First do no Harm / Tout D’Abord ne pas Faire de Tort

Hospital 1.jpg

EN FRANCAIS DESSOUS

I will apply, for the benefit of the sick, all measures which are required […]

I will remember that I remain a member of society, with special obligations to all my fellow human beings, those sound of mind and body as well as the infirm. […]

I will remember that there is art to medicine as well as science, and that warmth, sympathy, and understanding may outweigh the surgeon’s knife or the chemist’s drug.

Hippocratic Oath

 

– Parlez vous Francais ? – Parlaiz vous Anglais ? – Qu’est-ce que tu as ?

Ordinary start of a medical check on a refugee patient at Calais Hospital

Calais is a border city, a place where people freedom of movement is constantly violated, up to the point of having your leg bones broken to stop you, your eyes blinded with tear gas for you not to see.

Calais « Centre Hospitalier » is a big and new building complex a few kilometres away from the Calais Jungle and near to the highway leading to the Eurotunnel.

Everyday an average of fifteen people living in the jungle are taken to the « Urgences », the A&E or the emergency section. They come here for different reasons: injuries resulting from jumping fences and high walls when going to try to cross the border at Eurotunnel and car ferry, repressive tear gas attacks by police inside and outside the jungle, tear gas cannisters and rubber bullets shot by police and in some cases hitting faces, smashing teeth, breaking through flesh. Many people go to the hospital also for health problems connected with life conditions in jungle: cold weather, low quality nourishment, health troubles which have been protracted by their long and difficult journeys from Africa and Middle East that many times culminate during the stressful and intense periods of time spent in the limbo of the Jungle like bronchitis, appendix, gastrities, etc. Others need to treat illness like diabetes, cancer, glaucomas.

Many times people are brought to the « Urgences » by ambulance. Ambulances are not allowed to enter the jungle, even in life threatening cases. Around the area of the camp there are three meeting points where the vehicle will come, this means if you live or if you injure yourself away from these points you will need to be transported by your friends with last minute stretchers to the nearest point, involving life endangering movement, especially in case of traumas. Having done this you will still be left without any medical care because the ambulances are always coming without doctors. This means a rescue service is turned into a simple taxi/transportation service, you are not given any timely and crucial treatment, no matter how bad your condition is.

If you are lucky enough to be rapidly transported to hospital by car with someone who has documents you will face the following procedure: at the ironically named accueil, or welcome you will find a nurse asking about your conditions in French, or, in many cases, a reluctant English, as people coming from Afghanistan or Sudan might for some secret reasons be supposed to talk French. – Parlez vous Francais ? – Parlaiz vous Anglais ? – Qu’est-ce que tu as ?

After that you will have to wait for a doctor to take you on your case and if your problem is arbitrarily considered not serious enough you might wait hours and hours on a waiting room bed, a needle stuck into your vein, until many eventually decide to leave without a doctor seeing them.

The language barrier is constantly used as a justifying factor for inadequate medical care, at the same time translators are not allowed to be with the patient during doctor consultations.

Additionally, the Emergency waiting room is many times, especially at night times, literally dominated by the presence of a security man walking inside and out the waiting room and the inner space of the A&E, lording it over the medical staff workspace and physically following every step migrants take inside the building.

Particularly blatant is the discrimination made by security and by the system allowing and providing for its presence towards people individually volunteering in the jungle and regularly bringing people to hospital to support them with translation and with human feelings involved when facing the need to get medical help…pain, fear, sometimes shock.

In these cases the security on shift will stand beside you during the first interview with medical personnel, threateningly checking every word and gesture, transforming a medical encounter in a police interrogation: the feeling is “I came here to get help from people who are supposedly there to provide it, and what I am getting again is repression and criminalization of my mere existence and for doctors and nurses this is totally fine working environment”.

Moreover, no priority criteria seems to be applied like they should in a place where emergencies are handled, as the word “emergency” suggests by in of itself: you might be throwing up blood on the waiting room floor for half an hour after police hit you directly in your chin with a rubber bullet to make you desist from jumping on a truck possibly going to England, but Monsieur Leblanche will surely have his abscess checked by doctor before you.

There is no justice in Calais, and there is space to tolerate and even support lacks in professional and ethical commitment if this happens in the name of the common hate for migrants.

2010-12-31 15.30.40.jpg

After a night or an entire day spent at the emergency many people are hospitalized. Particularly dramatic is the situation in the orthopaedic section of the hospital. At the time that this text has been written, 23 refugees, of different nationalities, including under-age kids, have been hospitalized for having broken feet, legs, arms or ribs from police violence or attempts to cross the border (razor wire fences, walls, tear gas showers resulting in dramatic falls, runs from tear gas and police dogs, police rubber bullets, etc.). Many of them have faced and will have to face up to four surgical operations and will have to spent months in the hospital, their life trapped in this kind of impasse, unable to pursue the goal of crossing, far from friends in jungle, many time unable and ashamed to share their conditions with family and people who spent all their savings to support their trip to Europe, if still in contact with them at all.

