s’y abriter.

A bas les murs! Pas de murs, des ponts! Ouvrez les frontières!

 

EN

“From the Israeli Apartheid Wall on Palestinian land to the American Wall of Shame on indigenous lands on Mexico’s border. Through the Moroccan Wall that crosses Western Sahara from north to south and the many anti-migrant walls in the the world.
There are about 70 walls that are tearing people’s lives apart and strengthen borders.
They are heavily militarized, they are responsible for thousands of deaths every year, they are in direct connection with deportations, exclusions, oppression and discrimination.
Many other wall projects are under development or work in progress.

In 2017, Palestinian and Mexican movements called for November 9th to be the International Day for a World without Walls.

(…) This year, November 9 marks the 30th anniversary of the fall of the Berlin Wall.
(…) These walls are wounds inflicted on the world. They prevent freedom of movement and self-determination of peoples. They have become the symbol of a world where wars, militarization and exclusion replace justice, freedom and equality.
Built to reinforce the borders, these walls, visible and invisible, also contribute to the domination of the powerful in our societies.
Many governments participate in the construction of these walls, promote them or accept their existence de facto. They promote a real wall industry that derives huge profits from their construction and equipment: surveillance, detection systems, radar. “
taken from French website : Paris Demosphere

Here to read more about the militarization of Calais, with its miles of walls, fences and barbed wire.

Here, some images of what we could see this morning in the city and under bridges, also fenced out to prevent people from finding shelter there.

Down with the walls! Bridges, not walls! Open the borders!