Mass Dispersal: The Strategy of the French State/ Dispersion massive : la stratégie de l’État français

During Caznueve’s last visit to Calais, a goal was announced to reduce the numbers of migrants in Calais to 2000 people by January. Over the last two weeks, this plan seems to have gone into overdrive and it is becoming more clear what their various tactics are to make this possible.

Deportations (or at least the threat of) to countries of Origin

For communities from Afghanistan and Sudan (there are other nationalities that France deports that aren’t currently around in Calais, but maybe from other crossing points in Northern France, like with Vietnamese people) there has been an increased pressure coming from the threat of deportation to country of origin.

The people at risk are those who are refusing to claim asylum in France, because they want to travel to the UK without being finger printed in France.

Mass Dispersal to Detention Centres across France

Since Tuesday last week, 50 people a day are being transferred to detention centres across France, after being arrested at crossing points and in Calais town. At the moment it is unclear for how long this operation is going to continue.

Much of the focus of this operation seems to be to harass as many people as possible. Most people are being released after a few days, left to make the long journey back to Calais, where they can try and cross again. People inside are being put under a lot of pressure to give their fingerprints in France.

This dispersal is happening out of Marck airfield.

Mass Dispersal to Temporary Housing Centres across France

This week around 700 people have been transferred, in a media spectacle, to temporary accommodation centres in different points across France. Up to 300 left, with very little notice,on Monday and up to 450 more left on Friday. This process was not announced publicly beforehand.

The people who moved were people who had not received accommodation in France yet, both asylum seekers with an ongoing process or those with Dublin fingerprints (who normally don’t receive access to accommodation), as well as people who were yet to claim. People had signed up on a list in the Jules Ferry centre saying they wanted a house, and are informed the night before their departure where their destination is by lists put up in the jungle.

We have heard from many people that they are not happy with what has happened, some are expected to come back to Calais. One issue is the timing, and the lack of explanation that people have received about th e process, for example they don’t know whether their asylum process will continue in Calais or will be transferred to nearer their accommodation. And the other really serious issue is the type of ‘houses’ that are being provided.

They are temporary reception centres set up in very small villages across France. Most of them are incredibly far from the nearest big town or city. Some of the accommodation are warehouses with many beds inside, some are places that is normally used to keep those at threat of deportation under house arrest. In one place the roof of one accommodation was occupied by fascists protesting against refugees arriving.

To be clear, this isn’t a gesture of good will from the French government. This is the French government doing something that they should already be doing, providing housing for those in the asylum process. And it is them doing it very badly.

Building of the New Camp inside the Jungle

The government has committed to building a new camp, inside the existing area of the jungle. This will provide space for 1,500. Considering also the commitment of the government to make 200 new spaces for women and children, alongside the existing spaces inside the Jules Ferry Centre. This is accounting for all of the 2,000 migrants that are going to be tolerated in Calais past January.

But what of the rest of the jungle? The logical continuation, for us, would be that the intention is for the autonomous parts of the jungle to be emptied. Whether or not this will involve a big police eviction depends it seems on the ‘success’ of their other talked about in this post.

Many of the details about the new camp are being kept under wraps, in terms of the details about how it will work. How much control there will be, whether people have to be claiming asylum in France to have a space, etc. It is likely to be a combination of the government not wanting to be honest about their intentions for this camp, or a failure of La Vie Active to actually know what they are doing (which seemed to be the case when they opened the women’s house earlier in the year, they hadn’t actually spent time thinking about how it would work).

For us it seems that this camp would be subject to a large amount of control, has in most ‘official’ association camps in Europe and outside. Also considering the current behaviour of the police in the jungle, and La Vie Active in the day centre. We also believe that at some point this camp will only be avaliable for those who are claiming asylum in France, even if this is not true straight away.

However it will work, the creation of the new camp is going to start with the forced removal (either psychological or physical force) of around 400 people, to start with. People were told they had to move from the proposed site by Sunday evening. It is unclear when this would be physical enforced if people refuse to move.

Cutting off humanitarian support and solidarity for the jungle

As we posted the other day, this police have been enforcing a vehicle blockade of the jungle since last Sunday. Limiting access to just officially recognised association vehicles. They have also on occasion tried to limit supporters entering the jungle on foot. When asked the police are refusing to show any paperwork of the legality of this.

This move is both cutting of access to the solidarity movement that is supporting and spending time with people in the jungle. But also the age old method of trying to empty Calais, if we prevent humanitarian aid and the acquisition of possessions and food, people will not want to stay in Calais.

An overarching theme of all of these tactics, seems to be to force (although the government would probably say encourage), everyone in Calais to claim asylum in France. We absolutely condemn this.

