Un septembre à Calais

Les manifestations

Le 5 septembre quelques centaines de migrants, ont manifesté joyeusement dans les rue de Calais pour réclamer leur passage vers l’Angleterre, l’arrêt des violences policières et contre le racisme, pour la liberté et le respect des droits humains.

Le 7 septembre 200 personnes, sympathisant de « sauvons calais », ont manifesté avec la bénédiction de la maire sur sa place de la mairie. Discours de plusieurs gars de l’ultra extrême droite, calicots fascistes et des levés de bras fascistes dans l’assemblée. Plusieurs associations et individus ont porté plainte contre cette démonstration fasciste auprès du procureur de Boulogne. Une enquête vient d’être ouverte. Une contre manifestation a été organisée par les antifa de la région, pour protester contre ce rassemblement fasciste.

En parallèle le même jour des citoyens ont voulu organisé un match de foot festif à la citadelle, le terrain de la citadelle ou les migrants jouent depuis 2 ans étant annoncé interdit par la mairie à cette occasion. Le tournoi s’est quand même tenu sur un terrain annexe et s’est terminé en beauté par un battle de rap.

Continuant sur sa lancée depuis la mairie persiste sur l’interdiction aux migrants de jouer au foot sur « son » terrain, envoie des huissiers, accompagnés de ses chiens de garde, pour constater l’occupation du terrain chaque dimanche. Elle aurait même manifesté son désir de porter plainte contre cette « occupation illicite »

Les migrants

Ils continuent à arriver par dizaines à Calais et dans le Calaisis… Ils sont environ 1500 à Calais. Une partie d’entre eux est installée à Tioxide, terrain squatté , et dans les dunes environnantes. D’autres sont dans des squats ou d’autres terrains dans les environs de Calais. 300 sont au « Fort Gallo”‘, énorme squat ouvert lors de la manifestation du 10 juillet. La cohabitation est problématique, vu le stress, la répression, la menace régulière des fascistes de Calais, et l’épuisement. Le jex (juge d’exécution), dernier juge à se prononcer sur le squat, après une première décision d’expulsion en août, a autorisé des expertises scientifiques et se rendra sur les lieux les 24 et 25 septembre, pour rendre sa décision finale le 17 octobre.

Les passages et la répression

Depuis plusieurs semaines les migrants se rassemblent le long de la rocade à l’entrée du port en masse pour essayer de monter dans les camions qui sont bloqués . Régulièrement ils essaient de s’introduire en masse dans le port pour tenter leur chance. Une nouvelle compagnie de CRS a été appelée pour essayer d’empêcher ses passages, avec régulièrement des récits de violence (gazage à l’intérieur des camions, coups) et des blessés parmi les migrants.

On ne compte plus les intimidations , les agressions policières, les blessés au port, autour des jungles et dans la ville.

L’extrême droite

Plusieurs militants ont subit de graves agressions verbales et/ou physiques de petits individus fascistes. ces dernières semaines. Ces individus nauséabonds sont bel et bien présents et n’hésitent pas à provoquer avec des saluts nazis les humanitaires, des migrants et des citoyens sympathisants. Ce 19/09 des individus ont lancé des cocktails Molotov sur un squat qui abrite principalement des égyptiens avec des enfants. La vigilance face à ces provocations et agressions amène un nouveau stress dont on avait vraiment pas besoin.

Le jeu FR/GB

Ils ont décidé ensemble de créer “un fond commun dans le cadre d’un accord sur la lutte contre l’immigration clandestine au port de Calais” qui ” permettra de dénouer la crise que connaît la question migratoire à Calais depuis plusieurs années”:

Traduction : renforcer les frontières, augmenter la répression, se coordonner avec les pays tiers pour faciliter les expulsions….. et un petit peu d’humanitaire pour ne pas perdre la face !

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/09/22/comme-en-2009-dans-le-desordre/

La situation devient très difficile à gérer à Calais aussi bien pour les activistes, les militants, les humanitaires , les migrants et…..les CRS !

Calais est le miroir de ce qui se passe à toutes les frontières d’Europe : Mellila, Lampedusa, Grèce, Turquie, Bulgarie…….

Des milliers de personne essayent d’atteindre l’ Europe , un endroit de paix et de sérénité pour eux. Même si l’accueil en Europe et en GB est problématique, ils savent que là ils ne mourront pas de faim et ne seront pas aspergé par des bombes.

Et l’Europe ne voit pas où est le problème et leur interdit le passage en construisant sa forteresse, son armée, des murs, en continuant à envoyer des armes aux rebelles ou moins rebelles, en criant au danger de l’un ou l’autre groupe « terroriste » et en continuant à vider le sol Africain de toutes ses richesses.

Au programme dans les semaines qui suivent :

Accroissement des difficultés pour les migrants de traverser, tensions accrues de toute part, expulsions des lieux de vie, déportations en masse vers les pays de transit ou de départs……………et de nouveaux arrivées de migrants venant d’Italie, de Choucha, d’Espagne, de Grèce…………..

Déjà ce 23/09/2014 en préface à Paris : Une centaine de personne principalement soudanaises et érythréennes ont été arrêtés lors d’une rafle au pont de la Chapelle à O6 H 30 et amenée au commissariat. http://paris-luttes.info/raffle-d-une-centaine-de-migrants?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Du pain sur la planche:

Nous sommes au jour d’aujourd’hui 4 personnes sur le terrain à Calais ce qui ne nous aide pas à être à la hauteur des défis qui se présentent à nous. Il y a aussi beaucoup de travail à faire autour de la diffusion d’informations aux différentes communautés sur les décisions répressives prises, des outils à construire sur les risques de déportation croissants : par exemple : la France a réussi à déporter un soudanais au Soudan le 17 septembre et réverve des vols pour Khartoum depuis le début de l’été.