Recent police attacks on distributions / Récentes attaques de la police contre les distributions

In the last weeks the police have started to include attacks on support infrastructure in their campaign of violence and intimidation against people on the move in this city. Volunteers and supporters in Calais have been reporting police attacks during food distributions, traffic stops and fines when going out in association vehicles to do distributions, threats to seize vehicles, poisoning of water supplies, and the destruction of donations. This is in addition to the police violence which takes place daily in the jungles, at the parkings, and in the streets for which volunteers are not often present.

serveimage

Water containers contaminated with CS gas

These incidents are part of a larger strategy aimed at eliminating solidarity towards people on the move from the streets of Calais. Ever since the explosion of support which helped construct the Jungle in 2015 the local government has targeted the groups and individuals trying to offer resources to undocumented people in Calais. After the evictions of the Jungle, the local government attempted to ban the distribution of food in Calais as well as people gathering in public space, a ban which was overturned by a court in Lille and is currently being appealed by the government, and by arresting anyone who attempts to protest the violence of the border (see post from June 26th). However, despite this ban the associations have continued cooking and distributing food throughout this time. Now, it seems like a decision has been taken to use the police in an extralegal way to disrupt the distributions in the hopes of discouraging the associations and make people too afraid to attend.

For years the state’s strategy has been to make life as hard as possible for people on the move in Calais with the hopes that they will give up and leave. Providing practical and material support to those on the move as well as speaking out against the state’s program of violence and intimidation is part of the struggle against the government’s desire to eliminate migrants and refugees from Calais’ streets. Defending the spaces where meaningful solidarity and support can exist in the city for those on the move is one part of challenging the border.

One way to challenge the violence of the police is to try to intervene. An easy way to do this is to film the police. Though it may seem to have a limited effect, continually exposing the violence of the police to public scrutiny can help challenge their impunity. As well as filming the police, it is also worth collecting other information about them; for example the officer’s numbers, the number of the CRS company involved, and testimonies from witnesses. Of course the police will try to hide their identities (in the recent weeks CRS have been hiding the registrations of their vans with black tape), but this can also be documented as used against them.

As migrants experience these violations on a daily basis there is especially a need for volunteers and activists to stay with them after the food distribution vans have left, because this is the time which the police attack the most. In the mornings people who stay in the jungle are woken up with tear gas and in the nights they are chased and beaten with batons.

The Cabane Juridique can help with legal assistance for making complaints against the police (legalshelterviolences@gmx.com)

Even though resisting police violence and the state’s attacks on solidarity may seem difficult, it is only through struggling together to defend the spaces and structures of support that the idea of a society based on openness, not borders, can remain.

A brief and incomplete time-line of police attacks on supporters:

Thursday, July 13
– A distribution van was gassed by police at the evening food distribution.

Saturday, July 15
– The morning distribution was hindered by police, and the CRS threatened to confiscate vehicles.

– In the evening, the police attacked and sprayed gas at the evening distribution at Verrotières.

– In the night, again at rue des Verrotières, a distribution vehicle with its rear doors open was gassed, along with the food that was inside. Many volunteers were also teargassed.

Sunday, July 16
– In the morning, at the Auchan Drive breakfast distibution, exiles and volunteers were gassed massively, food also. Some CRS policemen destroyed bags of pastries and bread by trampling them, and tried to confiscate the tea thermos flasks. The exiles dispersed, and the volunteers decided to move away, but to remain present in the field. They sat in a circle to picnic, sing songs and clap their hands, surrounded by police officers determined to force them to leave.

– This afternoon at 2.00pm, at the hospital distribution, again new police barriers.

Wednesday, July 19
– Police came at 9AM in the jungle at Verrotières to take people belongings; plastic, sleeping bags, tents, and anything with which they could shelter.

Tuesday, July 25
– The afternoon food distribution in the city center was disrupted by police. They were following the distribution van through the streets and once, stopped prevented food from being given out before everyone was fed. Afterwards seven people were arrested after refusing to show ID.

Au cours des dernières semaines la police a ajouté l’attaque des moyens matériels de soutien aux migrant-es à leur campagne de violence et d’intimidation contre les personnes de passage à Calais. Des bénévoles et des soutiens dans cette ville ont rapporté des attaques de la police pendant les distributions de nourriture, des arrêts forcés et des amendes lorsqu’ils et elles utilisaient des véhicules d’associations pour faire les distributions, des menaces de saisie des véhicules, l’empoisonnement de bidons d’eau et la destruction de dons. Tout ça en plus des violences policières qui ont lieu quotidiennement dans les jungles, les parkings et dans les rues, où les bénévoles ne sont souvent pas présent-es.