We condemn an attempt to restrict people’s choose and autonomy in moving and going to where they want.

A humanitarian cloak is being pulled over people’s eyes. This new accommodation either in the jungle or elsewhere in France is not good enough. It is being provided to avoid a scandal for the reputation of the current government and to more easily isolate and target those who want to live outside the asylum system or travel to the UK. If it was a genuine move to provide decent living situations, it would not look like this. It wouldn’t come with an accompanying stick of increased detention, deportation and police violence. Decent housing is more than a roof, especially if the roof has fascists on it.

The motivation for all this is to clear Calais by any means necessary.

Cazeneuve’s offical statement about Calais:

http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Interventions-du-ministre/20.10.2015-Situation-migratoire-a-Calais

Statement from La Cimade, an association that supports refugees in detention, denouncing the mass arrests:

http://www.lacimade.org/poles/solidarites-internationales/nouvelles/5602–Calais–le-gouvernement-joue-la-grande-illusion?region_id=nord-picardie


 

Au cours de la dernière visite de Cazneuve à Calais, celui-ci a annoncé avoir pour objectif de réduire le nombre de migrant-es présent-es à Calais à 2000 d’ici le mois de janvier. Au cours des deux dernières semaines, la mise en application de ce plan semble avoir largement commencé et leurs différentes tactiques pour rendre cela possible sont apparues de plus en plus claires.

Expulsions (ou du moins menace d’expulsions) vers les pays d’origine.
Pour les communautés afghanes et soudanais (il y a d’autres nationalités que la France expulse qui ne sont actuellement pas autour de Calais, mais peut-être à d’autres points de passage dans le Nord de la France, comme la communauté vietnamienne) il y a eu une augmentation de la pression par des menaces d’expulsions vers leurs pays d’origine.

Les personnes qui risquent le plus sont celles qui refusent de demander l’asile en France, parce qu’elles veulent se rendre au Royaume-Uni, et donc de donner leurs empreintes en France.

Dispersion massive vers les centres de rétention à travers le territoire.
Depuis le 20 octobre, environ 50 personnes par jour sont transférées dans les centres de rétention partout en France, après avoir été arrêtées au points de passage de la frontière (autour du port et du site de l’Eurotunnel) et dans le centre-ville de Calais (notamment près de la gare). À l’heure actuelle, on ne sait pas pour combien de temps cette opération va se poursuivre.

Un des principaux objectif de cette opération semble être de harceler le plus de personnes possible. La plupart des gens arrêtés sont libérés au bout de quelques jours et doivent ensuite faire un long voyage pour retourner à Calais, où ils pourront à nouveau essayer de franchir la frontière. Dans les centres de rétention, les personnes sont soumises à beaucoup de pressions pour qu’elles acceptent l’identification et donnent leurs empreintes digitales.

Cette dispersion s’organise a partir de l’aéroport de Marck, commune du calaisis.

Dispersion massive dans des centre d’hébergement temporaires à travers le territoire.
La dernière semaine d’octobre, environ 700 personnes ont été transférées, dans un spectacle médiatique, vers des centres d’hébergement temporaires situés dans diverses régions de France. Jusqu’à 300 personnes sont parties le 26 octobre, avec très peu de temps pour se préparer, 450 de plus le 30 octobre et encore 300 le 2 novembre. Cette opération n’avait pas été annoncée publiquement à l’avance.

Les personnes qui ont été emmenées sont des gens qui n’avait pas encore reçu un hébergement en France, certain-es demandeurs/euses d’asile en attente de réponse ou d’autres en procédure Dublin (qui normalement n’ont pas accès aux procédures d’hébergement), ainsi que des personnes qui n’avait pas encore déposé de demande d’asile. Toutes ces personnes s’étaient inscrites sur une liste au centre Jules Ferry, disant qu’ils/elles voulaient un hébergement, et ont été informé-es de leur destination la nuit précédant leur départ, par des affichages dans la jungle.

Nous avons eu des nouvelles de beaucoup de personnes qui ne sont pas contentes de ce qu’il est arrivé, certaines devraient revenir à Calais. Les raisons sont d’une part le moment choisi et, d’autre part, le manque d’explication que les gens ont reçu, par exemple ils ne savent pas si leur procédure d’asile continuera à Calais ou si elle sera transférée plus près de leur hébergement. Et l’autre problème vraiment sérieux est le type de « logements » qui sont fournis.

