TRIBUNAL ADMINISTRATIF DECISION AND REASONS

ENGLISH
The Prefecture’s request to demolish the shops and restaurants was rejected on ALL COUNTS by the Tribunal Administratif in Lille. Reasons below:
-places of commerce have existed since April 2015
-lack of authorization and sanitation worries are the same for all “lieux de vie” ie shelters, school and places of worship, for the judge there is no differentiation
-the places of business serve other important functions: places to meet, to charge phones, to accommodate new arrivals
-destroying them would aggravate tensions and endanger the well-being of residents and degrade their living conditions
The judge took on board arguments regarding long waiting lines for government run services and rising tensions due to them
The request to demolish was rejected on all counts.
We won? The decision just means that the police won’t DEMOLISH the shops and restaurants.
The prefecture said this morning that they will intensify the controls on the shops; so we have to be clear with the refugees : this is not an authorisation from the judge to re open the restaurants and shops!
The situation remains the same.
We just obtain this thing: a judge said that restaurants, shops, barber, hamman, are useful in the jungle and they could’nt be demolished.
Now another legal fight has to be lead …

FRENCH
On a vraiment été entendu par le juge, sur quasiment tous nos arguments.
Il rejette la requête qui est infondée sur l’urgence ET sur l’utilité.
Le juge retient que:
– les commerces existent depuis avril 2015
– la situation sanitaire des restaurants, pas d’autorisation administrative, risque d’incendie etc.. est la même situation pour tous les abris du camp ainsi que des lieux de vie (école, lieux de culte..).
– les commerces et magasins remplissent d’autres fonctions pour les exilés : lieux de rencontres apaisés entre bénévoles et migrants, se mettre à l’abri pendant la journée, de se détendre, de recharger les téléphones portables, solution d’hébergement pour les arrivants
– la destruction de ces lieux constitueraient une dégradation des conditions de vie déjà très problématiques
La requête est rejetée en toutes conclusions et la décision est extrêmement favorable.
On a gagné? La décision signifie simplement que la police ne vais pas a DÉMOLIR les shops et les restaurants.
La préfecture a dit ce matin que les contrôles sur les magasins seront intensifiés; nous devons donc être clair avec les réfugiés: cette victoire n’est pas une autorisation du juge à ouvrir à nouveau les restaurants et les magasins!
La situation reste la même.
Nous obtenons juste cette chose: un juge a dit que les restaurants, boutiques, coiffeur, hamman, sont utiles dans la jungle et ils ne peuvent pas être démoli.
Maintenant donc une autre lutte juridique devrait être mené…