2011

Samedi 31 Décembre 2011

Le Réseau Action Cambridge a passé du temps à Calais ce mois-ci avec une cuisine mobile. Ceci est un compte-rendu de leurs expériences.

Il y a un centre de distribution de nourriture où beaucoup de migrants obtiennent normalement de la nourriture. Ils font le déjeuner et le dîner la plupart du temps. Entouré par des grilles de métal qui donnent l’impression d’être enfermé dans le centre de distribution qu’on pourrait méprendre pour une prison, les migrants doivent s’aligner pour recevoir la nourriture et il n’y a pas de tables ou de chaises. Deux associations se relaient pour fournir les repas. Cependant, ils ne servent pas tous les jours, et il n’atteignent pas toutes les communautés migrantes de Calais.

Hier soir nous avons servi notre premier repas en tant que collectif cuisine de Cambridge à Calais. On nous a emmené à un morceau de forêt à 45 minutes en voiture hors de Calais où vivent environ trente migrants — la plupart d’Afghanistan. Si loin de Calais, peu d’associations qui habituellement servent de la nourriture aux migrants les atteignent. Le besoin de secret augmente aussi leur isolation, parce qu’ils hésitent à révéler l’emplacement de leur campement à des personnes extérieures.

Alors que nous nous sommes arrêtés sur une route boueuse entre un champ et les bois, nous fumes accueillis par les migrants qui vivaient dans la “jungle.” Ils nous ont montré comment entrer dans les bois dont ils avaient fait leur maison — des baches étirées par-dessus des structures faites de branches créaient des espaces secs pour manger, parler, une mosquée, et plusieurs endroits pour dormir. Malgré la boue épaisse à terre, tout était bien rangé et accueillant.

Nous avions passé l’après-midi à cuisiner un curry aux champignons, au chou-fleur et aux pois chiches, avec du riz et un daal aux lentilles rouges (que les migrants afghans avec lesquels nous avons mangé ont décrit comme exactement pareils que les lentilles pakistanaises — nous avons pris cela comme un compliment). La nourriture a été servie dans la mosquée de fortune, et nous avons mangé ensemble autour du feu. La communauté — presque tous des jeunes hommes — était extrêmement hospitalière. On nous promit qu’après le repas il y aurait du chant et de la danse, et après quelques minutes où ils se sont tancés pour voir qui commencerait à chanter, ils se sont jetés dans une série de chansons accompagnées de claquements de main et de tam-tam sur les dessous de bouteilles d’eau. Certaines des chansons étaient des chansons pachtounes traditionnelles, et d’autres étaient des chansons sur la traversée vers l’Angleterre. Alors que la soirée s’écoulait, la pluie tombait plus fort et il y eut du vent, mais l’atmosphère est restée vibrante et chaude.

Assis autour du feu, un homme d’Afghanistan nous a parlé de son voyage. Il nous a dit qu’à cause de la violence et de la situation économique catastrophique chez lui, sa famille l’avait envoyé en Europe dans l’espoir qu’il trouverait une vie meilleure. Il prit ses environs à témoin, sourit tristement, et dit “mais regardez comme ma vie est merdique maintenant.” Il avait été en Italie mais il est parti parce qu’il n’arrivait pas à trouver de travail là-bas et il voulait voyager en Angleterre où il avait entendu qu’il y avait du travail.

Un autre homme, d’Iran, nous raconta qu’il était parti parce qu’il avait été brûlé, intimidé et mis en prison par l’état parce qu’il refusait d’entrer à l’armée, parce que rejoindre l’armée voudrait dire combattre sa propre communauté. Nous avons entendu beaucoup d’histoires similaires auparavant, mais nous trouvions si bouleversant de rencontrer ces gens qui n’étaient venus pour être ici qu’à cause de leur lieu de naissance. Il nous était clair que les systèmes d’asile et le soi-disant engagement du RU aux droits de l’homme ne s’appliquaient pas aux gens qui en ont le plus besoin. On dirait que la plupart des gens que nous avons rencontré viennent d’endroits du monde où l’implication militaire, politique et économique du RU a eu un effet dévastateur sur les vies des gens — pourtant le RU fait tout en son pouvoir pour empêcher les gens de travers la Manche. A cause du droit britannique, traverser illégalement la Manche est le seul moyen de faire une demande d’asile pour la vaste majorité des demandeurs d’asile.

Beaucoup de ceux à qui nous avons parlé avait déjà été au RU auparavant, ils savaient à quel point il leur serait difficile d’y être, et pourtant essayer de faire la traversée était toujours leur meilleur option.

Chaque jour, nous découvrons une autre centaine de leçons que nous devons apprendre, et d’histoires que nous voulons entendre. Etre là, en solidarité pratique avec les communautés migrantes qui luttent contre la violence d’état, le racisme et l’oppression économique, est une expérience incroyablement exaltante.

MORT d’ISMAEL

Calais a tué une personne, un jeune homme Ethiopien, qui a passé du temps à Calais et est connu de beaucoup de gens ici. Il fut découvert au bas d’un pont dans le centre de Calais dans les premières heures du jeudi 22 décembre.

Recueillement pour Ismaël

La raison de la mort d’Ismaël n’est pas claire, ni ce qui s’est passé ou pourquoi. La police a essayé de classer l’affaire en disant que c’était un suicide, considérant sa mort insignifiante. Il n’y a pas eu d’autopsie et des enquêtes supplémentaires ont été refusées. Elle a refusé à ses amis la permission d’identifier le corps, ils ont essayé deux fois au commissariat de police parce que c’est très important pour eux, mais on les a accueilli avec des menaces d’appeler la police aux frontières s’ils ne partaient pas. Une seule personne de Calais a eu la permission de l’identifier.

Clairement la police ne trouve pas qu’il est suffisamment important d’enquêter sur une mort, mais préfèrerait passer son temps à continuer d’harceler les étrangers, ceux avec et ceux sans papiers. Le même jour qu’on a appris que cet homme était mort la police continuait de descendre sur les domicile de ces gens, comme si tout était normal. A quoi sert le travail de la police? A empêcher la mort, ou à la provoquer? Question rhétorique bien sûr.

Cet état fasciste de Calais avec ses parcs immaculés donne plus d’eau et de soin à ses fleurs qu’à ses gens.

Ce n’est pas la première fois qu’une personne a été tuée par le système des frontières, et tant qu’il subsiste, ce ne sera pas le dernier.

Une veillée a été tenue avec beaucoup de gens au lieu de sa mort dimanche soir.

Dimanche 25 décembre

Arrêtez de cacher la clef!“C’est quoi avoir froid? A partir de -5 degrés? Arrêtez de cacher la clef! Tous les jours il fait froid!”

C’est l’hiver à Calais et il fait froid. Beaucoup de gens dorment dans des maisons endommagées sans chauffage ou dans des abris de fortune. Mais il y a un endroit qu’on appelle l’abri anti froid. C’est un bâtiment dirigé par les associations humanitaires et contrôlé par des représentants gouvernementaux. Ils disent que cette maison abritera et protègera les gens du froid, mais presque toute l’année elle reste vide. L’abri ne s’ouvre que quand il fait plus froid que -5 degré la nuit, donc aujourd’hui il est fermé alors qu’il gèle dehors. Même quand l’abri est ouvert il peut être refermé rapidement et les gens qui y dorment n’ont pas le droit d’utiliser les toilettes à l’intérieur.

Une banderole a été lachée hier soir sur l’abri plan grand froid.

Mardi 20 décembre

Autour de 7h30 du matin un fourgon de CRS et une voiture de police se sont rendues au squat universitaire. Ceux-ci furent suivis de deux fourgons de ramassage. Ils ont couru dans la propriété, quatre policiers ont retiré par la force le sifflet du cou d’un militant et l’ont mis violemment à terre. Ils ont attrapé une caméra d’un autre militant qui filmait, et immédiatement, délibérément, ils ont détruit l’écran latéral.

Quatre No Border ont ensuite été entourés par 10 officiers et emmenés à l’un des bâtiments pour qu’ils ne puissent pas voir ce qui se passait pendant que la police assemblait et contrôlait les gens sans papiers qui n’avaient pas encore fui ou qui dormaient dans les autres bâtiments. Ils ont arrêté 6 personnes et 3 No Borders. Tout le long du procédé, la police essayait désespérément de séparer les No Borders des autres gens là-bas. La plupart des gens ont été relâchés dans l’après-midi et deux No Borders ont été relachés dans la soirée. Pendant leur détention les policiers ont systématiquement essayé d’intimider et d’humilier les gens. Ils ont fait des bruits en agitant des jouets, ils ont fait des commentaires religieux incompréhensibles, ils ont ri et blagué comme si tout ça était un jeu.

Un militant a été retenu 24 heures, inculpé et emmené directement au tribunal le lendemain matin à Boulogne-sur-Mer sans avoir contacté un avocat et auquel on a refusé contact à quiconque à l’extérieur. Un policier a avancé que le militant l’avait attaqué en lui causant une entorse à son doigt, ce qui n’est jamais arrivé, et trois officiers ont inventé la même histoire en tant que témoins. La police a détruit les films sur caméra pour qu’on ne puisse pas aussi l’utiliser en tant que preuve. Le militant a été condamné et interdit du Nord-Pas-de-Calais pendant un mois et a reçu une peine de un mois de prison avec sursis. Cette personne a aussi une audition en février pour déterminer l’amende qu’il doit payer en compensation pour l’officier de police.

Malgré le fait que les No Borders ont été acquitté d’une série de fausses accusations plus tôt dans l’année, qui étaient aussi clairement destinées à intimider, dissuader et emprisonner les militants qui travaillent ici, la police continuent non seulement à agir en impunité mais accélèrent aussi le processus judiciaire, qui a eu pour résultat une condamnation d’une agression fictive contre la police. La compagnie 45 de Lyon est à Calais en ce moment. Et bien sûr, toujours les mêmes de la PAF.

Dimanche 18 Décembre

La police a attaqué les bâtiments universitaires autour de 21h. Tout ceux qui y étaient se sont enfuis, personne n’a été arrêté. Ce weekend a été extrêmement orageux et froid ici.

Visites à Ostende

CMS s’est rendu deux fois à Ostende, où nous avons discuté avec les migrants et les militants locaux — il y a un nouveau groupe No Borders là-bas.

Nous avons aussi fait deux livraisons de vêtements et de sacs de couchage, avec les militants locaux. La semaine prochaine, il y aura plus de livraisons, et nous repartons demain.

On nous a parlé de policiers qui pourchassaient les gens avec des chiens, de gens mordus, de gens laissés dans des cellules pendant douze heures sans eau, parfois sans vêtements. On nous a rapporté qu’ils font des fouilles au corps, et laissent ensuite les gens dans leurs sous-vêtements dans des cellules froides…et ces cellules n’ont que 3 murs et une porte.

Il n’y a que des hommes et des jeunes de 17/18 ans, les conditions apparemment jugées trop dures pour les femmes et les enfants.

Il y a un centre de jour, CAW, ouvert au migrants 4 matins par semaine, ils obtiennent de la nourriture, des conseils, des douches, et quelques soins médicaux. Il y a jusque 60 migrants par jour au centre, mais beaucoup d’autres ne viennent pas parce qu’ils veulent échapper à la surveillance policière qui est très envahissante et étendue dans les zones au-delà du centre.

La zone du port a été fortifiée par du fil barbelé et de la haute sécurité. Traverser est devenu de plus en plus difficile.

La journée, les migrants se cachent ou marchent dehors seuls ou avec un ami, et essaient de ne pas être remarqués. Le parc où ils traînaient est régulièrement visité par la police et très peu de gens vont là-bas. La plupart des gens dorment dans nombre de bâtiments abandonnés dans la zone du port et dans les zones industrielles.

Nous nous sommes rendus à plusieurs squats, où dorment jusque 100 personnes sans papiers de divers pays arabes. Quand les policiers les trouvent, ils détruisent leurs affaires personnelles et ont même la finesse de pisser sur leurs couvertures.

Mercredi 14 Décembre

Aujourd’hui une unité de la PAF et des CRS sont venus à la zone du squat universitaire autour de 8h30. Ils sont allés à la maison qu’ils ont tenté de démolir hier, mais n’y sont pas parvenus parce que des gens s’y trouvaient. Il y avait environ quinze flics dans les environs, regardant le bâtiment sans entrer. Après un moment ils semblèrent décider que la situation était assez sûre et la maison qui avait servi de domicile aux gens a été complètement détruite.

Mardi 13 Décembre

Tôt ce matin, des ouvriers de démolition travaillaient sur le terrain d’un des squats de l’ancienne Africa House. Autour de 8h30 du matin, un bulldozer s’est rendu dans la zone de la Africa House présente sans remarquer les gens qui y vivaient ou sans donner la moindre indication de ce qu’ils avaient l’intention de faire.

Ils ont commencé à démolir un bâtiment où les gens dormaient et ne se sont arrêtés que parce que des gens sont intervenus pour leur dire que des gens dormaient là-dedans.

Personne n’est mort, les couvertures ont été ramassées.

Vendredi 9 Décembre

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Palestine House a été attaquée à 1h du matin. Comme la plupart des gens qui y vivent ont des papiers, personne n’a été arrêté. Le matin, les CRS et la PAF ont fait une descente sur Africa House. Tout le monde s’est fait rassemblé dans une salle pour être contrôlé et fouillé. Environ 10 personnes ont été arrêtées, avec et sans papiers.

Cinq personnes ont été relâchées de Coquelles dans l’après-midi après avoir été arrêtées dans la rue deux fois la même journée, avec dix heures d’écart entre les deux.

Dimanche 4 – Mercredi 7 Décembre

Dimanche matin, les migrants Iraniens ont rapporté que leur campement avait été inondé par la rivière. Toutes les tentes, les sacs de couchage et les couvertures étaient trempées et endommagées. Beaucoup ont changé d’endroit après deux nuits mouillées et sans sommeil. Nos dernières tentes ont été distribuées.

