Court for the Calais port occupiers / Tribunal pour les occupants du port

la-chapelle-calais

Calais: freedom of movement – solidarity banner from La Chapelle, Paris.

On the 25th of January, 8 defendants were led out in front of the Tribunal de Grande Instance (TGI) in Boulogne-Sur-Mer for occupying the ‘Spirit of Britain’ ferry after Saturday’s protest in Calais port. 6 of the defendants were people without papers from the Jungle, charged with a breach of the transport code which involved entering a ferry without permission. The residents of the Jungle that appeared in court today were from conflict zones across the world, there were people from Afghanistan, Sudan, and Syria. There were also 2 supporters in court, these two francophones were charged with the same breach of the transport code and also face an extra charge of facilitating entry. The maximum sentence for these offenses is 6 months in prison or a €3,500 fine.

The accelerated nature of the hearing was a point of contention. After the defence barristers were informed that all 8 cases would be heard together, they requested that the tribunal be delayed. The judges decided to put the hearing back until February 22nd. After the delays placed upon this case the 2 francophone supporters were released on bail, while the 6 people without papers were held in dentention. They have since been returned to Longeunesse penitentary near Saint-Omer to stew for a month in prision before the next hearing. Calais Migrant Solidarity will be organising prisoner support for those detained in the coming month.

The political nature of this prosecution is obvious. After a demonstration involving over two thousand people and supported by an entire pletheroa of organisations (including: ATMF, CISPM, CNT-RP, Collectif Paris 20ème Solidaire avec touTEs les migrantEs, CSP 75, Droits Devant !!!, EELV Paris, Intégration 21, La Horde, LDH, NPA, Sans-Voix Paris 18ème, SNPES-PJJ-FSU IDF, SUD Culture, UJFP, Union Locale Solidaires des 5e-13e arrondissements de Paris et d’Ivry, UNSP, London2Calais, and Nord-Pas-de-Calais Antifascists) these 8 people face prosecution. Similar to the continual disrubitions over the summer and the imprisonment and political prosecution of the three Channel Tunnel walkers for ‘disrupting a railway carriage’, even after one of the defendants, Abdul Rahman Haroun, was granted asylum. The French state is reproducing the tactics of its British counterpart by criminalising the actions of those fighting the border. As those without papers, detained by the state for willing to fight for their freedom of movement, sit in their cells tonight, those outside the prisons walls should not forget our friends inside!

———————————————————————

Legend : Liberté de circulation- banderole de solidarité à La Chapelle, Paris.

Dans le 25 janvier, 8 inculpés passaient devant le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Boulogne-sur-Mer pour occupation du ferry “Spirit Of Britain” après la manifestation de samedi au port de Calais. 6 des inculpés étaient des sans-papiers de la Jungle, accusés d’infraction au code du transport qu’implique l’entrée dans un ferry sans permission. Les résidents de la jungle qui sont apparus à la cour aujourd’hui viennent de zones de conflits d’à travers le monde. Ils viennent d’Afghanistan, du Soudan, et de Syrie. 2 soutiens étaient également inculpés. Ces deux francophones ont été inculpés pour la même infraction au code du transport avec en prime une inculpation de “faciliter l’entrée”. La peine maximum pour ces faits est de 6 mois de prison ou une amende de 3500 euros.

La nature accélérée de l’audience a été un point contentieux. Après que les avocats ont été informés que les 8 cas seraient entendus ensemble, ils ont demandé au tribunal que le procès soit reporté. Les juges ont décidé un report d’audience pour le 22 février. Une fois le report obtenu sur cette affaire, les 2 soutiens français ont été libéré sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre dans la région et les 6 sans papiers ont été envoyé en détention. Ils sont depuis au centre pénitencier de Longuenesse près de Saint Omer, à mariner pendant un mois en prison avant la prochaine audition. CMS organisera un soutien aux prisonniers pour les détenus du mois prochain.

La nature politique de ce procès est évidente. Après une manifestation impliquant  plus de 2000 personnes et soutenue par une pléthore d’organisations ( incluant :  ATMF, CISPM, CNT-RP, Collectif Paris 20ème Solidaire avec touTEs les migrantEs, CSP 75, Droits Devant !!!, EELV Paris, Intégration 21, La Horde, LDH, NPA, Sans-Voix Paris 18ème, SNPES-PJJ-FSU IDF, SUD Culture, UJFP, Union Locale Solidaires des 5e-13e arrondissements de Paris et d’Ivry, UNSP, London2Calais, et Nord-Pas-de-Calais Antifasciste), ces 8 personnes font face à un procès. Similaire au raffut continu depuis cet été et l’emprisonnement et le procès politique des 3 marcheurs du tunnel, inculpés de “perturbation de la structure ferrée”, alors même que l’un des inculpés, Abdul Rahman Haroun, a obtenu le droit d’asile en Angleterre par la suite. L’État français reproduit les tactiques de son homologue britannique en criminalisant les actions de ceux et celles qui combattent la frontière. Alors que ces sans-papiers, détenus par l’état pour avoir voulu combattre pour leur liberté de circulation, assis dans leurs cellules ce soir, ceux hors des murs n’oublieront pas leurs amis à l’intérieur !