Ce sont des centres d’hébergement temporaires, situés dans de très petits villages à travers la France. La plupart d’entre-eux sont incroyablement loin de la grande ville la plus proche. Certains logements sont des entrepôts avec énormément de lits à l’intérieur, d’autres sont des lieux normalement utilisés pour enfermer des personnes menacées d’expulsion et qui sont sous assignation à résidence. Dans un endroit, le toit du centre a été occupé (avant l’arrivée des personnes) par des fascistes qui protestaient contre l’arrivée des réfugié-es.

Pour être clair, ce n’est pas un geste de bonne volonté de la part du gouvernement. Ce qu’il fait il devrait déjà l’avoir fait, à savoir fournir des logements aux demandeurs/euses d’asile, et il le fait très mal.

Construction d’un nouveau camp dans la jungle.
Le gouvernement a engagé la construction d’un nouveau camp, à l’intérieur de la zone existante de la jungle. Ce camp est prévu pour 1500 personnes. Considérant également l’engagement du gouvernement à créer 200 nouvelles places d’hébergement dans le centre d’accueil de jour Jules Ferry pour les femmes et les enfants, cela représente tous les 2000 migrant-es qui vont être toléré-es à Calais en janvier prochain.

Mais, que ce passe-t-il pour le reste de la jungle ? La suite logique, serait que les autres parties de la jungle, autonomes du centre Jules Ferry et du camp, vont être vidées. Si vraiment cela est le cas, ceci impliquera une grande expulsion de police, qui dépend il semble « succès » de leurs autres opérations dont nous avons parlé ici.

Beaucoup d’informations sur le nouveau camp sont gardées secrètes, en terme de détails sur comment il va fonctionner. Quel contrôle il y aura ? Les gens devront-ils demander l’asile en France pour avoir une place ? Etc. Ce manque d’informations est sûrement dû d’une part a la volonté du gouvernement de ne pas être transparent sur ses intentions pour ce camp et, d’autre part, sur le fait que l’association La Vie Active, qui va gérer ce camp, ne sait pas vraiment ce qu’elle va faire.

Pour nous, il nous semble que ce camp va être le lieu de beaucoup de contrôle, comme dans la plupart des camps humanitaires « officiels » en Europe et ailleurs. Nous disons cela aussi en prenant en compte le comportement actuel de la police dans la jungle et celui de l’association La Vie Active dans le centre d’accueil de jour Jules Ferry. Nous pensons également que à un moment donné ce camp ne sera plus viable que pour ceux qui ne demandent pas l’asile en France, même si cela ne vaut pas pour tout de suite.

De quelque manière qu’il fonctionne, la construction du nouveau camp va commencer avec le déplacement forcé (par la force physique ou psychologique) d’environ 400 personnes. Il leur a été dit qu’ils devaient se déplacer d’ici le 1er novembre au soir. Il est difficile de savoir comment sera appliquée la force physique si les gens refusent.

Couper l’aide humanitaire et les solidarités dans la jungle.
Comme nous l’avons dit l’autre jour, la police applique un blocus des véhicules dans la jungle depuis le 25 octobre. Les véhicules d’associations officiellement reconnues ont été bloqués. Ils ont également essayé d’empêcher des soutiens de rentrer à pied. Lorsqu’on leur demande, les flics refusent de présenter un quelconque papier officiel sur la légalité de ces pratiques.

Ces pratiques réduisent l’accès au mouvement de solidarité qui soutien et vient passer du temps avec les habitant-es de la jungle. Mais c’est aussi une vieille méthode pour essayer de vider Calais : en empêchant l’aide humanitaire et l’acquisition de bien et de nourriture, les gens ne voudront pas rester à Calais.

L’objectif commun de toutes ces tactiques semble être de forcer (bien que le gouvernement dirait probablement « encourager ») les personnes présentes à Calais de demander l’asile en France. Nous condamnons absolument ceci.

Nous condamnons cette tentative de restreindre les choix des personnes et la restriction de leur autonomie d’aller et de venir là où ils/elles veulent.

On tire un voile humanitaire sur les yeux des gens. Ces nouveaux hébergements, dans la jungle ou ailleurs en France, ne sont pas bons. Ils sont là pour éviter au gouvernement un scandale sur la situation actuelle à Calais, et pour isoler et cibler plus facilement ceux/celles qui veulent vivre en dehors du système d’asile ou voyager vers la Grande-Bretagne. S’il s’agissait d’un geste sincère pour créer des situation décentes, il ne ressemblerait pas à cela. Il ne serait pas accompagné de la menace de détention, d’expulsion et de la violence de la police. Un logement décent est plus qu’un toit, surtout si le toit est occupé par des fascistes.

La motivation de tout cela est de vider Calais, par tous les moyens nécessaire.

Advertisements