La police a été très active aux bâtiments de l’université. Mardi et mercredi matin, ils sont venus autour de 7h20. Mardi, les migrants ont rapporté 3 arrestations. Mercredi, la PAF est venue autour de 7h15 et a arrêté 4-5 personnes, et ensuite ce sont les CRS qui ont fait une longue visite, trente minutes plus tard, pour vérifier à nouveau les papiers de tout le monde.

Avec la combinaison des visites policières continuelles et une visite de l’équipe de démolition qui est venue calculer les coûts de l’opération, nous sommes à présent en alerte pour les bâtiments universitaires. Les températures sont en train de baisser fortement ces derniers jours, et cette opération pourrait mettre beaucoup de gens à nouveau à la rue.

Les migrants de Palestine House ont aussi subi plus de harcèlement policier, ce lundi les migrants ont rapporté deux visites: à 9h et à 15h30, avec deux arrestations de sans papiers.

Hazebrouck et Dunkerque

Les militants ont rendu visite aux migrants des jungles de Hazebrouck et Norrent-Fontes ce weekend, et les deux jungles près de Dunkerque ce mardi. A Hazebrouck et Norrent-Fontes la situation est stable, il y a beaucoup de femmes d’Erythrée/Ethiopie et la police n’y va qu’une fois par semaine pour compter les gens, bien qu’à Hazebrouck on nous rapporte qu’il y a un lourd harcèlement de la part des habitants locaux. La jungle a par la suite changé d’endroit.

Avec la fermeture du commissariat à Dunkerque (St Paul) nous voyons beaucoup de migrants arrêtés là-bas, qui sont amenés à Coquelles et laissés à Calais sans rien et sans endroit où dormir. Les descentes et les arrestations dans les deux jungles restantes près de Dunkerque — Tétéghem et Grande Synthe — sont très fréquentes, ce mardi 10 personnes ont été arrêtées à Tétéghem tôt le matin.

Il y aurait 20 à 25 personnes dans chaque jungle, qui survivent dans des conditions assez désespérées. Il n’y a que des hommes à Tétéghem, et à Grande Synthe il y a une famille avec un bébé. Tous viennent du Kurdistan, d’Afghanistan, d’Iran, du sud de l’Irak, et du Pakistan. Les Vietnamiens semblent être partis. Selon les associations qui les aident, il pourrait y avoir plus de gens dans les environs, cachés à cause de la peur de la police.

Nous sommes faibles en nombre, venez si vous le pouvez!

Vendredi 2 Décembre

La police est allée 4 fois aux cabines qui appartiennent à l’Université où la plupart des anciens occupants de Africa House dorment, à 10h30, 14h, 19h, 19h30. Ils ont arrêté deux ou trois personnes, la plupart se sont enfuis. Ils arrêtent aussi les personnes avec papier, car beaucoup de demandeurs d’asile ont vu leur demande refusée récemment, ils les emmènent au commissariat pour vérifier leurs papiers.

Palestine House a aussi reçu la visite de la police, mais ils n’ont vérifié que les papiers des gens et personne n’a été arrêté.

Les leçons d’anglais et de français ont repris dans les cabines de l’Université, mais pour combien de temps?

Jeudi 1er Décembre

Les migrants rapportent trois descentes ce matin. Palestine House a été attaquée une première fois à 7h par des officiers de la PAF, qui ont regardé les papiers des gens rapidement, avant de partir. Puis les CRS sont arrivés, et sont restés pendant ce qui semblait être des heures, avant de partir pour finir. Ils ont ensuite attaqué les bâtiments universitaires autour de 10h. La plupart des gens ont réussi à s’enfuir. Ceux qui sont restés avaient des papiers et ne craignaient pas la déportation. Une personne a été arrêtée quand même.

Alors que deux militants amenaient un nouveau poêle qu’ils avaient créé, avec de l’aide de migrants, à la Palestine House, ils ont trouvé 3 fourgons de CRS garés devant l’entrée, plus un fourgon de ramassage. C’était la compagnie 7. Ils ont essayé d’intimider les militants pour ne pas être filmés, sur la base que la propriété depuis laquelle ils filmaient était privée. En réalité, les militants étaient sur le trottoir, la caméra placée devant un trou dans le plaquo d’une des fenêtres, et ça a suffi à bouleverser les officiers. « Je vous ai averti. La prochaine fois que je reviens, je confisque vos caméras, » a dit le CRS alors qu’il marchait pour rejoindre ses camarades, à la recherche de dieu sait quoi. Alors qu’il repartait, nous avons entendu un bruit de chute, et une militante a émis l’espoir que personne n’était blessé de ce que les CRS faisaient hors de vue de qui que ce soit dans la très privée Palestine House où les officiers peuvent se rendre à volonté à toute heure du jour et de la nuit. Les CRS sont repartis peu après. Des conversations ultérieures avec les habitants de Palestine House ont révélé que personne n’avait été arrêté; juste contrôlé.

Mercredi 30 Novembre

Tôt le matin, un petit campement de 6 tentes habité par des gens d’Albanie a été attaqué par 5 fourgons de la PAF, des CRS et de la Police Nationale. Les gens n’arrivaient pas à comprendre ce qui se passait. Tout le monde a été arrêté. Il semble que la police ait utilisé des tactiques intimidantes supplémentaires, et qu’elle ait interrogé les arrêtés comme s’ils faisaient partie d’une filière. La raison de tout ceci était probablement l’emplacement du campement, à l’est après le port et le parking du terminal ferry, près du port hovercraft abandonné. Tout le monde a été relaché.

Il semble que les CRS ont bloqué l’entrée de la distribution de petit déjeuner, contrôlant systématiquement les papiers des gens, et empêchant ainsi les gens sans statut de réfugié ou de demandeur d’asile d’avoir un petit déjeuner comme tout le monde.

Jeudi 24 Novembre

Ce matin, la police a attaqué la jungle iranienne. Toutes les tentes ont été détruites et les gens ont perdu leurs sacs de couchage et leurs couvertures. Personne n’a été arrêté.

Hier soir autour de 9h30, la PAF est entrée dans un nouveau squat où les gens ont construit et amélioré leur lieu de vie. La plupart des gens ne pouvaient pas s’enfuir mais 4 personnes ont été arrêtées. Le lendemain matin, la police est revenue mais aucune arrestation n’a été faite.

Ces derniers jours, la jungle Afghane et Soudanaise a été contrôlée par la police mais pas d’arrestations. La police a fait une descente sur le squat Erythréen mardi et au moins une personne s’est fait arrêter et a dû passer 11 heures en détention pour un contrôle d’identité.

Vendredi 18 Novembre

Après l’expulsion de Africa House et du nouveau squat, beaucoup de gens dorment toujours à la belle étoile, bien que certains aient trouvé un abri dans d’autres squats. La plupart des squats n’ont pas de feu et même dans les jungles les gens ne font pas de feux parce qu’ils disent que la police arrive si elle les voit.

Les policiers viennent toujours pour détruire les campements malgré tout, et bien qu’habituellement les gens se contentent juste de les reconstruire, ils restent de petites structures. Les associations se plaignent que beaucoup de demandeurs dorment dehors, avec rien d’autre que deux couvertures. Il fait déjà froid et humide, et le BCMO, l’abri contre le grand froid, reste fermé parce qu’il n’ouvre que quand la température descend sous la barre des -4°C. C’est aussi la première fois qu’il n’y a pas d’Africa House.

Jeudi 17 Novembre: DEUX MIGRANTS TUES DANS UN ACCIDENT DE LA ROUTE PRES DE DUNKERQUE

Deux Egyptiens sont morts ce mercredi soir-jeudi matin sur l’A16 près de Dunkerque dans une collision entre un poids lourd et une voiture qui était occupée par d’autres migrants. Sept personnes ont été trouvées dans la voiture, y compris cinq égyptiens sans papiers et deux autres personnes, “certainement des passeurs,” selon le procureur de Dunkerque. Selon les premiers éléments de l’enquête, la voiture des migrants aurait fait une embardée au moment où elle dépassait le poids-lourd néerlandais, qui l’aurait ensuite percutée par l’arrière. Les trois migrants qui ont survécu à l’accident, qui a eu lieu autour de 1h du matin, ont été sauvés sur le côté de la route. Ils n’ont pas encore été entendus par les enquêteurs car ils sont en attente d’un interprète. Les deux passeurs présumés, qui se trouvaient sur les sièges avant, se sont enfuis. Les contrôles d’alcoolémie sur le conducteur allemand du poids lourd n’ont rien révélé d’anormal.

Mercredi 16 Novembre

Le nouveau squat ouvert pour les migrants qui ont été expulsés d’Africa House a été expulsé ce mardi — dans l’illégalité cette fois-ci. La police s’est introduite, arrêtant 7 migrants et 2 militants CMS. Un militant a été poursuivi pour occupation. Tous ont été relachés après avoir passé la nuit dans le commissariat et certains ont des hématomes à cause de mauvais traitements lors de leur garde-à-vue.

Un fourgon de l’association La Bell Etoile est venu récupéré les couvertures du squat et tout le monde est à nouveau à la rue.

Mercredi 9 Novembre 2011: Africa House et squat Erythréen expulsé, plus de 100 personnes à nouveau à la rue; la jungle Iranienne à nouveau détruite

Ce mercredi a eu lieu l’expulsion de la dernière Africa House, un complexe industriel juste à côté d’une ancienne Africa House qui avait été expulsée et démolie en 2010.

Ce qui était intéressant cette fois-ci c’est que les autorités ont fait des efforts pour faire les choses comme il faut, peut-être en conséquence de l’enquête publique lancée après que CMS ait présenté un rapport de preuves au Défenseur des Droits plus tôt cette année.

Des notices d’expulsion furent placées à l’avance sur la propriété — non pas que cela fasse la moindre petite différence pour les gens qui vont perdre leur maison; la police a “permis” aux gens de prendre leurs affaires personnelles au lieu de les jeter dans une camionnette avec pour destination la déchetterie; et les demandeurs d’asile reçurent une offre limitée d’hébergement d’urgence ailleurs en France.

La ligne de CMS est claire: peu importe que les formalités administratives soient respectées, personne n’a le droit de nier un abri aux gens, et personne n’a le droit de contrôler la liberté de mouvement — ou ne le peut, d’ailleurs.

Mais après le spectacle de l’expulsion d’Africa House, le squat Erythréen a été expulsé, ainsi que les bâtiments environnants qui étaient aussi utilisés en tant qu’abris.

La jungle Iranienne près du canal a été détruite pour la deuxième fois cette semaine, sans cette fois s’ennuyer à faire semblant de respecter la loi.

Les policiers ont aussi augmenté leur harcèlement dans les jungles de Tétéghem et Grande-Synthe près de Dunkerque avec une présence quasi-constante, et nous anticipons plus d’expulsions et de démolitions là-bas.

Une équipe de sécurité est à présent en train de garder Africa House 24h/24, si jamais quiconque ose y chercher un abri du froid, pendant qu’aux alentours de 100 personnes sont à la rue, la majorité venant du Soudan (principalement du Darfour), mais aussi de l’Erythrée, d’autres pays Africains, et quelques Palestiniens.

Les gens qui ont demandé l’asile en France et les mineurs non-accompagnés ont reçu des offres d’hébergement dans quelques hôtels dans diverses villes en France mais la plupart ne veulent pas se retrouver au milieu de nulle part et ils sont donc toujours en ville et dorment dehors. Les militants et les humanitaires ont distribué du matériel de survie comme des sacs de couchage.

Jeudi 27 Octobre: AFRICA HOUSE EN ALERTE D’EXPULSION!!

La dernière Africa House, un grand squat habité principalement par des réfugiés Soudanais, est sur le point d’être expulsée. Deux unités de CRS sont en ville en même temps (la 4 et la 16), et les policiers se sont rendus sur la propriété ce matin pour inspecter le site dans le but de mener une expulsion. Ils étaient accompagnés d’un avocat qui a épinglé les notices d’expulsion sur les portes.

Les notices disent, ‘Disons, vu l’urgence, cette présente ordonnance exécutoire sur minute’, ce qui signifie que l’ordonnance prend effet immédiatement et que l’expulsion peut avoir lieu n’importe quand, et rendre des douzaines de personnes sans-abri.

Ce qui est ironique, c’est que la propriété juxte un autre des hangars et usines délabrés et abandonnés qui définissent le paysage post-industriel de Calais: une ancienne Africa House (Squat Pagnez), où se réfugiaient des dizaines et des dizaines de personnes et qui a été détruite dans une opération complètement inutile en 2010. Le site vide juste à côté est resté debout, et fut par la suite squatté par ces réfugiés en grand besoin d’un abri contre le temps très froid du littoral et contre le harcèlement et la violence de la police.

Venez à Calais et préparez vous à soutenir les habitants de Africa House! Si vous avez des tentes et des couvertures de rechange elles seront particulièrement utiles si l’expulsion a lieu, et dans tous les cas on en a besoin pour les autres migrants de Calais. Si vous avez une voiture ou un van alors s’il-vous-plaît amenez la — un véhicule serait très utile car nous n’en avons actuellement pas.

Mardi 11 Octobre – Mise à jour Générale

Peut-être à cause des opérations de police récentes à Dunkerque, Oostende et dans d’autres villes de la côte, le nombre de migrants à Calais a augmenté soudainement. Nous voyons maintenant des communautés grandissantes de gens qui ont eu une présence petite voire inexistante dans les mois qui ont précédé — comme les communautés Pashtou et Somaliennes.

Le temps a été très déplaisant ces derniers jours avec le vent et la pluie. C’est particulièrement difficile pour ceux qui n’ont pas ou peu d’abri, et avec une pénurie de tentes beaucoup de gens ont du dormir dans les entrées et sous les rives des toîts de bâtiments pour échapper à la pluie. La police est toujours aussi déplaisante que d’habitude. Elle arrête toujours les gens dans la rue sur la base de leur apparence, elle fait des descentes sur les squats, les jungles et s’abaisse à nouveau à voler/détruire les possessions personnelles des gens. Les vélos continuent à être sabotés avec des couteaux plantés dans les roues et récemment deux hommes ont vu leurs chargeurs téléphoniques “confisqués” pendant un contrôle d’identité.

