December 14th, a call to fight borders and police repression / 14 Décembre : Appel à combattre les frontières et la répression policière

‘They tried to bury us. They didn’t know we were seeds’

In recent months, from Ventimiglia to Calais, state violence has increased against those who travel without papers. We see this in the re-introduction of border controls in various states in the Schengen zone that (among other things) resulted in new jungles in places like Ventimiglia, to the subsequent violent destruction of that jungle on the 30th of September, to the vast increase in French and British police in Calais, (plus the army at times), not counting the proliferation of measures that deny people access to European travel papers in the first place. Those who stand in solidarity with them have faced increased levels of repression too.

On December 14th, 2 people connected to the No Border Network will stand trial in Nice and Boulogne, France. One of them was arrested simply for being present in front of the border police station of Menton (on the French side of the border with Italy, close to Ventimiglia) during one of the many deportations of people from France to Italy. The other is accused of having organised riots in the Calais jungle, which is ridiculous, as those living in the jungle are perfectly capable of taking political action on their own intitiative.

These two trials show the willpower of the french and british state to break up the No Border Network, which has struggled for many years for the freedom of movement for all, without which those humanitarian emergency situations that create exiles will never be solved.

Now the french state is trying to muzzle any expression that stands against its goals by establishing a state of emergency, within a Fortress Europe that again reinforces an inside and an outside. We have to, now more than ever, affirm our determination and our unity against the repressive strategies of the state.

Let’s fight back and make December 14th a day of action against state repression, but above all against borders, against deportations and against all nation states.

—————————————————————

“Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines”.

Les derniers mois, de Vintimille à Calais, la violence d’état s’est accentuée contre les personnes voyageant sans papiers. Nous constatons ceci dans la réintroduction des contrôles aux frontières au sein de l’espace Schengen qui ( entre autres) a eu pour conséquence la création de nouvelles jungles à différents endroits comme à Vintimille, à la destruction violente de cette jungle le 30 septembre, à l’importante augmentation des effectifs de police britannique et française à Calais ( et parfois même l’armée), sans oublier la prolifération des mesures qui empêche les personnes d’obtenir des papiers de voyage européens en premier lieu. Ceux qui se dressent en solidarité avec eux ont également fait face à une augmentation des niveaux de répression.

Le 14 décembre, 2 personnes en lien avec le réseau No Border passeront en procès à Nice et à Boulogne, en France. L’un d’eux a été arrêté simplement parce qu’il était présent devant le poste-frontière de Menton ( du coté français de la frontière avec l’Italie, proche de Vintimille) lors d’une des nombreuses déportations de personnes de la France vers l’Italie. L’autre est accusé d’avoir organisé des émeutes dans la jungle de Calais, ce qui est ridicule, puisque ceux qui vivent dans la jungle sont parfaitement capables de faire des actions politiques de leurs propres initiatives.

Ces deux procès montrent la volonté des états français et britanniques de casser le réseau No Border, qui luttent depuis plusieurs années pour la liberté de mouvement pour tous, sans laquelle ces situations d’urgence humanitaire qui créent l’exil ne seront jamais résolues.

Désormais, l’état français essaye de museler toute expression qui contrecarre ses buts en instaurant un état d’urgence, à l’intérieur d’une Europe Forteresse qui renforce une fois de plus la notion d’un intérieur et d’un extérieur. Nous devons, plus que jamais, affirmer notre détermination et notre unité contre ces stratégies répressives de l’état.

Ripostons et faisons du 14 décembre une journée d’action contre la répression étatique, mais avant tout contre les frontières, contre les déportations et contre tous les états-nations.