serveimage

Water containers contaminated with CS gas

Ces événements font partie d’une stratégie plus large visant à éliminer dans les rues de Calais la solidarité envers les personnes de passage. Depuis l’explosion de soutien qui a permis la construction de la Jungle en 2015 les autorités locales ont visé les groupes et les individus qui essaient d’apporter des ressources aux personnes « sans-papiers » à Calais. Après les destructions partielles successives puis complète de la Jungle, les autorités locales ont tenté de interdire la distribution de nourriture à Calais ainsi que le rassemblement de personnes dans l’espace public, une interdiction qui a été jugée illégale par le tribunal de Lille, mais les autorités font appel contre cette décision, tout en arrêtant quiconque essayant de protester contre la violence à la frontière (voir article du 26 juin 2017). Cependant, malgré ce bannissement, les associations ont continué à cuisiner et à distribuer de la nourriture sans interruption. Maintenant, il semblerait que la décision a été prise d’utiliser la police d’une manière extra-légale pour perturber les distributions dans l’espoir de décourager les associations et de faire tellement peur aux gens qu’ils n’osent plus s’y rendre.

Pendant des années, la stratégie de l’État a été de rendre la vie aussi dure que possible pour les personnes de passage à Calais dans l’espoir qu’elles abandonneraient et partiraient. Fournir des moyens pratiques et matériel à ces personnes ainsi que protester publiquement contre le programme Étatique de violence et d’intimidation est une part de la lutte contre le désir du gouvernement d’éliminer les migrant-es et les réfugié-es des rues de Calais. Défendre les espaces où une solidarité et un soutien conséquents peuvent exister dans la ville pour les personnes de passage c’est une partie de ce qui peut être fait pour contester la frontière.

Un moyen de contester la violence de la police est d’essayer d’intervenir. Une manière simple de le faire est de filmer la police. Même si ça semble avoir un effet limité, rendre continuellement visible au public la violence de la police peut aider à contester leur impunité. De même que filmer la police, c’est également valable de collecter d’autres informations à leur sujet ; par les matricules des policiers, le nombre de compagnies de CRS impliquées, et des témoignages de personnes présentes. Bien sûr les policiers essaieront de masquer leur identité (au cours des dernières semaines des CRS ont caché partiellement les numéros des plaques de leurs véhicules), mais cela aussi peut être documenté et utilisé contre eux.

Comme les migrant-es font l’expérience quotidienne de ces violations, il y a particulièrement besoin de volontaires et d’activistes pour passer du temps avec elles et eux lorsque les camionnettes qui distribuent la nourriture sont parties, parce que c’est à ce moment que la police attauqe le plus. Le matin les personnes qui restent dans la jungle sont réveillées par des gazeuses et la nuit elles sont pourchassées et matraquées.

La Cabane juridique peut aider sur les questions légales et pour déposer des plaintes contre la police (legalshelterviolences@gmx.com)

Même si résister contre les violences policières et les attaques de l’État contre la solidarité peut sembler difficile, ce n’est qu’en luttant ensemble pour défendre des espaces et des structures de soutien que l’idée d’une société fondée sur l’ouverture et non les frontières, peut subsister.

Une brève et incomplète chronologie des attaques de la police contre les soutiens :

Jeudi 13 juillet 2017
– Une camionnette a été gazée par la police lors de la distribution de nourriture du soir.

Samedi 15 juillet 2017
– La distribution du matin a été perturbée par la police, et les CRS ont menacé de confisquer les véhicules.

– Le soir, la police a attaqué et gazé la distribution à la Verrotières.

– Pendant la nuit, à nouveau rue des Verrotières, un véhicule de distribution qui avait sa porte arrière ouverte a été gazée, avec toute la nourriture qui était dedans. De nombreux-es bénévoles ont aussi été gazées.

Dimanche 16 juillet 2017
– Le matin, à la distribution du petit-déjeuner à Auchan Drive, les éxilé-es et les bénévoles ont été gazé-es massivement, ainsi que la nourriture. Des CRS ont détruit des sacs de pâtisseries et de pain en les piétinant, et ont essayé de confisquer les thermos de thé. Les éxilé-es se sont dispersé-es et les bénévoles ont décidé de se déplacer, mais de rester à proximité. Illes se sont assis-es en cercle pour pique-niquer, chanter et taper dans les mains, encerclé-es par des policiers déterminés à les faire partir.

– L’après-midi, à 14 heures, à la distribution de l’hôpital, à nouveau des barrages policiers.

Mercredi 19 juillet 2017
– La police est arrivée à la jungle à 9 heure du matin à la jungle de la verrotières pour voler ce que les gens avaient qui leur permettait de s’abriter : bâches plastiques, sacs de couchage, tentes, etc.

Mardi 25 juillet 2017
– La distribution de nourriture de l’après-midi dans le centre ville a été perturbée par la police. Elle suivant la camionnette de distribution dans les rues et une fois à empêché la distribution de nourriture alors que tout le monde n’avait pas été servi. Ensuite sept personnes ont été arrêtées après avoir refusé de montrer leurs papiers.

Advertisements