The ‘centres de repits’ are becoming traps // Les centres de répits deviennent des pièges

In November 2015, the French government set up the CAO (Reception and Orientation Centres) or “respite centers” to disperse people from Calais. To convince people to leave Calais to send them all these isolated villages throughout France, the government assured everyone that no Dublin procedure would be applied and that the residents of these CAO would be left in peace, whether asylum seekers in France,or having been finger-printed in another European country or anything else.

On the 17th February 2016, the Police came to the CAO Loire for two residents from Sudan to arrest them, and took them to the Detention Centre (CRA) Plaisir, in Yvelines to deport them to Italy . Having refused to board the plane, they seized the administrative court of appeal against their detention, but their chances are very low. They will be, in all likelihood, forcibly returned under escort to Italy in the coming days.

Unfortunately, this does not seem to be the first time this has happened. Indeed, another Sudanese national staying in the CAO in Vendée who had had his fingerprints taken in Italy was deported to Italy on January 12th.

Unsurprisingly, this is further evidence of the state’s lies and their fierce determination to hunt down all those exiled in vulnerable situations. Especially as one of the arguments to evict the Calais ‘Bidonville’ was the existence of these CAO’s where people would supposedly have nothing to fear …

Again and always, do not let the state deceive us and continue their politics of harassment and lets work instead to knock down all the borders that we cross on our way !

[FR]

En novembre 2015, le gouvernement français a mis en place les CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) ou « centres de répit » afin de désengorger Calais. Pour convaincre les gens de quitter Calais pour tous ces villages isolés en France, le gouvernement avait alors promis qu’aucune procédure Dublin ne serait appliquée et que les résidents de ces CAO pourraient rester tranquilles, qu’ils soient, demandeurs d’asile en France, enregistrés dans un autre pays européen ou quoi que ce soit d’autre.

Le 17 février 2016, les flics sont venus chercher deux résidents originaires du Soudan d’un CAO dans le Loiret pour les interpeller, et les ont conduit au centre de rétention administrative (CRA) de Plaisir, dans les Yvelines afin de les déporter en Italie. Ayant refusé l’embarquement, ils ont saisi le tribunal administratif d’un recours contre le placement en rétention, mais leurs chances sont très faibles. Ils seront donc, selon toute vraisemblance, renvoyés de force et sous escorte en Italie dans les prochains jours.

Malheureusement, cela semble ne pas être la première fois que ça arrive. En effet, un autre ressortissant soudanais résidant dans un CAO en Vendée ayant ses empreintes en Italie a déjà été déporté vers l’Italie le 12 janvier dernier.

Sans surprise, voilà une nouvelle preuve des mensonges de l’État et de sa volonté farouche de traquer toutes les personnes exilées en situation vulnérable. D’autant plus qu’un des arguments pour expulser le bidonville de Calais était l’existence de ces CAO où personnes n’aurait rien à craindre…

Encore et toujours, ne laissons pas l’État nous flouer et poursuivre ses politiques d’harcèlement et attelons nous plutôt à abattre toutes les frontières que nous croiserons sur notre chemin !