Il y a aussi eu une montée remarquable de comportements racistes de la part de la population, il est assez habituel à présent de voir pendant les soirées — surtout les weekends — des gens (considérés comme des migrants de par leur apparence) recevoir des cailloux lancés par des jeunes. Rien qu’hier une militante CMS a été suivie tout le long de son retour par une voiture, pendant 30 minutes, alors qu’elle marchait jusqu’au local depuis un squat de migrants.

Les nouvelles en dehors de Calais: Vendredi des militants CMS sont allés rendre visite aux jungles de Saint Omer et Steenvorde. A Saint-Omer, où ils ont débarqué avec une voiture pleine de couvertures et de vêtements pour l’hiver, la jungle reste aussi désastreuse qu’elle l’a été dans les derniers mois et les dernières années. Il y a environ 30 personnes qui vivent dans des abris de fortune, qui ne sont pas du tout construits pour résister au froid et à la pluie. Au moment où nous écrivons ceci il y a deux familles avec de tous petits enfants.

A Steenvorde il y a un hall qui est ouvert toute la journée, que Terre d’Errance Steenvorde fournit. Les gens peuvent avoir des boissons chaudes là-bas, cuisiner, utiliser une machine à laver, jouer à des jeux ou simplement se reposer sans le froid humide du dehors. A cause de la très grande sécurité au parking, où les gens essaient d’entrer dans les camions, la jungle de Steenvorde a récemment été plus habitée que d’habitude. Après avoir rendu visite au hall, les militants CMS ont été invités à un délicieux dîner à la jungle et y ont apprécié la plaisante atmosphère, discuté avec les gens qui y vivent, jusqu’à tard dans la journée.

Vendredi 7 Octobre 2011: Résumé de la semaine passée

Après un départ relativement lent, la compagnie 18 a finalement commencé à montrer son vrai visage et la dernière semaine a vu une profusion de fourgons de police et d’arrestations. De nombreuses arrestations ont été réalisées dans les rues, dans les bars, dans les parcs et dans les squats de migrants et les jungles avec des gens détenus jusqu’à 24 heures d’affilée.

La nuit dernière, les militants CMS se sont essouflés à suivre un nombre incalculable de fourgons de CRS et de la PAF. Une militante CMS a été frappée par un fourgon de la PAF alors qu’elle essayait de les empêcher de chasser les gens dans le Parc Richelieu, mais au lieu de s’excuser de ce qu’ils venaient de faire, les officiers ont fait des commentaires dérogatoires sur son apparence et ont commenté qu’un autre militant s’était fait coupé les cheveux. Après avoir soufflé des baisers depuis la fenêtre, la police a quitté le parc et les militants ont continué vers la gare où deux fourgons de CRS faisaient des arrestations (comme d’habitude illégales).

Un militant a essayé d’empêcher le fourgon de partir en exigeant de connaître la raison des arrestations. Aucune réponse n’a été donnée et les officiers l’ont simplement poussée et ont continué leur chasse aux sans-papiers dans les rues de Calais.

Ce matin, deux fourgonnées d’officiers PAF patrouillaient le centre commercial, bien qu’aucune arrestation ne fut réalisée. Deux militants étaient à Coquelles ce matin et ont assisté au retour des fourgons de ramassage de leur chasse matinale — tous vides. Alors que le temps commence à devenir plus froid, la vie à Calais deviendra peu à peu de plus en plus difficile pour ceux qui sont à la rue. Nous avons déjà reçu des demandes de bonnets, de gants et de foulards — surtout en petite taille pour les petits enfants dans les campements de Dunkerque.

Vendredi 30 Septembre

Africa House a été attaquée ce matin par la PAF et les CRS, et 10 arrestations ont été faites.

Jeudi 29 Septembre

Les militants CMS ont reçu des demandes de couverture ce matin, après avoir été informés qu’une des jungles Afghanes a été détruite dans la nuit.

Mercredi 28 Septembre

A 15h30, la PAF a été aperçue au Parc St-Pierre en train de demander les papiers des gens. Heureusement, personne n’a été arrêté.

La police à Dunkerque a lancé de grandes descentes récemment, et elle utilise le centre de rétention de Coquelles pour prendre les empreintes des personnes arrêtées. Une fois qu’elle aura fini cela cependant, au lieu de ramener les gens à Dunkerque, la police les jette simplement dans les rues de Calais. CMS a reçu un appel tard le soir d’un officier CRS qui voulait que nous trouvions un abri pour une famille de sept personnes qui attendait devant la gare. Tous les enfants avaient moins de 6 ans, ils avaient faim et étaient très fatigués. Nous avons pu leur trouver un endroit où dormir et nous avons pu leur préparer un dîner. Malheureusement aucune des autres familles avec des enfants ont pu être localisées et nous espérons juste qu’elles ont trouvé un endroit sûr pour dormir.

Vendredi 23 Septembre

Les français ont un proverbe. Pas de nouvelles, bonne nouvelle. Aujourd’hui c’était calme. Les militants ont pédalé en ville dans la matinée, mais n’ont pas vu de flics dans les zones squattées. Les résidents de Palestine House rapportent qu’ils n’ont pas vu de policiers depuis une semaine, et ont l’impression d’être en vacance. Un homme a rapporté qu’il avait été détenu 46 jours à Coquelles, ce qui est un jour de plus que la nouvelle limite légale permise par la loi Besson.

Dimanche 11 Septembre 2011: Un jeune homme MORT à Steenvoorde

Yousuf, un jeune homme Soudanais de 28 ans a été trouvé mort Mercredi dernier sur un parking d’autoroute près de Steenvoorde. Terre d’Errance est la principale organisation humanitaire qui y opère, et elle a contacté sa mère, qui souhaite récupérer le corps de son fils. Ils demandent de l’aide financière, car le rapatriement coûte beaucoup d’argent. Si vous voulez aider, vous trouverez leur adresse sur ce document. Alors que le régime des frontières se resserre, de plus en plus de telles tragédies auront lieu, et elles seront posées au pied de la naïveté des victimes. Les circonstances qui entourent cette tragédie sont inconnues pour le moment, mais nous mettrons cette entrée à jour aussi vite que possible.

Mise à jour 12/9: Il semble que Yousuf ait péri des suites de ses blessures, après être tombé d’un camion. Il n’y a pas d’articles de presse à ce sujet.

Samedi 10 Septembre 2011

Ce matin, Salam n’a A NOUVEAU pas servi le petit déjeuner — c’est la deuxième fois cette semaine. Et à nouveau ils n’ont pas fait d’efforts pour informer suffisamment les gens. Un peu après 10h, près de 30 personnes attendaient en vain pour le maigre repas du matin que Salam leur fournit habituellement. Avec une forte présence policière dans les rues de Calais la nuit dernière, beaucoup de gens avaient eu une nuit épuisante, et à cause d’un manque général de bois dans beaucoup de squats et d’autres provisions pour faire du thé, ils ont marché jusqu’à la distribution, pour ne trouver qu’une autre déception. Nous avons essayé de réagir rapidement, et nous sommes allé acheter du thé et du pain et avons amené un petit déjeuner provisoire au parc près des chemins de fer où les cuisines No Border distribuaient la nourriture quand Salam était en vacances officielles pendant l’été. Il y avait environ quarante personnes là-bas et l’atmosphère était plaisante — même si nous nous sentions énervés d’avoir à faire le travail des organisations humanitaires, à nouveau.

Vendredi 9 Septembre 2011

A 7h45, 30 officiers de la PAF et des CRS sont descendus sur Africa House. Ils ont contrôlé tout le monde, ils ont arrêté tous ceux qui n’avaient pas de papiers, 12 personnes en tout..

Jeudi 8 Septembre 2011

Ce matin, les CRS ont arrêté deux personnes dans les bâtiments de l’université derrière la récemment démolie Africa House, ils les ont gardé 15 minutes au commissariat. Plus tard, autour de 8h40, ils ont arrêté une personne à Africa House et après cela, deux Africains à Palestine House.

Pendant la journée, la plupart des militants sur le terrain sont partis à Boulogne sur Mer, pour soutenir deux personnes, qui ont été poursuivies pour avoir retenu leur identité après le blocage du 2 juillet du centre de rétention de Coquelles. Le plaidoyer de la procureur était mal informé et faible, le traducteur inadapté et les policiers en présence disproportionnée– et notre avocat était fantastique! La décision sera rendue le 22 septembre.

Mercredi 7 Septembre 2011

Salam a décidé de ne pas servir de petit déjeuner aujourd’hui. Et même si on peut critiquer ça, puisque beaucoup de gens vont avoir faim deux heures de plus, ça n’aurait pas été aussi mal, s’ils avaient quand même pris la peine de prévenir. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Le résultat c’est que les gens qui sont venus manger se sont fait encerclés par une douzaine de fourgons de CRS et PAF sans pouvoir s’échapper. Ils n’ont pris qu’une personne cependant, ce qui pourrait indiquer une nouvelle stratégie. Pendant la journée, ils ont principalement arrêté des Iraniens quand ils contrôlaient des groupes mixtes.

Mardi 6 Septembre 2011

Ce matin vers 8h, 6 cars de crs avec les agents municipaux sont venus déserter le camp des iraniens qui se trouvait en face de la gendarmerie rue mollien. Un campement de fortune niché dans les arbustes en face de la gendarmerie. On dénombre 7 arrestations et la confisquation des tentes et des sac-de-couchages. Ces propos viennent des migrants eux-mêmes, car aucun activiste n`était présent. Ce dialogue a eu lieu au lieu de distribution de salam au petit déjeuner. Nous avons recueilli le témoignages des iraniens. Ainsi un migrant s’est fait embarqué son passeport ainsi que des papiers du type extrait de naissance. La police lui a remis un papier où l’adresse du service technique de la mairie était indiquée, pour récupérer ses affaires. Maintenant, où vont dormir ces gens? No Border dénonce cette situation.

Lundi 5 septembre 2011

Hier matin dans le bois situé à la plage de Blériot, deux migrants qui sont en demande d’asile se sont faits confisquer leur tente. Un des iraniens a donné son témoignage stipulant qu’il a demandé à la police où il pouvait dormir. La police lui a répondu: « En tout cas, pas là. » Fin de citation.

Samedi 3 septembre 2011

Ces dernières semaines ont été très actives pour les militants CMS sur le terrain. Les deux associations qui servaient les repas aux migrants ont décidé de faire une pause, et donc nous avions d’abord à remplacer Salam, puis Belle Etoile, qui laissaient les gens avec un repas par jour pendant deux mois. On a réussi! Ca a été une période très stressante, nous étions constamment surveillés et harcelés par la police, nous avons eu de petits problèmes d’organisation et nous avons manqué de sommeil la plupart du temps, mais au bout du compte nous avons été capables de servir deux repas gouteux et nutritionnels par jour dans une atmosphère bien plus fascinante que l’espace prisonnier et entouré de barbelés que les gens sont forcés d’utiliser habituellement.

Merci à tous ceux qui ont été impliqués: les équipes de cuisine, les gens qui ont fait des dons de nourriture, ceux qui nous ont offert un endroit pour cuisiner, et tous les autres qui ont donné de leur temps pour nous aider. On n’aurait pas pu le faire sans vous — vous nous montrez à nouveau que tout est possible si les gens travaillent ensemble. Merci.

Mise à jour sur la situation actuelle:

A part la cuisine, Calais a été relativement calme ces derniers temps. Le nombre de migrants a baissé ces dernières semaines, ainsi que l’oppression policière, apparemment. Les CRS rodent toujours dans les rues pour faire des contrôles racistes, mais les descentes sur les squats et les jungles ont baissé en quantité. Néanmoins les gens sont arrêtés par la police — par exemple, 9 personnes pendant une descente sur Africa House le jeudi.

Malheureusement, il est difficile de suivre l’activité policière, car les communautés vivent dispersées en petits groupes et nous ne pouvons pas être partout à la fois tout le temps.

Beaucoup de gens partent cette semaine, venez aider si vous le pouvez!

Mardi 30 Août: La fête de l’Eid!

Mardi avait lieu la fin du Ramadan, au nom de laquelle nous avons lancé une fête dans le parc. Il y eut des snacks, toutes sortes de breuvages et beaucoup de musique d’un système sonore. Et comme tout le monde pouvait s’improviser DJ et connecter leur lecteur MP3 ou leur mobile et jouer la musique de leur choix, l’éventail musical s’étendait de chansons Pashtu à du rap américain. Bref, tout le monde s’amusait bien. Du moins, jusqu’à ce qu’une douzaine de voiture de flics n’arrive. Ils dirent aux gens de jeter leurs bières, ils se plaignirent des déchets sur la pelouse (en fait, des paquets encore pleins de chips, et des gobelets en plastiques pour les boissons) et ont montré un mandat, qui interdisait les fêtes dans le parc pour cause de trouble à l’ordre public. Mais en fin de compte, le mandat s’est trouvé être invalide, parce qu’il y avait une autre date dessus et la police est partie après avoir trainé deux minutes. La fête a ensuite continué, et les gens ont dansé, parlé et ri pendant deux autres heures.

Vendredi 18 Juin

En cette fin de semaine avait lieu a Lille une soirée de soutien aux activités des NoBorder Calaisien et plus particulièrement en soutien aux militants qui passent en procès!

La soirée a commencée avec un peu de retard, mais le débat sur les différentes activités des NoBorder à Calais, lille et ailleur était vraiment interessant.

La soirée a continué avec la présence de 2 groupes :

– PierFrancisco, Chants anarchistes italiens

– Grodéon, Fanfare éclectique

Merci aux amis du GDALE qui ont organisé cette soirée de soutien!

Jeudi 19 Avril

Une nouvelle compagnie de CRS est arrivée à Calais aujourd’hui. La compagnie 2 a passé la matinée à se perdre et à se tromper dans les rues à sens unique de la ville, mais après s’être garés à l’office de tourisme ils ont pu obtenir des cartes et reprendre pied pour arrêter quatre personnes se rendant à la distribution matinale.