We have been many times to see many times Najeb, 18-years-old promise of the National Afghan cricket team, he came to Calais because he wanted to continue playing cricket after Taliban killed his family, “It’s everything I can do, it’s everything I have been left with”. First night he goes to try to cross from Calais Port Ferry he is chased by police dogs and while escaping he jumps from a bridge and badly hit his knee, unable to run he stops praying that police will call him an ambulance. “You are not dying, I will call the ambulance if you die…and then he smashed his stick on my leg so hard that the wound was as deep as up to my bone…i did not expect this, what am I gonna do, I escaped from Talibans and I came up to here to find they hate me”.

In Calais also the Hospital is a stage for border violence, you feel it spending a few hours inside of it and talking with medical staff, you feel it when a consistent group of Sudanese peacefully march from the jungle – when they find out about a friend who died on the highway when hit by a car – because they want to stand together and pray for him and all that they find at the entrance of the hospital is a sizeable contingent of uniformed and plain clothes police forces armed with rubber bullet guns saying “You have five minutes and then we will attack you if you don’t move because French people want to leave the building but they are afraid because you are here”. The start to pray, and the police laugh, French people go back their home, a man died, no family nor close friends have yet been found to communicate his death.

Everything reported has been first hand witnessed by people physically spending a lot of time inside the hospital to support refugees since there is no association or NGO making up for big lacks in terms of cultural mediations, linguistic translation.

—————–

 

J’appliquerai, au bénéfice des patients, toutes les mesures nécessaires […]

Je me souviendrai que je reste un membre de la société, avec des devoirs spécifiques en direction de tous mes semblables, à ceux bien-portants tout comme aux infirmes […]

Je me souviendrai qu’il en est de la médecine comme de la science un art, et que la sympathie et l’empathie peuvent parfois l’emporter sur le scalpel du chirurgien ou les médicaments du pharmacien. […]

Serment d’Hippocrate

 

Parlez vous Français ? – Parlez vous Anglais ? – Qu’est-ce que tu as ?

Questions initiales d’un entretien médical à l’hôpital de Calais

Calais est une ville frontalière, un lieu où la liberté de mouvement des individus est constamment violée, au point d’être empêché de se mouvoir à cause d’une jambe brisée où incapable de se diriger, aveuglé par les gaz lacrymogènes.

Le Centre Hospitalier de Calais est un complexe immense et neuf situé à quelques kilomètres de la Jungle, proche de l’autoroute menant au Tunnel sous la Manche.

Tous les jours, en moyenne, une quinzaine de personnes vivant dans la jungle sont amenées aux urgences. Ils y arrivent pour diverses raisons : blessures dues au passage des clôtures et barbelés lorsqu’ils essayent de franchir la frontière au port ou au Tunnel, attaques répressives de la police à coup de gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc atteignant parfois leurs visages, perçant la chair, cassant leurs dents.

D’autres encore se rendent aux urgences pour des maladies causées par les conditions de vie dans la jungle : climat froid, malnutrition, problèmes médicaux contractés lors du long périple qui les a mené de l’Afrique ou du Moyen-Orient aboutissant une fois arrivé dans la jungle à des bronchite, gastros etc. Quelques uns enfin ont besoin d’être soignés pour des maladies au long-court comme le diabète, des cancers ou autres glaucomes.

Souvent, ils sont amenés aux Urgences dans des ambulances. Celles-ci ne sont pas autorisées à entrer dans la Jungle même en cas d’urgence vitale. Seulement trois issues permettent aux malades ou blessés de sortir de la Jungle pour atteindre les ambulances. Ceci implique d’évidents risques secondaires liés au transport des victimes par leurs amis jusqu’au point de rencontre, notamment en cas de graves traumatismes. Et quand bien même vous ayez réussi à rejoindre l’Ambulance, vous n’y trouverez pas de médecin à l’intérieur pour apporter les premiers secours. En conséquence, les services de secours ne sont ici qu’un service de transport ne permettant pas de gagner les précieuses secondes parfois nécessaires lorsque le cas est grave.

Si vous êtes assez chanceux pour être rapidement amenés en voiture à l’hôpital par un ami possédant des papiers d’identité, alors un étrange scénario se mettra en place : à l’ironiquement nommé Point d’Accueil, vous serez face à une infirmière donnant un véritable interrogatoire concernant votre statut, en Français, ou bien dans un anglais volontairement peu disposé. – Parlez vous Français ? – Parlez vous Anglais ? – Qu’est-ce que tu as ?

Ensuite, vous aurez à attendre le médecin.

Une fois passé ces épreuves initiales, il vous faudra attendre. Si votre cas est arbitrairement jugé comme non urgent, cette attente pourra facilement s’éterniser. Allongé dans un lit précairement installé dans le couloir, votre seule chance est de voire des personnes autour de vous abandonner vous permettant ainsi d’être soigné.

