A night of collective punishment by the police!/ Une nuit de punition collective par la police !

IMG_7561

Again, on the night of November 9th, people without papers blocked the highway near the jungle with barricades. However, last night it was not just the people protesting who were affected but instead the police decided to collectively punish a large proportion of the jungle.

By midnight there was continual shouting from the protest on the highway, while the police launched tear gas at the area of the jungle nearest the highway, lorries could be heard bleeping their horns.

The protest chant of the people was « no more jungle ! ». To begin with tear gas was fired continually by the police to forcibly drive people away from the highway and back into the jungle. Trucks and cars were able to pass throughout the night, even though the highway was partially blocked by a makeshift barricade.

Many protestors from the jungle were trying to jump onto lorries but were unsucessful. One truck driver brandished a gun, pointing it at people beside his cab. Throughout the night trucks dodged barricades thrown into the road to stop traffic. At one point there were 30-40 people surrounded by tear gas with nowhere to run, their only option, curl up into a ball on the floor.

The police’s use of a CS gas (tear gas) on refugees has become a disturbingly normal practice. The population of the jungle has been subjected to an unprecedented level of chemical warfare, the same chemical deterrent used in Palestine and Ferguson rains down on the camp on an almost daily basis. The trigger happy police use the tactic of carpet bombing the area around them with incendiaries, firing round after round at anyone who moves. This includes attacking people in areas where there is no chance of escape, trapping refugees in small narrow paths in the bushes around the camp. This is not designed to disperse people, it is not the mark of someone defending themselves, it is a form of collective punishment.

IMG_7588

At the same time as this protest was happening near the main entrance to the jungle, a smaller demonstration started on a side road that gives access to the rear of the camp. On this road people found vegetation to burn and dislodged street signs to form barricades. In response to this second protest the police fired an unprecedented amount of tear gas into the area, those protesting responded with projectiles.

Without the slightest sense of concern for the 60 or 70 families resident in this area of the camp the police’s barrage of tear gas and flash balls scattered over the camp, setting light to a tent, a pile of rubbish, trees, and bushes.

Mothers stood by while the police attacked, shouting in French that there were children in the camp. Groups of families returning from another part of jungle were caught by a plume of tear gas blowing across the area. Many of the protestors on the road used signs to protect themselves but the police continued to attack from several angles.

Late into the night, the police begin patrols to find migrants who had hidden in bushes by the road. At one point at least 20 cops shot tear gas for a full 5 mintues into an area until it was covered in smoke.

As the night continued, the intesnsity of the tear gas increased. The wind spread the cloud of caustic vapour around the entire west side of the camp. This was a clear message from the police, if you protest we will punish all of you. During the night there was also many injuries from tear gas canisters hitting people, causing burns and bleeding.

The injuries from this assault are difficult to quantify, it is easy to count the scores of respiratory problems, skin and eye irritations but the psychological trauma is harder to see. Women, children, and men fleeing conflict are treated to the best of French hospitality, a night of indiscriminate chemical repression exacted on the entire population of the camp.


À nouveau, dans la nuit du 9 novembre, des personnes sans papiers ont bloqué l’autoroute près de la jungle avec des barricades. Cependant, ce ne sont pas que les personnes protestant qui ont été touchées par la répression, mais la police a décidé de punir collectivement une large proportion de la jungle.

Vers minuit on pouvait entendre des cris de protestation sur l’autoroute, tandis que la police lançait des gaz lacrymogènes dans la zone de la jungle la plus proche de l’autoroute, et que l’on pouvait entendre les klaxons des camions.

Les slogans des gens étaient « plus de jungle ! ». Au début, la police a lancé des gaz lacrymogènes pour chasser les gens loin de l’autoroute et les forcer à retourner dans la jungle. Les camions et voitures ont été en mesure de passer toute la nuit, même si la route a été partiellement bloquée par une barricade de fortune.
Beaucoup de manifestants de la jungle ont essayé de sauter dans les camions, mais cela a été vain. Un chauffeur de camion a brandi une arme à feu, la pointant sur les gens qui se trouvaient à côté de sa cabine. Tout au long de la nuit, les camions ont esquivé les barricades mises en travers de la route pour arrêter la circulation. À un moment donné, un groupe de 30 à 40 personnes a été totalement entouré de gaz lacrymogène, avec aucune issue possible, obligés de se recroqueviller au sol en boule.

L’utilisation par la police de gaz CS (lacrymogène) est devenu une pratique ordinaire inquiétante. Les gens de la jungle ont été soumis à un niveau sans précédent de guerre chimique, la même force de dissuasion chimique que celle utilisée en Palestine ou à Ferguson pleut sur le camp quasi quotidiennement. La police à la gâchette facile utilise la tactique de bombarder intensivement la zone autour d’eux, visant tour à tour tous ceux qui se déplacent. Cela veut également dire qu’ils attaquent les zones où n’y a aucune échappatoire, piégeant les réfugiés dans des chemins étroits et les buissons autour du camp. Ce n’est pas fait pour disperser les personnes, mais c’est une forme de punition collective.

En même temps que cette protestation se déroulait près de l’entrée principale de la jungle, une manifestation plus petite a commencé sur une route secondaire qui donne accès à l’arrière du camp. Sur cette route, des panneaux de signalisation ont été mis en travers et incendiés pour former des barricades. En réponse à cette deuxième manifestation, la police a tiré un tas de gaz lacrymogène, auxquels ceux qui manifestaient ont répondu avec des projectiles.

Sans se préoccuper pour les 60 ou 70 familles résidant dans cette zone du camp, la police a tiré gaz et flashball à travers le camp, brûlant une tente, un tas d’ordure, des arbres et des buissons.

Des mères criaient en français qu’il y avait des enfants dans le camp tandis que la police attaquait. Des groupes de famille revenant d’une autre partie de la jungle ont été prises au piège par une colonne de lacrymogène.
Tard dans la nuit, la police a fait des patrouilles pour trouver les migrants qui s’étaient cachés dans les buissons le long de la route. À un moment, un groupe de 20 flics a tiré du gaz en continu pendant 5 minutes jusqu’à ce que la zone soit entièrement recouverte de fumée.

Comme la nuit se poursuivait, l’intensité du gaz a augmenté. Le vent a ramené les vapeurs sur toute la partie ouest du camp. Le message de la police a été clair : si vous protestez, nous vous punirons tous. Il y a également eu de nombreuses blessures causées par les grenades lacrymogènes tombant sur les gens, des brûlures et des blessures.

Les blessures de cet assaut sont difficiles à quantifier, il est facile de compter les nombreux problèmes respiratoires, les irritations des yeux et brûlures de la peau, mais le traumatisme psychologique est difficile à voir. Les personnes fuyant des conflits sont traitées par le meilleur de l’hospitalité française : une nuit de répression chimique sur l’ensemble de la population du camp.

 

Advertisements