Lundi 18 Avril

Trois Iraniens ont été arrêtés sur le chemin de la distribution ce matin. Il y a eu une petite altercation entre la police et des militants qui essayaient de filmer les arrestations. Un officier a tenté d’endommager la caméra, et essayé de l’arrêter de filmer.

Dimanche 17 Avril

Deux personnes ont été arrêtées alors qu’elles se rendaient à la distribution matinale.

Samedi 16 Avril: Partager des infos venant du Soudan

Les leçons d’anglais des deux derniers jours ont présenté des mises à jour du Soudan par un militant Britannique qui se concentre sur la solidarité avec les Soudanais, et des discussions sur les idées No Borders et comment elles sont liées au Soudan dans le contexte d’une nouvelle frontière nationale entre le Soudan Nord et le Soudan Sud.

La plupart des migrants d’Africa House viennent du Darfour mais beaucoup n’ont pas eu d’accès à des informations solides sur la situation politique là-bas depuis qu’ils sont partis — certains depuis deux années.

La leçon de jeudi a inclus une mise à jour et une discussion de la situation à Abyei, sur la base de l’analyse ici. La leçon de Vendredi a inclus des mises à jour sur la situation des divers groupements rebels et les conditions et évènements récents dans des zones géographiques particulières du Darfour. Des documents en Anglais ont aussi été distribués.

Dans le futur, nous espérons que des documents en Arabe pourront aussi être en circulation, et que de meilleurs liens pourront être forgés entre la communauté du Darfour, bien-organisée en Grande-Bretagne, et les migrants du Darfour qui vivent à Africa House.

Trois personnes ont été arrêtées alors qu’elles se rendaient à la distribution.

Vendredi 15 Avril: D’autres couvertures médiatiques de la situation à Calais

Ces derniers jours, le travail de CMS a reçu de l’attention de la part de divers médias Français. Un interview radio avec des militants No Borders peut être trouvée ici.

Sans transition, les CRS ont continué leur stratégie d’arrestation des personnes devant la distribution de repas. Hier (14/04/2011) un mineur Afghan bien-connu qui demande l’asile en France et qui a des papiers, a été arrêté après le petit déjeuner. Les CRS ont aussi continué leur routine des pratiques racistes la nuit dernière: un militant blanc a été stoppé avec deux autres migrants, un Africain et un Afghan. Aucun d’entre eux — y compris le militant blanc — n’avait de papiers. Ils furent tous “contrôlés” (vérification d’identité), mais seuls les militants non-blancs ont été arrêté et le militant Européen a été relaché. C’est la dure réalité de la vie ici.

DES VIDEOS DE CMS FONT LES INFOS EN FRANCE!!

Après avoir été initialement publié sur Rue89, la chaîne française TF1 vient de publier une vidéo composée de différents vidéoclips qui viennent du travail de CMS.

On y voit la police pulvériser du gaz au poivre sur les gens, être violente, abusive, et non professionnelle. Cette vidéo combine plusieurs clips d’importance y compris celle de la police qui met de la musique très fort lors d’une descente à Africa House la nuit, et celle de la PAF qui frappe un militant qui tient une caméra vidéo. Un militant CMS parle à un journaliste radio sur le travail de terrain à Calais et l’utilisation de caméras vidéo pour réduire la violence contre les migrants. Un porte-parole de la police essaie aussi de dire que les policiers font bien leur travail alors qu’un extrait en arrière-plan les montre en train de jouer au foot pendant une descente de police.

CMS est heureux que la répression systématique et la violence contre les migrants de Calais commencent à être connues à travers la France. Les nouveaux lecteurs peuvent vérifier les archives pour plus d’information sur la brutalité policière, également nous vous prions de considérer de rejoindre notre travail à Calais ou de donner pour la cause.

Vidéos sur Rue 89

Vidéos sur TF1

Mercredi 13 Avril

Trois personnes ont été arrêtées dans le parc à 20h30. Bien qu’elles avaient toutes des papiers, elles ont été détenues à Coquelles toute la nuit, et relachée le matin suivant. Il semble être illégal d’être à Calais si vous n’êtes pas blanc.

Lundi 11 Avril

Un fourogn de CRS s’est rendu aux bâtiments universitaires derrière Africa House à 6h45. Personne n’a été arrêté.

Les vélos de Palestine House ont à nouveau été retrouvés détruits. Les pneus tranchés et les roues tordues. C’est à présent une pratique habituelle de la police à Palestine House (voir Lundi 28 Mars).

Vendredi 8 Avril

La PAF a fait une descente sur les bâtiments universitaires derrière Africa House ce matin, ils ont défoncé les portes et ont tout fouillé avec assiduité. Les militants ont été durement sortis des terrains. Les officiers ont tapé, poussé et tiré, pour essayer de prendre les caméras de deux des militants — sans succès. Après peut-être 20 minutes de recherche, ils sont partis. 5 personnes ont été arrêtées.

A 9h du matin, le même groupe s’est rendu à la Jungle Hazara, deux personnes furent réveillées, et on leur dit de partir et revenir 20 minutes plus tard. Personne n’a été arrêté, mais après le départ de la police quelqu’un a remarqué que 320€ avaient été volés de son manteau qui pendait dans l’espace commun, et aussi, une paire de lunettes de soleil.

Deux officiers de la PAF se sont rendus à la jungle Hazara à 22h. Ils ont attrapé un homme et l’ont menotté à un des officiers — pour le mener comme un chien en laisse. La police lui a ensuite demandé d’appeler ses amis, et lorsqu’il ne s’est pas plié aux ordres ils ont choisi un nom au hasard — criant “Ali! Ali!“. Un militant CMS qui est arrivé dans la jungle à ce moment, a pu assister à cela. Une personne a été arrêtée.

Jeudi 7 Avril

Africa House a été attaquée ce matin à 7h15. La PAF et la nouvelle compagnie de CRS, l’unité 47, ont couru à l’intérieur depuis les entrées de devant et de derrière, avec énormément de personnes, et ont réussi à arrêter un peu moins de 20 personnes, y compris une militante.

3 fourgons de CRS ont été vu au parc à 19h40. Les militants sont arrivés avec une caméra et ont été immédiatement contrôlés et ordonnés d’arrêter de filmer. 3 personnes ont été arrêtées et après une longue attente sur le côté de la route, un bus d’arrestation est arrivé et les a emmené à Coquelles.

La police a fait une balade à Africa House à 22h30. Ils ont utilisé des lampes et ont jeté un oeil, mais n’ont arrêté personne.

Mercredi 6 Avril

Aucune descente à Africa House ce matin, mais une voiture avec deux potentiels infiltrés, garés pour prendre des photos des militants en patrouille. Ils sont partis en vitesse quand une militante a marché jusqu’à eux pour mieux les voir.

La PAF a fait une descente sur Palestine House ce matin à 8h, et a arrêté 2 personnes.

Mardi 5 Avril

La PAF a attaqué Africa House tôt le matin, à 7h05. Ils ont fouillé les bâtiments arrières des terrains universitaires, et ont arrêté au moins 5 personnes. Les militants ont été menés à l’entrée de devant, poussés, et menacés d’arrestation s’ils étaient retrouvés sur cette “propriété privée.” Un militant a répondu que ce serait un honneur. Les migrants et les humanitaires sont entrés et restés sur le terrain d’Africa House tous les jours pendant des mois et des mois. Seuls les militants qui filment et qui essaient d’assister aux activités policières ont été menacés d’arrestation pour violation de propriété privée. Beaucoup de gens, y compris des demandeurs d’asile, ont été arrêtés et poursuivis le Jeudi 10 Mars, mais pas pour violation de propriété privée: pour occupation des lieux avec intention d’établir résidence.

Autour de 18h40, 3 officiers de la PAF se sont garés au coin de la distribution du soir, et ont arrêtés 2 personnes qui leur avaient pourtant montré des papiers.

Lundi 4 Avril

Un fourgon de la PAF a lentement descendu la rue Descartes ce matin, et les officiers ont fait une balade dans Africa House, assurant tout le monde qu’ils ne venaient que pour regarder. Les militants ont sifflé plusieurs fois quand même. Alors que les gens allaient au feu pour attendre que la visite finisse, la PAF a lancé des vérifications d’identité sur les militants, y compris sur une personne blanche sans-abri d’Europe de l’Est qu’ils méprennent pour un militant.

Une militante a refusé de présenter un papier d’identité, et a été arrêtée, menottée, et emmenée au commissariat de Coquelles. Une personne française qui se trouve aussi être sans abri, et qui a été à la distribution parce qu’il était très mal nourri à son abri, est entré en voyant un fourgon de police devant l’entrée, et a ensuite aussi été contrôlé. La police était assez dure avec lui également, lui disant, entre autres choses, de fermer sa bouche “ou je te la ferme.” Il ne pouvait pas bien comprendre où était le problème. Il a déclaré plus tard à des militants qu’il n’avait jamais vu tellement d’abus verbal et d’aggressivité dans sa vie.

La PAF a fait des choses étranges à Africa House, dans l’après-midi peu avant 16h. En plus de la balade habituelle, ils ont aussi fait des passes avec les migrants, et ont monté une des cordes. La mauvaise femme officier a eu une conversation amicale avec l’une des personnes romaines qui sont temporairement sans abri. En plus du harcèlement journalier qui consiste en des arrestations et des relachements répétés, les activités de la PAF ont mené à de nombreux incidents ces derniers mois, certains très extrêmes, comme quand un homme est mort noyé après avoir été pourchassé dans la nuit, le 22 Février dernier. Nous soupçonnons qu’ils ont un intérêt à encourager la confiance parmi les migrants, et cela pourrait être le but de ces tactiques bizarres.

3 personnes ont été arrêtées à la Nouvelle Africa House, autour de 9h.

Dimanche 3 Avril

Très tard la nuit, autour de 2h, 6 officiers de la PAF ont infiltré les terrains universitaires et ont arrêté 5 personnes, avec une voiture et un fourgon. 3 ont été relachés peu après, mais les autres n’étaient pas revenus, à 8h le lendemain matin, lorsque nous avons reçu ce témoignage.

La PAF a fait une descente sur Palestine House à 18h et a arrêté 6 personnes, l’un étant relachée peu après.

La PAF a fait deux descentes tardives sur la toute nouvelle Africa House. La première fois, autour de 23h 3 personnes ont été arrêtées, et la deuxième fois, à 3h30, de 2 à 3 personnes. L’intérieur du bâtiment est très sombre la nuit et il est très difficile de discerner ce qui se passe. Les militants ont été contrôlés la première fois, mais n’ont pas été harcelés de cette manière la deuxième.

Samedi 2 Avril

Les CRS ont beaucoup conduit autour d’Africa House, mais n’ont effectué que 2 fausses descentes, forçant les militants à siffler mais retournant ensuite à leur fourgon. Personne n’a été arrêté. 5 personnes ont été arrêtées le soir, autour de 22h, dans les bâtiments universitaires de l’autre côté du mur à l’arrière d’Africa House.

A 23h30, 5 personnes ont été arrêtées par la PAF à Palestine House.

Vendredi 1er Avril

Après la destruction des lieux de vie des gens à Africa House, et d’un moyen d’aller sur le toît, les gens ont utilisé les poutres de bois des décombres, et d’autres matériaux, pour construire une énorme barricade à l’avant et à l’arrière. Très tôt ce matin, à 6h30, la PAF a conduit une descente furtive sur les bâtiments arrières du terrain universitaire, et a arrêté dix personnes. Les fourgons de CRS rodaient dans les rues. En tout, les CRS se sont arrêtés quatre fois à l’avant, sans quitter leur véhicule, mais riant tout de même devant la barricade. Près de la fin de la patrouille, les gens ont rapporté beaucoup d’arrestations sur le chemin du retour de la distribution, près du pont.

Jeudi 31 Mars Chambres détruites, et affaires perdues dans les décombres à Africa House, pour raisons de sécurité

Cette après-midi, autour de 14h30, un grand nombre de policiers, PAF et CRS, a expulsé tout le monde d’Africa House pour laisser entrer un bulldozer. Les militants qui sont arrivés sur la scène ont essayé de le bloquer, mais ils sont arrivés trop tard, et la police a réussi à les attraper. Bien que les militants allaient initialement être arrêtés pour cela, la police a décidé qu’il valait mieux rester à l’intérieur d’Africa House, derrière la barricade.

Le bulldozer a détruit les chambres des gens, à l’intérieur des deux bâtiments principaux, et a tout transformé en des montagnes énormes de décombres. La structure en béton du bâtiment a été laissée inchangée, les urbanistes ayant besoin de celle-ci pour “l’éco-quartier” qu’ils souhaitent créer. Inutile de dire que personne n’avait la moindre idée que ceci aurait lieu. Les gens ont des affaires, et certains des papiers et des pièces d’identité essentiels, perdus dans les 3 ou 4 montagnes qui gisent à présent dans Africa House.

Tout ceci a été accompli parce que les autorités voulaient empêcher les gens de pouvoir grimper sur le toît. Le toît est ‘trop dangereux,’ ont-ils dit. Beaucoup sont montés sur le toît d’Africa House, à de nombreuses reprises, pendant des mois et des mois, et nous n’avons pas connaissance qu’un grand nombre de gens se soient blessés pendant tout ce temps. Cela a été le cas de quelques personnes. Toutes se sont blessées dans le contexte d’une descente de police stressante et violente, sur Africa ou Palestine House (voir les mises à jour du Mercredi 9 et du Jeudi 10 février, et celle du Vendredi 28 Janvier, entre autres). Cela semble indiquer que la présence et la violence policières sont la source du problème, plutôt que l’accès au toît et des possessions et des lieux de vie à peu près en sécurité.

Mercredi 30 Mars Grosse descente, un militant attrapé par l’entre-jambe

A 8h, la PAF et l’unité 8 de CRS ont lancé une descente sur Africa House, se lançant dans le squat simultanément de devant et de derrière, avec une trentaine d’officiers. 14 personnes ont été arrêtées. Le balet habituel de personnes spéciales est venu pour regarder et discuter, y compris l’adjoint au maire pour le développement durable, Philippe Mignonnet, qui a essayé de frapper un militant le Vendredi 18 Mars. Les militants ont été alignés contre un mur pour une fouille complète, et ils ont tenté de désamorcer la tension en faisant des blagues et en s’amusant. Un officier CRS n’a pas apprécié cette rupture du protocole, et a attrapé une personne par son entre-jambe alors qu’il le fouillait, et l’a soulevé du sol.

