Police Violence

Attacks in Calais against migrants have increased massively in the past few months in both severity and frequency. We have seen many migrants beaten by police causing broken legs, arms and facial injuries. We have also heard many reports of police chasing migrants into busy motorways, which have been the cause of deaths over the last few months. Last week an Eritrean man was hit by a car whilst being chased by police, luckily he survived but others didn’t.

On Friday 19th December I was witnessed a similar attack by police forcing people to run in front of traffic. Several Eritrean men were sitting on a dividing barrier along the motorway near Leader Price waiting for truck traffic to back up on the road.

A Peugeot Police Nationale car with three officers inside pulled up on the other side of the road behind the sitting men. They opened the doors and sat with their legs out of the car, hands on batons ready to charge at the men sitting on the barrier. At that moment the road was clear, with a group of trucks approaching at about 50 – 60 mph. The police rushed at the men right before the truck was going to pass, running at them with their batons out and forcing the migrants to flee in front of the moving truck.

The truck driver repeatedly hit his horn but made no attempts to slow down, seemingly just annoyed by the migrants for ‘being in his way.’ The men narrowly passed before the truck with the last man less than half a meter from being run down.

After the attack I saw the three police laughing and mocking the migrants, clearly taking a lot of pleasure in causing pain and suffering.

It is obvious to me after witnessing this attack by the police that it was fully their intention to cause serious injury or death to the migrants. The police in Calais are actively creating situations in which deaths of migrants is a likely outcome.

Other witnesses have told of similar incidents, including in the death of an unknown man on 1st December 2014 and police pushing migrants into the cold winter water whilst beating them with batons.

Racism in the police is extremely apparent and the feeling of being untouchable seems to be increasing which in turns increases their confidence to attack migrants more and more brutally.

The police are currently operating without any fear of justice. They attacks are carried out away from the eyes of the local Calais population, against undocumented and unaccounted migrants. No Border activists have been making attempts to film police during attacks but so far have been arrested and had their cameras destroyed with high voltage electricity at the police station.


Les attaques contre les migrants à Calais ont augmenté massivement au cours des derniers mois à la fois en ce qui concerne gravité et la fréquence. Nous avons vu de nombreux migrants se faire battre par la police causant des fractures importantes au niveaux des bras et des jambes ainsi que des blessures au visage. Nous avons aussi beaucoup entendu parlé de la police chassant migrants, les forçant à s’échapper en traversant l’autoroute. Ce type d’attaque a été la cause de décès au cours des derniers mois. La semaine dernière, un homme a été érythréen heurté par une voiture tout en étant pourchassé par la police, il a heureusement survécu, mais d’autres ne ont pas eu cette chance.

Le vendredi 19 Décembre j’ai été témoin d’une attaque similaire par la police forçant les gens à courir devant dans le trafic. Plusieurs hommes érythréens étaient assis sur une barrière de séparation le long de l’autoroute près de Leader Price attentant d’avoir la voie libre pour traverser sans danger. Une voiture Peugeot Police Nationale avec trois officiers se sont arrêtés tous près des hommes Erythréen assis de l’autre côté de la route. Ils ont ouvert les portes et se sont assis avec les jambes hors de la voiture, les mains sur matraques, prêt à charger les hommes assis sur la barrière. A ce moment, la route était clair, suivi par un un groupe de camions approchant à environ 50 à 60 mph. La police à chargé sur les hommes juste avant que le camion passe, courant leur matraques à la main et forçant les migrants à fuir devant le camion roulant à toute allure.

Le conducteur du camion a frappé à plusieurs reprises son klaxon, mais n’a fait aucune tentative pour ralentir, apparemment juste agacé par les migrants «d’être sur son chemin». Les hommes ont passé de justesse avant que le camion passe. Le dernier homme à passé à moins d’un demi-mètre de se faire écraser.

Après l’attaque, je ai vu les trois policiers en riant et se moquant des migrants, en prenant manifestement beaucoup de plaisir à causer de la douleur et de la souffrance.

Il est évident pour moi après avoir assisté à cette attaque de la par de la police qu’il était pleinement leur intention de causer des blessures graves ou même la mort des migrants. La police à Calais créent activement des situations dans lesquelles la mort des migrants est un résultat probable.

D’autres témoins ont partagé que des incidents similaires, y compris la mort d’un homme inconnu le 1er Décembre 2014 et la police poussant migrants dans l’eau froide d’hiver tout en les frappant avec des matraques.

Le racisme dans la police est extrêmement apparent et le sentiment d’être intouchable semble être en augmentation qui à son tour augmente leur confiance pour attaquer les migrants de plus en plus brutalement.

Les policiers agissent actuellement sans aucune crainte de la justice. Leurs attaques sont menées loin des yeux de la population locale Calais, contre les migrants sans papiers et portées disparues. Des militants No Border ont fait des tentatives pour filmer la police au cours d’attaques mais jusqu’ici ils ont été arrêtés et leurs caméras a été détruites avec l’électricité à haute tension aux poste de police.