Affrontements pour la paix à Calais// Fighting for Peace in Calais

Screenshot from 2017-10-03 19-19-05Le 23 Septembre 2017 à Calais, différents groupes étaient réunis pour manifester contre les divers conflits armés et violences policières qui émaillent le monde ainsi que contre la situation anxiogène des exilé.e.s dans la ville de Calais.

Comme dans plusieurs villes en France, des rassemblements pour la paix ont eu lieu à l’appel du « Mouvement de la paix ».

Quand les participants au rassemblement « place d’armes », renommée pour l’occasion « place de la paix », ont voulu déambuler sur les trottoirs, la violence policière s’est immédiatement mise en place : une cinquantaine de personnes dont bon nombre des musicien.ne.s ont été nassées, bousculées et frappées. En quelques instants, les participant.e.s se retrouvent enfermé.e.s et poussé.e.s par les CRS les privant de liberté de circulation. La dispersion est demandée par la police alors que la garde républicaine continue de se resserrer, empêchant tout mouvement des civils, et reste impassible devant des appels à la tolérance de femmes portant des enfants en pleurs.

Voici un bilan encore provisoire :
6 interpellations, des dizaines de blessé(e)s, des enfants traumatisés, des personnes âgées bousculées et choquées, des passants abasourdis et des autorités qui basculent dans la folie pure.
Dispositif policier démesuré/ harcèlement/ identification des forces de l’ordre impossible (absence de matricule, dissimulation des visages) les services de la BAC qui se défoulent sur les personnes encerclées et l’adjoint au maire (M.Mignonnet) qui semble diriger les opérations et qui s’est lui-même chargé d’arracher des pancartes « Place de la paix ». La municipalité s’était opposée officiellement au rassemblement pour la Paix pourtant autorisée par le sous-préfet.

Dans un pays où ce sont les vendeurs d’armes et les pilleurs de ressources qui font la loi, l’état de droit s’est terminé le samedi 23 Septembre 2017 à Calais. Si on veut parler de cette journée, c’est avant tout pour ce qu’elle symbolise et bien au-delà de Calais.

On assiste à une mise en place massive, disproportionnée systématique et abusive de la force par les services de police de plus en plus équipés et armés.

Nous invitons toutes les personnes ayant participé à ce rassemblement de près ou de loin à envoyer vidéos, photos, témoignages à contactjuriste @ psmigrants.org ou legalshelterviolences @ gmx.com car la presse a relayé de fausses informations se contentant de la version policière. Robocops contre pacifistes et musiciens, la violence est venue des autorités, tous les présents l’ont clairement constaté.

Il y a était une manifestation de Lille, Samedi 30 septembre contre les violences policières et l’état d’urgence.

Nous vous invitons également à venir en soutien aux deux personnes convoquées au tribunal de Boulogne le 23 Octobre 2017 à 14 h.

Screenshot from 2017-10-03 19-19-52ENGLISH:

On September 23 3017, in Calais, several groups gathered in order to demonstrate against the armed conflicts and police brutality throughout the world, as well as against the stressful condition of refugees in the town of Calais.
In several other cities in France, gatherings for peace, called for by the “Mouvement de la Paix”, were held.
When the demonstrators at “place d’armes” (which means “weapon square” in French), which had been renamed “place de la paix (“peace square”), tried to go marching on the sidewalks, police violence started immediately: around fifty people, many of them musicians, were surrounded, shoved and hit. Within a few moments, they were kettled and pushed around by riot police, thus being deprived of their right of free movement. The police was asking the demonstrators to disperse as the kettle got tighter, stopping anyone from leaving, and stayed insensitive to the cries for tolerance of people holding frightened children in their arms.

Here is the temporary toll:

6 people arrested, tens of wounded people, children in shock, older people shoved and shocked, bewildered passers-by, and authorities going totally wild.

A disproportionate police force/ harassment/ no possibility of identifying police (no service numbers, hidden faces)/ the civil police (BAC) venting their anger by hitting the surrounded people/ the deputy mayor (Mr. Mignonnet) who appeared to be conducting the operation, personally tearing down the signs saying “place de la paix”.

The town hall had officially objected to the gathering for Peace, although the sub-prefect had allowed it.
In a country where arms dealers and looters of natural resources make the laws, the rule of law ended on Saturday, September 23, 2017 in Calais.
We wish to talk about this day above all because of what it symbolizes beyond Calais.
We are witnessing a massive, disproportionate, systematic and abusive use of violence by police forces which are more and more equipped and armed.

We encourage all the people who were part of this gathering to send videos, photos, testimonies to contactjuriste @ psmigrants.org or legalshelterviolences @ gmx.com, since the press gave false informations, only relaying the police version. Robocops versus pacifists and musicians, all those present could clearly see that the violence came from the authorities.

We also invite you to come support the two people who will be tried on October 23 2017, at 2 pm, in the tribunal of Boulogne-sur-Mer.

Screenshot from 2017-10-03 19-21-34

Advertisements