La militante arrêtée le 28 mars pour ne pas avoir produit de documents d’identité a maintenu sa décision de ne pas donner de papiers d’identité. Elle a été détenue pendant deux jours, et relâchée ce matin. Elle est poursuivie pour refus de donner ses empreintes lors de sa détention, même si la police n’a pas la moindre idée de qui elle est.

Nous avons reçu plusieurs témoignages que des enfants harcelaient Palestine House l’après-midi, en allant là-bas, pour lancer des pierres et crier diverses choses en anglais et en français, comme ‘Fuck Palestine!’ et d’autres insultes racistes.

Un résident de la jungle Hazara a confirmé qu’un groupe de fascistes Français avaient suivi de manière menaçante un groupe de migrants et d’activistes de retour de la fête d’Africa House le samedi 26 mars, à la recherche d’une bagarre.

Mardi 29 Mars

La villa près de Africa House a subi une descente tôt ce matin, autour de 7h15. Quelques 6 officiers de la PAF ont quitté les terrains universitaires avec 2 personnes.

Un homme a été pourchassé par les CRS au rond-point qui mène à Africa House, à 9h15. Ils ont réussi à l’attraper. Un officier a juré “Bâtard! Je supporte pas quand ils courent!” Un militant seul qui quittait la veille à Africa House s’est tenu de l’autre côté de la rue face à la scène. Les CRS ont fait s’asseoir l’homme par terre, le dos au mur et les jambes aplaties, et ont demandé ses papiers. Il a dit qu’ils étaient à Africa House. Ne le croyant pas, ils l’ont arrêté quand même.

Lundi 28 Mars

Une descente de CRS à Africa House à 8h05 a eu pour résultat l’arrestation d’une militante qui a refusé de montrer une pièce d’identité. Elle a passé la journée en détention. A nouveau, la personne blanche sans-abri a été prise pour un militant No Border. Aucun migrant n’a été arrêté.

2 personnes ont été arrêtées à Palestine House dans la matinée. Les gens soupçonnent des officiers de la PAF d’avoir tordu les roues de 2 vélos et de les avoir rendus inutilisables. Cette pratique de sabotage furtif n’est pas nouvelle, les militants ont déjà eu à réparer des vélos aux pneus crevés par des couteaux au début du mois (voir le Jeudi 8 Mars). Tordre les roues est un nouveau seuil dans la malfaisance policière, car il est beaucoup plus difficile, en fait impossible, de réparer une telle chose.

Samedi 26 Mars

A 8h15 à Africa House, un fourgon seul de CRS s’est garé au portail de devant. Les militants ont été alignés contre un mur dans un bâtiment sur la gauche. Un mineur a été arrêté, prétendument pour le ‘mettre en sécurité’. Un officier CRS a déclaré que les militants étaient ‘ridicules’, qu’il était dangereux que les gens se tiennent sur le toît, et que tout le monde sera relaché quatre heures plus tard de toute façon, donc il est inutile de siffler. L’officier CRS n’a pas semblé montrer qu’il comprenait que les gens avaient un droit d’être libre de bouger. Ils ont essayé d’obtenir des informations sur les autres mineurs qui restent à Africa House, ils ont marché autour du squat et sur les terrains universitaires, ont refait la morale aux militants, et sont enfin partis. Des gens sur le toît leur ont craché dessus et tout le monde a rigolé pendant que le CRS utilisait une couverture qui gisait là pour essuyer sa chaussure.

Palestine House a été attaquée deux fois aujourd’hui. 3 personnes ont été arrêtée à 8h par les CRS, et à nouveau à minuit, 3 autres arrestations ont eu lieu, encore une fois du travail de CRS. Tous ont été relachés dans les heures qui ont suivi.

Une fête de soirée a été organisée à Africa House, avec un système sonore, un feu énorme, beaucoup de boissons et de danse.

Des rumeurs circulent qu’une bande de français menaçants ont suivi un groupe de migrants et de militants alors qu’ils repartaient vers la jungle, cette nuit après la fête. Nous avons l’attention de revérifier ceci, parce que les fascistes ont été actifs et l’extrême droite a avancé électoralement.

Vendredi 25 Mars

A Africa House, une descente tardive de la PAF a eu pour résultat 7 arrestations: 6 migrants et un militant. L’activiste a été arrêté pour possession d’une arme de catégorie 3. Un canif. Il a été relaché peu après, mais les autres migrants étaient toujours détenus.

A l’ancienne distribution, le terrain vague qui se trouve après les chemins de fer, les CRS ont arrêté une personne autour de 9h, alors qu’il était sur le chemin de la distribution. 4 ont été arrêtés sur le chemin du retour, après la distribution, alors qu’ils se rendaient à Africa House. On nous rapporte l’arrestation de 6 autres personnes, dans les rues de Calais, pendant la journée.

La PAF a aussi attaqué la jungle Hazara aux environs de 8h du matin, mais n’a trouvé rien ni personne. Une descente similairement infructueuse sur Palestine House a eu lieu à environ 7h du matin.

Les gens de Pédaler jusqu’en Palestine ont organisé une masse critique cette après-midi, et ont traversé la ville sans présence ou protection policière. Personne n’a été arrêté, et personne n’a été blessé. Les réactions de la population étaient pour la plupart enjouées et les cyclistes ont même reçu des coups de klaxon de soutien de la part d’automobilistes.

Jeudi 24 Mars Des militants aspergés de gaz au poivre, un militant soumis à un point de pression

Ce matin aux environs de 7h, 2 fourgons de la PAF, un banalisé et l’autre non, se sont garés sur le terrain vague en face de l’entrée de Africa House. 10 militants se tenaient autour de la barricade pour empêcher la police d’entrer. La police a marché lentement vers la ligne, s’est déplacée à côté du pilier de droite, et a commencé à repousser la foule qui se rassemblait. Quand les gens ne bougeaient pas beaucoup, ils ont utilisé du gaz a poivre, et ont par la suite renverser le militant qui tenait la caméra. Un militant a été tenu par son pouce dans une technique qui permet à celui qui le tient de le briser en un moment, et il a été mené à l’entrée de devant. La police a marché dans la cour pendant quelques minutes, et est repartie sans faire d’arrestations.

La PAF a aussi attaqué Palestine House aux environs de 7h, sans faire d’arrestation parce que les gens ont réussi à leur échapper, et aussi à cause de la descente des CRS la nuit précédente.

Un militant en vélo dans la zone du port a été suivi par un fourgon de la PAF, conduisant à hauteur du cycliste pendant environ 5 minutes, et créant ainsi un bouchon dans le seul but d’intimider quelqu’un. Le militant a atteint la zone de distribution, et il a pu voir que 2 personnes étaient arrêtées là-bas, si ce n’est plus.

Mercredi 23 Mars Violente descente sur Africa House, une militante crie alors qu’elle est menottée

A 8h05, 2 douzaines de policiers sont arrivés par l’arrière, la PAF et les CRS, pour effectuer une descente importante. En dehors de l’arrestation des personnes sans papiers, ils cherchaient les militant(e)s qui sifflaient. Ils ont écrit dressé un PV et ont donné une amende de 68€ à l’un des militants. L’accusation est désordre public et désobéissance à l’ordre d’un policier. Cependant il n’a pas reçu de papier ou de description intelligible de son délit.

Alors que les militants étaient alignés contre un mur, une personne blanche et sans abri avec des papiers, qui dort à Africa House parce qu’il n’a nulle part où aller, était aussi contrôlée et fouillée complètement comme le reste des militants. La police a supposé qu’il était un militant No Border sur la base de sa couleur de peau.

Une militante a été étranglée par une officière de la PAF, qui lui a dit ‘Tu te prends pour qui?’ C’est la deuxième fois que cette officière pète les plombs, se lance dans une démonstration de puissance, et utilise la violence contre les gens, pour la seule raison qu’ils ne sont pas assez dociles à ses yeux.

Nous avons compté 7 arrestations, mais comme nous étions poussés contre le mur, nous ne pouvons pas assurer que c’est la totalité des arrestations ce matin-ci. La police a ensuite mené les militants, ainsi que la personne sans-abri, en dehors des lieux. Une confrontation a eu lieu alors que les militants se tenaient derrière la ligne de l’entrée de devant.

Une militante a été violemment retirée du groupe et écrasée à terre derrière un fourgon de la PAF garé dans Africa House. Comme elle était derrière le fourgon, nous n’avons pas pu voir quoi que ce soit. Nous l’avons entendu crier de douleur deux fois. Elle a ensuite été emmenée, menottée, dans le fourgon. Le fourgon est parti, et alors qu’il passait l’entrée, les militants pouvaient voir qu’elle avait des blessures sur le visage, du fait d’être écrasée par terre. Elle a subi une blessure à la lèvre et une torsion de bras. Mais la militante arrêtée a fait preuve de tenacité, et nous a souri alors que le fourgon repartait. Elle a été relachée à 16h cette après-midi, et inculpée de violences à agent.

2 personnes ont été arrêtées en train par la PAF aujourd’hui.

Les CRS ont attaqué Palestine House à 23h, et ont fait 3 arrestations.

Mardi 22 Mars

La PAF a fait deux descentes à Africa House ce matin, mais n’a fait que compter. Personne n’a été arrêté. Nous croyons que la police essaie d’obtenir la confiance des migrants en promettant de ne faire que compter, et en faisant cela de manière répétée. Nous ne savons pas si qui que ce soit est dupe de cela.

2 personnes ont été arrêtées par un fourgon de CRS derrière la distribution du matin. Une nouvelle compagnie de CRS est en ville.

Palestine House a reçu une visite d’officiers de la PAF à 21h. Ils n’ont pas demandé les papiers de qui que ce soit. Ils ne sont venus que pour demander où les militants No Borders étaient.

Pédaler jusqu’en Palestine est arrivé ce soir, et a établi campement quelque part à Calais. Ils ont décidé d’aider le militantisme CMS, et aussi, d’organiser des ateliers et des partages de connaissances, par exemple avec des ateliers coiffure, des ateliers vélo, et d’aider les gens à s’amuser, en amenant de la musique et des films à Africa House.

Lundi 21 Mars

Peu avant 8h30, un fourgon de la PAF s’est garé près de Africa House. 3 policiers ont dit aux militants de ne pas siffler. Parce qu’ils n’étaient à priori là que pour compter. En absence d’une raison pour laquelle il est légitime de compter les gens pour une descente future, les militants ont décidé de siffler quand même. La PAF est partie après un peu de marche autour du squat, et personne n’a été arrêté. Des officiers ont crié de leur fourgon qu’ils seraient de retour plus tard pour faire plus de comptage.

Aux environs de 10h, la police a attaqué Palestine House, et a arrêté deux personnes. Palestine House a été attaquée une deuxième fois autour de minuit, par les CRS. Trois personnes ont été arrêtées, et relachées peu après.

Alors que le temps s’améliore, les gens passent à nouveau du temps au Parc Richelieu, et la PAF harcèle les gens là-bas. 3 personnes, qui étaient assises devant l’entrée, avec un vieil homme blanc, ont été contrôlées et arrêtées, et la PAF leur a mis les menottes aussi. La personne blanche a pu repartir sans montrer le moindre document d’identité.

Aux environs de minuit et demie, une descente furtive a été menée par la PAF à l’arrière de Africa House. 4 personnes ont été arrêtées, y compris trois mineurs. Ils n’étaient pas libres le lendemain au moment de la distribution de midi.

Samedi 19 Mars

Une personne a été arrêtée par la police aux environs de 8h, à la gare. Le reste de la journée a été très calme, même à Palestine House. Une fête a été organisée à Africa House cette nuit. A suivre, plus de détails.

Vendredi 18 Mars Grosse descente à Africa House

Peu après 8h, plus d’une semaine après leur descente ultra-violente, la PAF et les CRS ont conduit à nouveau ce qui ressemble de plus en plus à la “descente de la semaine.” L’attaque a commencé des deux côtés simultanément, tous les militants étant répoussés rapidement, de sorte que la chasse puisse commencer correctement. La police a de nouveau détruit la porte de la semaine dernière (réparée entre temps par des individus de bonne volonté.) Près de 30 personnes ont été arrêtées, et nous pensons qu’elles ont été relachées plus tard dans la journée.

Cette descente a vu des ‘gens spéciaux.’ Philippe Mignonnet était là. Il est l’adjoint au maire pour le transport et l’environnement, et il se présente aux élections cantonales ce dimanche. Un fréquent visiteur d’Africa House lors des descentes, il semble en très bons termes avec la plupart des officiers de la PAF, et n’a pas de problème avec la répression.

Un militant a suivi et filmé Mignonnet alors qu’il quittait le squat, pour exercer de la pression sociale sur lui. Il a évité un direct que Mignonnet lui a envoyé alors que ce dernier tenait la porte du centre administratif de Calais. Mignonnet est entré et personne ne fut blessé.

Jeudi 17 Mars 2 arrestations à l’intérieur de la distribution pour assurer que le fil barbelé soit “réparé”

La PAF a conduit deux fausses descentes sur Africa House ce matin, à 7h20 et 7h40. La première fois, un fourgon seul a conduit à toute vitesse à travers le terrain universitaire et s’est arrêté brutalement près de l’entrée de derrière. Les militants furent poussés à siffler, mais ils s’arrêtèrent quand ils virent que les officiers restaient dans leur fourgon. La PAF est ensuite repartie lentement, s’arrêtant pour jeter un oeil autour des bâtiments de derrière de l’université. Ils firent de même devant Africa House, parlant aux militants avant de repartir. Le même fourgon est venu une deuxième fois 20 minutes plus tard, s’arrêtant à l’arrière, mais cette fois les officiers sont sortis pour marcher autour d’Africa House, disant aux migrants qu’il n’y avait pas de problème, que les militants No Borders les réveillaient sans raison. Ils sont partis sans arrêter personne.

