Police Violence at the Jungle, November 2015 / VIOLENCE POLICIERE A LA JUNGLE, NOVEMBRE 2015

 This video is a montage of some of the numerous tear gas attacks by the CRS into the jungle. The clips have been recorded on 25th and 26th of November. They show police firing gas directly at people and into people’s homes, things that are forbidden in regulations on its use in crowd control (these rules are also broken when it comes to rubber bullets and stun grenades).

For sure these scenes are only part of the story. The montage does not show some of the people in the camp trying to make traffic jams (the action that often brings the police to the jungle in the first place), or returning police fire with stones. Leaving these details out can paint a picture of the people living in the jungle as passive victims.

This is not the case. People defend themselves by throwing stones. They create opportunities to cross by making a traffic jam. They take their freedom of movement even when it is denied to them.

But we chose not to include footage of people throwing stones for several reasons:

Firstly, when the police fire tear gas, we are also there, getting gassed. Like the rest of the crowd, our attention is very much in the direction of the threat. This montage reflects our focus, on police violence.

Secondly, we don’t want to put anyone on film doing things that might jeopardise their safety, or be used against them. We always try to avoid filming people in the camp anyway (unless they specifically request to be filmed), because most people don’t like that intrusion. We try to avoid filming people in situations like the ones in this footage specifically because we also don’t want cameras facing the crowd to inhibit people taking action.

This video is not the whole story, but then, a lot of what makes up the struggle for the freedom of movement is invisible and remains powerful by being that way.

To those who say that the behaviour of the police in such situations is self defence, we say this is a backward logic. The idea that people throwing stones is equal to the violence backed up by the weight of the state is ridiculous. Just in the last week, several people we know of have ended up in the hospital with injuries either directly or indirectly caused by tear gas or rubber bullets. Throwing stones in these situations is self-defence.

To those who say that the people living in the camp only make the situation worse for themselves when they use violence, we say that when you have been forced back into a wasteland outside of the city, denied access to mainstream society at every step, denied every dignity within that society, we ask, why should people be well behaved? Too many times we hear people say that they came to Europe to find some rights for themselves and cannot believe what they discover in its place. Why should people respond respectfully when faced with the barbarism of this society, even if that barbarism is dressed up in the respectability of the law? What, exactly, is their motivation to do so?

We shot these images and this is just our analysis from them. Some might say that we don’t have a right to offer our analysis of other people’s actions, that we speak on their behalf.

But this analysis is also how we feel when we are gassed, and how we feel when we step outside a system that denies equality. With them, we seek out our own ways of dignity and equality together, outside of this diseased system. This is our struggle too, and this is how we see it for those that we stand next to during events like these. What else can we say? When we say nothing, this is a statement in of itself.

—————————————————————

Cette vidéo est un montage de quelques unes des nombreuses attaques au gaz lacrymogène par les CRS dans la jungle. Les vidéos ont été enregistrées les 25 et 26 novembre. Elles montrent la police tirant du gaz directement sur les gens et dans leurs maisons, ce qui est interdit par les règles d’usage du contrôle des foules (ces règles sont aussi enfreintes en ce qui concerne les balles en caoutchouc et les grenades assourdissantes).

Bien sûr ces scènes montrent seulement une partie des évènements. Le montage ne montre pas certaines personnes du camp essayant de créer des embouteillages (action qui amène souvent la police à la jungle en premier lieu), ou répondant aux tirs de la police par des pierres. Laisser ces détails de côté peut brosser un portrait de victimes passives des gens vivant dans la jungle.

Ce n’est pas le cas. Les gens se défendent en jetant des pierres. Ils créent des opportunités de passer en créant des embouteillages. Ils prennent leur liberté de circulation même quand cela leur est interdit.

Mais nous avons choisi de ne pas inclure les vidéos des gens jetant des pierres pour plusieurs raisons :
Premièrement, quand la police tire du gaz lacrymogène, nous sommes là aussi, nous sommes gazés. Comme pour le reste de la foule, notre attention est concentrée sur la menace. Ce montage reflète notre point de vue sur la violence policière.

Deuxièmement, nous ne voulons pas filmer qui que ce soit faisant des choses qui pourraient mettre en danger sa sécurité, ou être utilisé contre lui. Nous essayons toujours d’éviter de filmer les gens dans le camp de toute façon (sauf s’ils demandent personnellement à être filmés), car beaucoup de gens n’aiment pas cette intrusion. Nous essayons d’éviter de filmer les gens dans des situations comme celles de ces séquences justement parce que nous ne voulons pas non plus de caméras face à la foule qui empêchent les gens d’agir.

Cette vidéo ne reflète pas l’histoire complète, pourtant beaucoup de ce qu’est la lutte pour la liberté de circulation est invisible et c’est pour cette raison qu’elle est puissante.

A ceux qui disent que le comportement de la police dans de telles situations est de l’auto défense, nous répondons qu’il s’agit d’une logique réactionnaire. L’idée que le lancer de pierres est équivalent à la violence soutenue par le poids de l’État est ridicule. Rien que la semaine dernière, plusieurs personnes que nous connaissons ont fini à l’hôpital avec des blessures causées directement ou indirectement par les gaz lacrymogènes ou les balles en caoutchouc. Lancer des pierres dans de telles situations est de l’auto défense.

A ceux qui disent que les gens qui vivent dans le camp ne font qu’empirer leur situation quand ils font usage de la violence, nous répondons que lorsque tu as été parqué dans une décharge en dehors de la ville, que tu t’es vu refuser à chaque étape l’accès à la société, priver de toute dignité au sein de celle-ci, nous posons la question : pourquoi les gens devraient-ils bien se comporter ? Trop souvent nous entendons des gens dire qu’ils sont venus en Europe pour avoir des droits et qu’ils ne peuvent pas croire ce qu’ils découvrent sur place. Pourquoi les gens devraient-ils réagir avec repect lorsqu’ils sont face au barbarisme de cette société, même si ce barbarisme se cache derrière la loi ? Qu’est-ce qui les motiverait à agir ainsi exactement ?

Nous avons filmé ces images et ce n’est que notre analyse de celles-ci. Certains disent que nous n’avons pas le droit de porter notre analyse sur les actions des autres, que nous parlons à leur place.

Mais cette analyse, c’est aussi ce que nous ressentons lorsque nous sommes gazés et ce que nous ressentons lorsqu’on est mis à l’écart d’un système qui renie l’égalité. Ensemble, nous cherchons nos propres chemins vers l’égalité et la dignité en dehors de ce système malade. C’est aussi notre lutte, et c’est ainsi que nous la voyons pour ceux avec qui nous sommes debout lors de tels évènements. Que pouvons-nous dire d’autre ? Lorsqu’on ne dit rien, c’est une déclaration en soi.