La barrière de la langue est constamment utilisée pour justifier de la mauvaise prise en charge médicale des patients sans papiers. Dans le même temps, les traducteurs ne sont pas autorisés lors des consultations…

Pour ajouter à l’ambiance délétère, la salle d’attente est souvent occupée par un imposant homme de la sécurité, notamment la nuit, déambulant dans les couloirs des Urgences et suivant pas à pas tous les migrants plus particulièrement.

La discrimination se fait tout autant ressentir auprès des volontaires ou amis ayant menés les victimes jusqu’à l’hôpital. Qu’il s’agisse du Cerbere de la sécurité ou du système en général, le traitement odieux est flagrant. Lorsque ceux-ci souhaitent intervenir pour assister les victimes, pour traduire ou accompagner moralement les patients, ils sont souvent traités avec dédain.

Dans ces cas, la personne de la sécurité restera bien souvent derrière vous, debout, lors de la première rencontre avec le personnel médical, surveillant d’un air menaçant chacun de vos gestes, transformant un rendez-vous médical en un interrogatoire de police. Votre sentiment ? « Je suis ici pour obtenir de l’aide de personnes sensées m’en offrir. Et une nouvelle fois, je subis répression et criminalisation pour mon action»

Les critères de priorités que l’on suppose évidents dans un tel environnement peuvent cependant être interrogés. Vous pourriez être en train de vomir du sang sur le sol de la salle d’attente depuis une demi-heure après avoir reçu une balle en caoutchouc dans la tête, l’abcès de M. Leblanc sera sans doute soigné bien avant vous.

Il n’y a pas de justice à Calais. Les manques de professionnalisme et de déontologie ont eux libre-court dans l’espace commun de la haine pour les migrants.

Enfin, après une nuit ou une journée entière passée dans la salle d’attente, la plupart sont pris en charge. La situation est encore plus dramatique cela dit concernant le département orthopédique. Au moment où nous écrivons ces mots, 23 réfugiés de différentes nationalités, incluant des mineurs, ont été hospitalisés pour des fractures du pied ou de la jambe. La plupart du temps, il s’agissait de conséquences de brutalités policières ou de tentatives désespérées de franchir la frontière. La plupart devront faire face à une ou plusieurs interventions chirurgicales. Leur ambition, celle de franchir la frontière, se heurtant violemment aux grillages de sécurité. Parfois même, la honte les gagnera et ils n’oseront pas partager leurs situations avec leurs familles qui se sont souvent saignées pour permettre à l’un d’entre eux d’entreprendre l’interminable voyage, si tant est qu’ils soient toujours en contact.

Nous avons souvent rendu visite à Najeb, un grand espoir du Cricket Afghan âgé de 18 ans. S’il a tenté ce périple, c’est parce qu’il voulait poursuivre le cricket en Angleterre après que toute sa famille ait été tuée par les Talibans. « C’est tout ce que je sais faire, c’est la seule chose qu’il me reste ». La première nuit où il tenta de franchir les grillages longeant le port, il fut chassé par la police et ses chiens. Dans la précipitation, il chuta d’un pont, se blessant salement au genou. Il supplia les officiers de police d’appeler une ambulance.

« Tu n’es pas en train de mourir. J’appellerai une ambulance lorsque tu agonisera ». Puis un coup, violent, plein de rage. Une matraque vint détruire ce qu’il restait de son genou. La plaie s’était ouverte, Najeb voyait l’os sous la chair ensanglantée.

« Je ne savais plus quoi faire » raconte Najeb. « J’avais fuit les Talibans et voilà que j’étais frappé par une police qui me haïssait ».

À Calais, l’hôpital est aussi un lieu où les violences constatées aux frontières peuvent surgir. Passez quelques heures dans cet établissement et vous en serez convaincus. Ressentez la haine dans les expressions du corps médical. Observez ce groupe de soudanais, venus à pied depuis la Jungle, pour prier et se rassembler alors que l’un des leurs venait de mourir sur l’Autoroute, percuté par une voiture. Parce qu’ils voulaient se retrouver, pacifiquement, en la mémoire de leur ami, ils ont trouvé face à eux un contingent en uniforme, flashball à la main, hurlant à s’en égosiller : « Vous avez cinq minutes avant que l’on vous attaque. Il y a des Français bloqués à l’intérieur, ils ont peur de vous. Partez. CINQ MINUTES ». Pas effrayés et guidés par le besoin de rendre hommage, les membres de la communauté soudanaise se mirent à prier sous les rires moqueurs des policiers. Puis les Français ont pu regagner leurs domiciles alors qu’à la morgue, un corps attendait toujours que l’on veuille bien prévenir sa famille ou son entourage. Mais ce n’était pas une urgence…

Tous les témoignages décrits ci-dessus ont été collectés par des volontaires ayant passés des heures à l’intérieur de l’Hôpital. Aucune organisation ne prenant en charge les démarches administratives des migrants lors d’hospitalisation, ces volontaires tentent d’apporter tout leur soutient en terme de traduction, médiation culturelle et support psychologique.