Peu avant 9h, un autre fourgon de la PAF s’est garé devant la distribution, et le portail était ouvert pour que les officiers y entrent. Les travailleurs municipaux furent aperçus en train de parler aux policiers avant qu’ils ne sortent de leur fourgon. Deux personnes furent par la suite arrêtées par la PAF. Elles avaient dormi par terre, à l’intérieur de la distribution, avec quelques couvertures. Nous soupçonnons que les travailleurs municipaux les ont dénoncés à la PAF, pour des questions de “sécurité.”

Un représentant de la mairie a présenté le placement de nouveaux fils barbelés comme de la “réparation.” (Les lecteurs se rappelent peut-être que le fil barbelé avait été enlevé par un groupe d’individus le 2 janvier.) Pendant les 2 mois et plus depuis que ceci est arrivé, la zone de distribution a bien “fonctionné,” et nous n’avons entendu parler d’aucun incident qui a eu lieu en conséquence de l’absence de fil barbelé. Le représentant est parti alors que les deux migrants étaient emmenés par la PAF.

Quelques dix minutes plus tard, des dizaines de personnes sont venues pour la distribution du petit déjeuner, comme elles le font chaque matin. Les travailleurs municipaux furent capables de travailler sans problème de sécurité de la part de cette grande foule.

Mercredi 16 Mars

Les migrants parlent d’une descente dans la journée à Palestine House, à la suite de laquelle 5 personnes ont été arrêtées.

Mardi 15 Mars

Peu après 9h du matin, 4 CRS sont entrés dans Palestine House, sans vérifier les papiers. Ils sont partis sans rien faire, si ce n’est donner à chacun une dose gratuite de stress.

Lundi 14 Mars

Palestine House a été attaquée à 3h du matin par les CRS. 2 personnes ont été arrêtées. La PAF est arrivée aux environs de 8h, sans arrêter personne.

Ce matin, à la distribution, l’ouverture dans le grillage à côté du portail de devant a été réparée. Par une coïncidence étrange, la PAF a recommencé à harceler les gens là-bas, et a arrêté 3 personnes près de la distribution. Une autre personne a été arrêtée à la distribution du soir.

Les gens qui ont été arrêtés à Africa House, à 4h du matin samedi dernier, n’ont été relachés qu’aujourd’hui, et disent avoir reçu des coups de la police.

Ce soir, un volontaire de Salam qui discrimine contre les militants a demandé à des migrants, avec un ton menaçant, s’ils étaient “sûrs que No Border c’est bien pour eux.” Ils s’étaient plaint du traitement qu’elle réservait à certains militants No Borders.

Une personne a été arrêtée par les CRS autour de la station d’essence derrière la mairie aux environs de 9h30 du matin. La PAF a arrêté 3 personnes à la gare à 19h40.

Un militant a été suivi et filmé par un fourgon de CRS avançant lentement juste à côté de lui, avec la fenêtre baissée. Un militant a été reconnu et nommé par un officier de la PAF.

5 officiers de la PAF ont rôdé dans le centre commercial au milieu de l’après-midi. Ils vérifiaient les papiers de tous ceux qui avaient l’air étranger, et n’ont pas ennuyé les acheteurs/jeunes.

10 personnes ont été arrêtées dans les rues de Calais dans la soirée. Elles n’ont pas encore été relachées.

Samedi 12 Mars

Ce matin aux alentours de 4h, une descente de police a eu lieu à Africa House. Pour une raison ou pour une autre, potentiellement des nombres insuffisants, la police semble s’être concentrée sur les bâtiments de derrière, et a laissé le reste d’Africa House tranquille. 6 personnes ont été arrêtées.

A Palestine House, 10 officiers CRS ont investi le squat à 7h pour vérifier les papiers d’un groupe imposant de 3 personnes. Une personne a été arrêtée, et relachée quelques heures plus tard. Une autre descente a eu lieu à minuit, 2 personnes ont été arrêtées, y compris la personne arrêtée dans la matinée.

A Africa House, les gens ont pu jouer au foot et apprendre du français dans l’après-midi, sans harcèlement policier. Une fête sans frontières (mais avec système sonore) a été organisée ce soir pour l’anniversaire de quelqu’un.

Vendredi 11 Mars

La jungle Hazara a été attaquée par deux fourgons de la PAF ce matin. Une personne a été arrêtée, parmi les trois qui étaient présents.

Jeudi 10 Mars Grande descente à Africa House, des migrants et des militants avec papiers arrêtés

Une descente conjointe de PAF et de CRS a eu lieu à Africa House aux environs de 8h. Environ 20 migrants ont été arrêtés, ainsi que tous les militants présents, sauf un qui venait juste d’arriver. L’opération a impliqué une trentaine d’officiers de police, et 5 fourgons de ramassage. Ne reculant devant rien pour pourchasser les gens, les policiers ont utilisé un pied-de-biche et une masse pour détruire une porte et rendre le lieu de vie de certaines personnes inhabitable.

Il semble que la plupart des migrants arrêtés avaient des papiers. Nous soupçonnons que les autorités pourraient tenter de les poursuivre pour occupation illégale d’un terrain privé.

Mise à jour: Une source ayant parlé à l’avocat de garde nous a informé que 37 personnes avaient été arrêtées, 27 migrants et 10 militants. Des militants qui sont revenus plus tard dans la journée ont dit que la plupart des migrants avaient été relachés presque immédiatement. Comme nous le soupçonnions, ils reçurent un “rappel à la loi,” accusés dans ce cas d’avoir occupé un terrain privé dans l’intention d’en faire leur domicile. Le rappel déclare que le magistrat a décidé de ne rien faire cette fois-ci, mais si dans une période de trois ans une autre infraction est commise, les gens seront poursuivis au tribunal. Tous les militants ont été relachés.

Palestine House a reçu deux descentes dans la même soirée. Une fois à 20h, où la PAF a arrêté 7 personnes, y compris une personne avec des papiers. Les CRS sont arrivés à 23h, mais n’ont arrêté personne.

Mercredi 9 Mars

Une nouvelle unité de CRS est arrivée en ville, l’unité 61. Aux environs de 8h15, un fourgon solitaire de CRS s’est garé près de l’entrée de devant, et les trois policiers à l’intérieur ont commencé une descente, au milieu d’une profusion de coups de sifflet. Se tenant près de la barricade, ils ont réalisé la futilité d’une descente dans ces conditions, et sont repartis. Personne n’a été arrêté.

Les habitants de Palestine House semblent être les bénéficiaires d’une haine particulière, car nous avons découvert dans l’après-midi que leur drapeau Palestinien avait été déchiré et réduit en morceaux.

Mardi 8 Mars

La jungle Hazara a été attaquée par la PAF dans la matinée. Deux personnes ont été arrêtées et relâchées une heure plus tard seulement. Leurs empreintes ont été prises.

A la distribution de midi, les volontaires de la Belle Etoile ont averti que si les gens continuaient à utiliser la petite ouverture dans la grille juste à côté du portail de devant, la maire pourrait envoyer les CRS dans la zone de distribution.

Les résidents de Palestine House ont montré, à une militante qui est venue dans l’après-midi faire de la réparation de vélo, que plusieurs de leurs roues avaient été crevées au couteau et volées.

Dans l’après-midi, Africa House a reçu la visite d’une voiture de police de la PAF, aux environs de 16h. L’objectif semble avoir été de compter les gens, une fois de plus. Les associations continuent de distribuer des pallettes et du bois chaque jour. Les leçons d’anglais et de français continuent.

Lundi 7 Mars

Africa House n’a pas vu de descente ce matin. Un policier infiltré était garé à quelques pas de l’autre côté de la rue, et a pris des photos des militants. La PAF s’est garée deux fois devant l’entrée pour intimider et moquer les gens, mais elle est repartie peu après.

Une voiture de la PAF est entrée dans Africa House dans l’après-midi, peu avant 16h, conduisant à l’intérieur du bâtiment principal, et comptant le nombre de gens là-bas. Ils ont également déclaré aux migrants qu’ils seraient de retour dans la nuit, pour jouer de la musique à nouveau. Les humanitaires (Salam, puis Secours Catholique) sont entrés dans Africa House pour distribuer des pallettes, et ont défait la barricade soigneusement construite, désignée pour bloquer la police, dans le but d’éviter d’avoir à faire l’effort d’amener le matériel à pied.

Autre part en ville, un migrant avec papiers a été arrêté près de la gare aux environs de 11h. Alors qu’il montait dans le fourgon, il vit que deux autres personnes avaient partagé sa malchance. La personne avec papiers a été relâchée peu après, et dut marcher tout le long du retour, pendant plus d’une heure. Nous ne savons pas si les deux autres personnes ont été relachées.

A 21h30, un van de la PAF est entré dans Africa House pour jouer de la musique bruyante, comme ils l’avaient annoncé.

Samedi 5 Mars

Une fois de plus, la PAF a fait une descente très tard à Palestine House alors que les gens allaient s’endormir, quelque part entre 23h et minuit. Ils n’ont initialement trouvé personne, mais ils ont fini par trouver leur cachette et ont arrêté 6 personnes. Certains étaient revenus pour le repas de midi le jour suivant.

Les leçons d’anglais et de français continuent à Africa House.

Vendredi 4 Mars

Les CRS ont arrêté trois personnes près du centre commercial, y compris une personne qui avait des papiers, et qui a été relâchée presque immédiatement après.

Africa House a reçu une visite très tardive de la PAF aux alentours de minuit-1h. La tactique habituelle d’intimidation qui consiste à rouler dans la cour a été utilisée, avec les phares allumés, avant que la voiture ne reparte. Personne n’a été arrêté.

La PAF a pourchassé les gens le long de l’autoroute alors qu’ils se rendaient à la jungle après la distribution du soir. Personne n’a été arrêté, mais l’autoroute est une chose très dangereuse à traverser quand on s’enfuit. Une jeune femme est morte en tentant d’échapper aux CRS en 2009, parce qu’elle a traversé au mauvais moment.

Mercredi 2 Mars

Une grosse descente a eu lieu sur Africa House ce matin, juste après 9h. La PAF et les CRS ont garé leurs fourgons sur le terrain universitaire derrière Africa House, et 6 fourgonnées de policiers ont sprinté à travers l’entrée de derrière, détenant immédiatement des militants CMS qui sonnaient l’alarme, avant de mener leur chasse aux sans papiers dans tous les coins et recoins.

Les officiers de la PAF étaient visiblement de très mauvaise humeur — les gens se sont faits poussés et bousculés, une des caméras qu’un militant CMS utilisait a été fracassée dans la bagarre.

Plus de 20 personnes ont été arrêtées, y compris un militant et plusieurs mineurs, dont un qui n’avait que 12 ans.

Les militants ont demandé à la police s’ils croyaient vraiment qu’arrêter des enfants était bien — ils ont tous répondu “Oui”

La plupart des arrêtés étaient libres au déjeuner.

Soirée Ciné!

Après beaucoup de bidouillages autour des cables, des batteries de voiture, et de notre nouveau projecteur, des militants CMS ont lancé un cinéma à Palestine House. On a fait du popcorn dans une casserole et un drap blanc a été étendu sur le mur pour la première soirée ciné que Calais a eue depuis longtemps, nous espérons en fait un évènement hebdomadaire. La soirée a bien commencé, Spider Man 3 (sous-titré en Arabe) se trouvant être très populaire.

Les CRS ont fait une apparition juste après minuit mais après un petit incident dans la rue qui n’était pas lié à nous, ils ont décidé de partir, sans faire d’arrestation.

Autres nouvelles — les leçons d’anglais et de français continuent à Africa House et l’endroit a été égayé par la collection toujours grandissante de peintures sur les murs, dans Africa House ainsi qu’aux alentours.

Lundi 28 Février

La PAF a rendu visite très tôt à Africa House, aux environs de 6h15, pour braquer ses torches et ses phares sur des gens qui dorment. Personne n’a été arrêté dans Africa House. Des migrants ont mentionné des arrestations au rond point qui mène au squat. Nous soupçonnons que la PAF fait évacuer les gens avec des tactiques de harcèlement, pour que les CRS puissent les ramasser sur les rues.

Palestine House a été attaquée deux fois aujourd’hui, à 6h du matin où 5 personnes ont été arrêtées, et à minuit où deux ont été arrêtées. Un habitant a remarqué que c’était la troisième fois en trois jours que les CRS attaquaient à minuit.

Dimanche 27 Février

Descente de police très tard à Africa House, 5 Erytréens ont été arrêtés.

Samedi 26 Février

La police est descendue à Palestine House aux alentours de minuit. 3 personnes ont été arrêtées. Deux se sont échappées par la même fenêtre d’où les gens sont tombés, avec des blessures très graves, le 9 février dernier.

Vendredi 25 Février

La nouvelle compagnie de CRS n°44 est arrivée à Calais mercredi. Malgré les difficultés habituelles liées au fait de trouver son chemin dans une nouvelle ville, ils semblent avoir vite appris l’art de la discrimination et du harcèlement sans intérêt.

Ce matin 2 fourgons de la compagnie patrouillaient les rues du centre ville de Calais, s’arrêtant pour poursuivre et vérifier les papiers de quiconque ressemblait à un migrant, càd. des gens qui ont une couleur de peau différente du Calaisien moyen. Quatre officiers ont accosté et poursuivi un jeune homme à toute vitesse sur des centaines de mètres sur une rue s’éloignant du centre. Heureusement, malgré son sac à dos, il était tout simplement trop rapide, même pour des policiers tous frais sortis de leur fourgon bien chaud.

Quelques minutes plus tard, le même fourgon de CRS a arrêté deux personnes sur le pont menant à la distribution, aux environs de 8h30. Au total au moins 6 personnes ont été détenues et enlevées par les deux fourgons de CRS 44 faisant la tournée du centre ville.

Jeudi 24 Février

Palestine House a été attaquée par les CRS à 4h du matin, pour s’en prendre aux gens pendant qu’ils dormaient. 6 personnes ont été arrêtées.

Il a été signalé à CMS que 4 officières de la PAF se sont rendues au squat Africa House aux environs de minuit, et ont informé les gens qui se trouvaient là qu’il ne “valaient rien” et que s’ils n’avaient pas de papiers ils n’avaient aucune chance de rester à Calais. Ce genre de harcèlement, bien qu’apparemment bénin, est délibérément employé pour saper les espoirs de personnes qui vivent déjà dans des circonstances difficiles.

Plus tard dans la soirée les militants CMS ont rencontré des journalistes d’Al Jazeera Tunisie à Africa House. Cette équipe est dans le nord de la France pendant une semaine et a déjà rendu visite à des jungles le long de la côte française.

Mercredi 23 Février

Aux environs de 9h15 ce matin, une descente conjointe sur Africa House a eu lieu. 4 fourgons de CRS et une voiture de la PAF sont arrivées à l’arrière des lieux. Environ 15 personnes ont été arrêtées. Un représentant de la mairie était présent, ainsi que 2 travailleurs, dont un au moins municipal. Une nouvelle compagnie de CRS est en ville: l’unité 44.

Quand le fourgon de la PAF est retourné du centre de rétention de Coquelles à 10h15, il y a eu une brève lutte à l’entrée de Africa House, à la suite de laquelle un Soudanais a été arrêté pour avoir supposément frapper le fourgon d’un coup de pied.

Mardi 22 Février: UNE NOUVELLE MORT A LA FRONTIERE

La presse grand-public informe qu’un homme Afghan de 24 ans est mort alors qu’il était poursuivi par la PAF (la police aux frontières) à Calais, à la suite d’un contrôle de véhicule.

L’homme n’aurait pas vécu dans les squats ou les jungles, mais possédait un passeport Italien et conduisait une voiture à travers la ville au moment du contrôle. Il aurait ensuite été poursuivi par la police avant de sauter dans le canal, où il s’est noyé.

Les médias capitalistes suggèrent que la police le soupçonnait d’être un passeur.

2 Eritréens ont été arrêtés à la gare à 11h par la Gendarmerie, qui sont très rarement impliqués dans le travail de leurs collègues PAF et CRS.

Lundi 21 Février

La Jungle Hazara a été attaquée pendant une heure aujourd’hui. Aucune arrestation. Les CRS cherchaient des tentes à détruire mais n’ont rien pu trouver…

Samedi 19 Février

Une voiture de police pratiquait ses virages en frein à main, en utilisant Africa House comme terrain d’entraînement et les militants CMS comme balises. Un fourgon de la PAF s’est introduit dans Africa House aux environs de 7h30, suivi peu après par la voiture; qui a décidé d’entrer le bâtiment principal tous phares allumés et de faire retentir de l’afro-pop pourrie à travers ses haut-parleurs, dans l’hilarité générale des policiers, et dans le malaise général des habitants endormis.

Mardi 15 Février

Ces derniers jours la PAF et les CRS ont choisi d’éviter les descentes et confrontations stressantes à Africa House où les choses finissent inévitablement en une confrontation entre ceux sur le toît et les officiers venant les arrêter. A la place, ils ont pris l’habitude d’arrêter les gens sur le chemin de la distribution, malgré le fait qu’ils aient des accords avec les associations de ne pas le faire. Les associations ont précédemment envoyé une lettre dénonçant ces actions, mais ils persistent malgré tout. CMS a pris l’habitude d’accompagner les gens à la distribution dans l’optique de s’assurer que les gens soient capables d’avoir accès de la nourriture.

Vendredi 11 Février Une autre grosse descente sur Africa House ce matin, trois arrestations. Un grand nombre de CRS est arrivé des deux côtés, trois fourgons de CRS à l’avant autour de 8h30, cernant les migrants des deux entrées mais la plupart des migrants ont grimpé sur le toît et les CRS n’ont arrêté que cinq personnes. Cependant tout le monde sait à présent à quel point il est dangereux de monter sur le toît!

Jeudi 10 Février UN PALESTINIEN SERIEUSEMENT BLESSE PENDANT UNE DESCENTE SUR AFRICA HOUSE

Il y a eu une autre grosse descente sur Africa House, avec CRS et PAF, qui s’est soldée par 20 arrestations. Un autre homme a été blessé par la faute de la police. L’homme est tombé — il n’a pas sauté comme on l’avait pensé au départ, et a été emmené à toute vitesse à l’hôpital.

Deux d’entre nous sommes allés à l’hôpital rendre visite à l’homme blessé, qui est Palestinien. Il a deux mains blessées, un pied cassé, deux dents cassées et est couvert d’ecchymoses sévères. Il semble aussi être dans un état émotionnel et mental terrible.

Il semble que presque tous les jours à présent quelqu’un tombe à cause de poursuites policières et finit gravement blessé, ou a été frappé par la police — souvent quand personne ne regarde.

Mercredi 9 Janvier: DEUX PALESTINIENS SERIEUSEMENT BLESSES EN ECHAPPANT A LA POLICE

Nous sommes allés à l’hôpital voir deux hommes qui ont été blessés après être tombés du premier étage d’un bâtiment alors qu’ils étaient pourchassés par la police. Ils ont depuis pui ressortir et sont de retour à Palestine House.

De ce que nous pouvons comprendre, les CRS ont fait une descente en milieu de matinée et étaient particulièrement violents. Trois personnes ont été immédiatement arrêtées et deux autres ont essayé de s’échapper en descendant une gouttière donnant sur la rue. La gouttière s’est cassée et les deux sont tombés, avec pour résultat des blessures au visage. L’un des deux a aussi cassé un bras, tandis que l’autre a subi une méchante blessure à la tête, ainsi qu’une ecchymose. Il a aussi deux yeux au beurre noir et un nez cassé mais d’après ses souvenirs, c’était de la police plutôt que de la chûte. Une ambulance a été appelée et ils ont été emmenés à l’hôpital.

Les hommes qui ont été arrêtés ont reçu des coups de la police. La police a blessé un mineur à la main. Il a été relâché presque immédiatement mais a ensuite été ré-arrêté plus tard cette nuit-là.

Nous sommes revenus à Palestine House dans la soirée pendant quelques heures et nous avons préparé de la nourriture parce qu’ils avaient raté leurs repas ce jour-là. Tout le monde semble se porter bien mais il y a beacoup de colère et de frustration, et les deux blessés ont beaucoup de souffrance.

Samedi 5 Février

23h – Une voiture d’officiers de la PAF est entrée à Africa House de l’arrière du bâtiment, et a réveillé tout le monde avec des lampe-torches. Une personne a été arrêtée.

Vendredi 4 Février

22h – Descente de police sur Africa House, 5 personnes ont été arrêtées.

Jeudi 3 Février: GRAND NOMBRE D’ARRESTATIONS A LA DISTRIBUTION

Des policiers à Calais ont récemment été entendus en train de dire que les descentes sur les squats où résident les migrants ne sont tout simplement pas assez efficaces. Dans l’opération conjointe d’aujourd’hui entre la PAF et les CRS, ils ont montré que ce qui fonctionne vraiment pour eux, c’est faire des descentes sur les routes qui entourent la distribution de nourriture avant et après que la nourriture soit distribuée.

Ce matin, les fourgons, les voitures, et les cars de ramassages de CRS et de la PAF, se sont garés des deux côtés de la route où la distribution se trouve, bloquant ainsi toute échappatoire pour les migrants. Alors que les migrants fuyaient la distribution dans chaque directionla police est sortie, a attrapée, attaqué et fourgué les migrants dans les cars. Les volontaires de Salam, qui font la distribution du matin, ont fermé les portails après que tout le monde ait quitté les lieux, bloquant plus encore les possibilités d’échappatoire des migrants. Une fois que tous les migrants de la zone ont été attrapés ou se sont enfuis, les fourgons sont partis et ont commencé à chasser les migrants qui s’étaient échappés. Des groupes de migrants sprintaient ensemble dans toutes les directions et la police les pourchassait dans leurs véhicules, et sont sortis, les ont battus avec leurs matraques et les ont ramenés dans les fourgons.

Un groupe a été pourchassé sur les chemins de fer où un migrant est tombé, avec une jambe blessée. La PAF a commencé à le tabasser sans merci, en disant qu’il faisait semblant.Quand un militant CMS est arrivé avec une caméra les policiers ont changé de comportement, et ont agi comme s’ils aidaient l’homme. Quand leur comédie est devenue trop dure pour leurs âmes fascistes, ils se sont retournés et ont détruit la caméra avant de continuer leur brutalisation, assurés que leur rôle de “protecteur de l’état” était en sécurité. Un migrant était à terre gémissant et criant à cause des frappes qu’il avait reçu mais la police a répété qu’ils faisait semblant et a continué à le frapper hors de la vue de nombreux spectateurs qui regardaient depuis leur fenêtre. Les conducteurs ont baissé leur fenêtre pour mieux voir et ont demandé à la police s’ils pouvaient continuer à rouler. Personne ne s’est senti obligé de faire ou de dire quoi que ce soit à propos de la scène de brutalité policière en face d’eux. L’homme, à présent inconscient, a été tiré dans un fourgon et systématiquement giflé alors qu’il gémissait de douleur. Ses membres n’arrêtaient pas de tomber de sorte qu’ils ne pouvaient pas fermer la porte et cela était apparemment une excuse suffisante pour le frapper à nouveau.

Des fourgons ont été vus en train de se diriger vers Africa House où une descente échouée a eu lieu ce matin par la Compagnie de CRS n°11.

Descente sur Palestine house aux environs de 7h, tout le monde a été arrêté.

La jungle Hazara a été détruite pendant la nuit; plusieurs tentes ont été détruites et deux personnes ont été arrêtées.

Mercredi 2 Février

La PAF et les CRS sont descendues sur Africa House ce matin. CMS était là et s’est assuré que tout le monde avait tout le temps de s’enfuir. Cela a ennuyé les officiers qui ont sorti leur frustration sur les militants. Les gens ont été jetés à terre, frappés au visage et sortis des lieux. Un officier de la PAF était particulièrement aggressif et donc les militants ont essayé de forcer ses camarades officiers à donner son nom et/ou ses coordonnées. Les choses se sont tournées en une confrontation, les militants refusant de donner des papiers jusqu’à ce qu’ils aient son nom. Il n’a jamais été donné, et deux personnes ont été menacées d’arrestation pour avoir gardé leurs passeport pendant un contrôle de police.

Pendant ce temps, à l’intérieur, les autres officiers ont détruit des portes et des escaliers, retirant aux personnes sur le toît un moyen de redescendre dans le bâtiment. Au total, deux personnes ont été arrêtées.

Palestine House a été attaquée par les CRS aux environs de 9h du soir. Des militants CMS se trouvaient être là en train de cuisiner un repas à ce moment-là, et donc ont pu assister à une arrestation et empêcher les CRS d’avoir recours à leur violence habituelle. Hormis la perte d’un ami à la police c’était une soirée magnifique de cuisine Marocaine sur un feu ouvert, et qui s’est terminé parfaitement avec le retour de l’homme arrêté, juste à temps pour manger.

Lundi 31 Janvier

Un garçon Tajik de 12 ans a perdu un doigt alors qu’il sautait par-dessus une grille: la police le pourchassait pendant qu’il essayait de travers et un anneau qu’il portait s’est pris dans la grille. Son frère, qui a 10 ans, est aussi à l’hôpital mais sans blessure. Des militants CMS ont été rendre visite aux garçons et jusque là ils vont bien. Un incident presque identique a eu lieu à l’automne dernier; à nouveau, l’homme a perdu son doigt. Plus d’informations là-dessus plus tard.

Africa House a été attaquée à nouveau ce matin. Il n’y a pas eu d’arrestation, bien que une personne ait été arrêtée hors des locaux. La PAF a essayé de renverser trois militants CMS avec un fourgon de police. Heureusement personne n’a été blessé mais les officiers se sont assurés que leur véhicule n’était pas égratigné, sans se s’embêter à demander si une seule des personnes allait bien…

Samedi 29 Janvier

La jungle Hazara a été attaquée dans la nuit. Deux occupants ont été arrêtés et la police a détruit quelques tentes.

Vendredi 28 Janvier

Ce matin un homme Soudanais de Africa House s’est blessé en tombant pendant qu’il s’échappait de la police et a été emmené à l’hôpital.

Jeudi 27 Janvier

Une autre descente à Africa House, 10 personnes ont été arrêtées.

Vendredi 21 Janvier

Grande descente à Africa House ce matin. La PAF et la nouvelle unité de CRS sont arrivées à l’arrière du bâtiment avec 6 fourgons. Les militants CMS ont immédiatement été enlevés des lieux et n’ont pu que regarder les portes être défoncées, le gas lacrymogène être aspergé, et plus de 20 personnes être arrêtées. Les officiers furent vus en train de s’amuser à grimper sur le toît et n’arrêtaient pas de poser pour des photos avec leurs flingues. Un officier a déclaré aux militants que tout ça était “juste un jeu”.

Jeudi 20 Janvier

Toujours pas de nouvelle des Palestiniens disparus.

De l’équipement de cuisine fut emmené à Palestine House et un grand repas communal fut préparé entre les militants CMS et les habitants de la maison. Tout le monde s’est bien amusé avec de la peinture pour décorer les murs de slogans de liberté en Arabe, Français et Anglais.

Un Palestinien a été arrêté et interrogé par la police sur les No Borders. Il a été à présent relâché.

Une nouvelle compagnie de CRS est arrivée ce soir. Unité 11.

Mercredi 19 Janvier

La PAF s’est rendue deux fois à Africa House ce matin, une fois à 5h et une autre fois à 6h30. Aucune arrestation n’a eu lieu, mais tout le monde a été réveillé par des lampes fourrées sous leur nez.

La police a attaquée la distribution, et pris des tentes que quelques garçons utilisaient. Ils ont aussi pris toutes leurs affaires personnelles, vêtements et papiers d’identité.

Un squat privé a été expulsé, toutes les personnes ont été arrêtées. La maison a ensuite été condamnée.

Un système sonore a été emmené à Palestine House. Les gens ont passé toute la nuit à danser et à échanger des phrases en Arabe et en Anglais. C’était une belle nuit de pas de danse et de destruction des barrières linguistiques.

Mardi 18 JanvierLa PAF est arrivée à Africa House à 7h ce matin et a essayé de se faire un chemin à travers la barricade. Une fois qu’ils ont découvert qu’il était plus simple de sortir de la voiture et de la déplacer à la main, ils ont réussi à entrer. En ce moment il semble que la police s’amuse à jouer et donc au lieu d’essayer d’arrêter des gens ils ont juste conduit à l’intérieur, braqué leurs lumières, et perturbé ceux qui voulaient dormir.

Un homme à Africa House est tombé malade et une ambulance dût être appelée. Au départ ils ont refusé de sortir, mais après le sixième appel des auxiliaires médicaux sont arrivés avec un camion de pompier et l’ont emmené à l’hôpital. Il fut renvoyé plus tard dans la journée avec une boîte de médicaments contre la souffrance, bien qu’il pouvait à peine marcher.

Lundi 17 Janvier

La PAF est allée à Africa House ce matin mais n’a pas fait d’arrestation.

Les leçons d’Anglais et de Français continuent avec beaucoup d’enthousiasme et de présence à Africa House. Les leçons d’aujourd’hui ont pris des heures — jusqu’à ce qu’il fasse trop noir pour qu’on voit le tableau.

Dimanche 16 Janvier

Deux jeunes Palestiniens disparus pendant qu’ils essayaient de traverser

Deux jeunes Palestiniens de 16 et 18 ans ont essayé de traverser vers l’Angleterre en utilisant le Tunnel Eurostar. Deux autres hommes qui étaient avec eux ont été rapidement attrapés par la sécurité, avec un chien. Les deux garçons se sont cachés dans une canalisation d’eau connectée au réservoir. Les deux autres types qui étaient derrière ont vu la scène — l’un d’entre eux a été arrêté et maintenu 24 heures au commissariat, l’autre s’est échappé; ils disent que la sécurité a lâché le chien, et le chien avait une muselière, et ne pouvait pas mordre mais cela a pu mener les garçons à paniquer et fuir plus avant dans la canalisation, où ils ont pu tomber dans l’eau et se noyer. Les pompiers ont cherché le fond du réservoir, mais il y a un grillage dans la canalisation avant qu’elle ne rejoigne ce dernier. Les deux Palestiniens qui étaient avec les deux autres garçons disparus sont allés hier au commissariat de police avec deux volontaires d’associations humanitaires pour fournir des informations, toujours sans nouvelle. Cela fait trois jours que les deux garçons ont disparu. Ils venaient d’arriver à Calais et même les autres Palestiniens ignorent leurs noms.

Un militant CMS a été contrôlé à Carrefour.

Samedi 15 Janvier

La PAF a roulé à grande vitesse dans Africa House, effrayant beaucoup de gens sur le toît, mais elle n’a pas essayé d’arrêter qui que ce soit. Plutôt, ils ont récolté tout le travail artistique qui séchait dans le coin de l’entrepôt, l’ont placé dans leur fourgon et sont repartis en faisant retentir de la musique.

La Jungle Hazara a été attaquée à 12h30. Huit officiers de la PAF ont arrêté trois personnes, y compris un homme avec des papiers et un garçon mineur (qui fut détenu à Coquelles pendant 24 heures).

Vendredi 14 Janvier

Africa House n’a pas été attaquée ce matin mais les CRS y sont allés trois fois, et ont fait semblant de rentrer, et quand les gens ont fui ils sont remonté dans leur fourgon et sont repartis. Ils ont continué à chasser dans les rues où les gens doivent passer pour aller à la distribution de nourriture et ils ont pourchassé un groupe de garçons Pashtus sur leur chemain, pas d’arrestation. La plupart des gens à Africa House ont raté leur petit déjeuner de peur d’être arrêté.

Jeudi 13 Janvier

Au moins cinq personnes ont été arrêtées à Africa House juste avant 8h. La police est entrée à l’arrière du bâtiment et a conduit une petite descente sur les cabines d’enseignement des langues.

La PAF faisait son balayage habituel de la ville, ce matin, lorsqu’elle a reconnu et arrêté un militant CMS dans le centre commercial. Un officier l’a menacé de le frapper, et lui a dit que la police ‘ne voulait pas des Migrants ici.’

Juste après 8h les CRS se sont arrêtés à la gare et ont arrêté quatre personnes Vietnamiennes qui attendaient un train. On leur demanda leurs papiers et ils furent détenus sur le trottoir dehors pendant plus de vingt minutes pendant que la police attendait un fourgon d’arrestation.

Paradise House a été attaquée ce matin à 10h. Nous n’avons pas reçu confirmation de la moindre arrestation.

Mercredi 12 Janvier

Africa house attaquée par la PAF et les CRS ce matin aux environs de 8h. Ils sont arrivés avec 5 fourgons de police, deux voitures, deux fourgons de ramassage, ont fouillé les bâtiments avec des échelles et détruit quelques portes. Au moins 20 arrestations ont eu lieu; tous ceux qui n’ont pas été arrêtés ont été forcés de partir, y compris les militants CMS et les travailleurs humanitaires qui étaient présents. Plusieurs couvertures et des tentes ont été prises par des travailleurs de la ville et ils ont détruit la petite barricade au bulldozer, qui était à l’entrée pour ralentir la police. Après la sortie de la police, les gens sont revenus et tous les arrêtés ont été relâchés plus tard dans la journée.

Pour réhausser les esprits, de la peinture, des brosses et de grands rouleaux de papiers furent amenés à Africa House et certains des résidents les plus créatifs ont peint de belles images, de la poésie, et des slogans de liberté et d’amour.Les CRS ont rodé dans les rues, et arrêté des gens au hasard, dans la rue, à la gare, etc. La PAF a brisé l’accord avec les associations et arrêté un homme devant le portail de la distribution du soir. Après une petite bagarre avec les militants CMS et certains des travailleurs humanitaires, la PAF a reconduit l’homme au centre de rétention de Coquelles où il fut détenu pendant 20 minutes, ses empreintes prises, et ensuite il fut relâché.

Le squat Iranien a été fermé et condamné, les habitants forcés de dormir dans la rue, sous la pluie.

Mardi 11 Janvier

7h30 – Palestine House a été attaquée ce matin et six personnes ont été arrêtées.

Lundi 10 Janvier

Il n’y a pas eu de petit déjeuner ce matin à la distribution de Salam. CMS a distribué des pâtisseries, du pain, et des sandwichs mais la plupart des gens ont eu faim jusqu’à la distribution du midi.

La jungle Kurde a été attaquée la nuit, 5 arrestations au moins, peut-être plus. La maison Iranienne a aussi été attaquée, et tout le monde a été arrêté, et juste après avoir été relâchés, ils ont été arrêtés à nouveau. Il semble que le sommeil n’est qu’un privilège pour les personnes avec papiers.

Dimanche 9 Janvier

La Jungle Hazara a été attaquée la nuit, et deux arrestations ont été faites.

Vendredi 7 Janvier

Il semble que la police ait répandu une rumeur parmi les Migrants que la Grande-Bretagne est fermée pour les réfugiés et qu’il n’y a plus d’asile à donner.

Aucune descente sur Africa House ce matin mais la maison Iranienne a reçu une visite de la PAF et tout le monde a été expulsé dans la rue. La police rode dans les rues pour ramasser des gens. Beaucoup d’Africains et d’Afghans, certains qui ont 10 ans, sont constamment arrêtés et ré-arrêtés toute la journée.

Jeudi 6 Janvier

L’abri anti-froid du BCMO est maintenant fermé parce que la température est montée au-dessus du gel aujourd’hui. Elle est redescendue depuis, mais aucun signe de la réouverture de l’abri. CMS et toutes les autres associations ont été très occupés à essayer désespérément de trouver des abris, des couvertures, des tentes, et des vêtements imperméables pour toutes les personnes qui dorment à présent dans la rue.

Mercredi 5 Janvier

Africa House attaquée ce matin, tous les militants CMS arrêtés.

8h – La PAF et les CRS ont mené une opération jointe, entrant dans la propriété de devant et de derrière. Les militants ont été immédiatement bousculés dans un coin et fouillés méticuleusement. Malgré les protestations, les officiers masculins ont fouillé les militantes. Tout le monde a été menotté et arrêté sans explication. La police semblait perplexe que si peu de militants étaient présents sur le terrain ce matin et ont demandé ce qui était arrivé à des militants particuliers en donnant leur nom…

Avant que les militants ne soient conduits à l’hôtel de police ils ont repéré sept arrestations de Migrants et ce qui ressemblait à une expulsion complète de Africa House. A leur arrivée au centre de rétention de Coquelles, CMS était presque les seuls personnes en détention, mais à 13h les cellules étaient pleines, principalement de Migrants Africains. A 16h la plupart des migrants avaient été relâchés mais CMS était toujours là, les oreilles résonnant avec les menaces policières d’emprisonnement. Toute l’opération à Coquelles était très peu professionnelle, les entretiens menés dans des bureaux très occupés. Un militant a été bloqué dans des WC et oublié là. Tous les militants ont été relâchés vers 19h.

Mardi 4 Janvier

Une journée relativement calme à Calais pour tout le monde. Pas trop de police dans la rue, seulement quelques arrestations toute la journée. Les militants CMS ont pu reprendre la distribution habituelle de chaussures, de couvertures, et de carte SIM. Une leçon très suivie et très vivante a eu lieu à Africa House (aujourd’hui, les verbes irréguliers) qui a impliqué beaucoup de rires, les militants ayant à mimer toute sorte d’étranges actions!

Lundi 3 Janvier

Des officiers de la PAF dans deux voitures sont arrivés à Africa House ce matin, et ont décidé qu’au lieu de faire une descente sur les Sans-Papiers ils frapperaient les militants CMS qui étaient en veille. Des matraques, des poings et des bottes furent utilisés, les militants étant jetés à terre, claqués contre les murs et étouffés. Une militante a reçu un coup de pied à l’estomac, un coup de matraque sur la tête, et a été jetée à terre, et étranglée pour avoir tenté d’empêcher un officier de frapper quelqu’un. Deux autres militants ont reçu des coups au visage et jeté sur la route pour avoir sifflé — l’officier (après avoir détruit le sifflet délictueux) a remarqué que nous utilisions nos sifflets et que nous réveillions tout le monde dans la rue tous les matins et que ce n’était pas bien. Il semblait oublier le fait qu’il vient à Africa House tous les matins pour réveiller les gens et les arrêter, j’imagine que cela est une nouvelle preuve de la mentalité de la police française — les Migrants ne sont pas des gens à leurs yeux.

Les CRS ont passé la matinée à marauder et ont fait plusieurs arrestations de Migrants Africains qui revenaient à Africa House depuis la distribution. Ils ont ensuite suivi et tenté d’arrêter des gens qui marchaient vers les jungles près du port, trois personnes ont été poursuivies à pied et ont grimpé la grille qui mène à la zone de distribution des repas. Les CRS ont suivi et escaladé les grilles, attrapant et arrêtant deux personnes, un type a réussi à sortir de l’autre côté et à se cacher dans un jardin, la police est passée plusieurs fois et ne l’a pas remarqué, mais malheureusement il n’a pas réussi à s’enfuir, une passante ayant appelé la police pour montrer où il se cachait. Un militant CMS s’est fait arrêté alors qu’il essayait d’intervenir dans la fuite des gens; il fut relâché quatre heures plus tard après un contrôle d’identité complet à Coquelles avec tous les autres Sans-Papiers.

Dimanche 2 Janvier

Tout le monde a reçu une surprise – nous y compris – lorsqu’il est apparu que le fil barbelé de la distribution du matin (qui couvre habituellement le haut des grillages, et transforme un endroit pour des repas en une prison) avait été retiré des grilles et placés dans les grosses poubelles pendant la nuit. Les militants CMS avec l’aide de quelques Afghans athlétiques ont ensuite décoré les grilles avec des banderoles en anglais, arabe, et français, pour souhaiter à tout le monde une “Bonne année – libre de toutes frontières!

Les leçons d’anglais continuent très fort à Africa House et elles sont à présent rejointes par des séances d’art. Etre capable de se laisser aller à Calais est très important et donc l’arrivée d’un système sonore portable a été très populaire, surtout avec les jeunes garçons Afghans qui se sont amusés à montrer leurs pas de danse. Cette nuit la musique fut emmenée au BCMO où en quelques minutes une vingtaine de personnes frappaient des mains tandis qu’un jeune garçon Afghan dançait. Les CRS ont fait une apparition mais personne ne s’est enfui, ils ont juste applaudi et acclamé plus fort, et les CRS ont continué.

Samedi 1er Janvier (Nouvelle Année)

La distribution du midi fut servie par l’Auberge des Migrants, qui a décidé, pour améliorer l’humeur en plaçant des nappes par dessus les poubelles. Un groupe de Samba est venu d’Allemagne pour jouer de la super musique et les gens ont dansé. Une minute après que CMS les ait prévenu, le groupe de Samba est sorti dans la rue et (avec des banderoles venues de nulle part) il s’est transformé en une petite manifestation sonore du nouvel an, procédant à travers la ville vers le centre commercial. Les habitants nous ont regardé avec des sourires et des encouragements et le petit groupe de militants et de migrants a été rejoint par une passante qui a arrêté sa voiture et laissé son mari et ses enfants– le point levé et chantant très haut! La petite troupe de personnes pacifiques et colorées s’est arrêtée au centre commercial et une banderole a été suspendue depuis les décorations de noël, proclamant — les droits de l’homme n’ont pas de frontières! Quelques instants après avoir suspendu la banderole, la police est arrivée et les officiers se mirent des casques anti-émeute et à sortir des matraques. Tout le monde s’est éparpillé, et la police s’est mise à la chasse. Deux militants ont été coincés dans une allée et étranglés par la police, la banderole arrachée de leurs mains. Deux autres ont été contrôlés et relâchés — personne d’autre n’a été attrapé.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s