What we do / Ce que nous faisons

Calais Migrant Solidarity have been doing solidarity work with some of the hundreds of migrants in Calais on a daily basis since June 2009.

There are currently (in September 2014) over 1,500 migrants in Calais, after a dramatic increase in numbers over the last 6 months. Repression in the form of evictions, police brutality, violence and arrests are still a very real and constant threat for those who trying to cross the border here.

Following the No Borders Camp in June 2009, French, British, Belgian, Dutch, German and Italian activists set up a permanent presence in Calais. We do a variety of activities, aimed at showing resistance to the police harassment of migrants, raising awareness about the situation in Calais, showing solidarity with the migrants, as well as simply trying to make people’s lives easier. We are overtly political and in the long run we aim to build a stronger transnational movement against migration controls, comprised of those with and those without papers.

Work we are doing in Calais:

  • Monitoring police activity, and directly intervening in the daily raids and arrests. These can be very successful at times, as we can alert people in advance and give them time to get away. This activity works best with more people and by being in communication with those who live in the squats or camps.
  • Squatting has been a big focus, as it is a complete necessity. There are many empty buildings around the city and it is always a useful thing to be working on.
  • Working with the migrants to hold public protests and take direct action.

In February 2010, we were involved in organising a rented warehouse for migrants and activists. This coincided with one of the longest and coldest winters in Western Europe in recent history. It also came at a time where the Franco-British policy of driving migrants away from the port by persistently destroying tents and indeed anything that resembled a shelter was in full swing. 75-100 migrants and half a dozen to a dozen activists broke through police lines to access the legally occupied shelter and everyone had a warmer night’s sleep. However, determined, the French police evicted the legally rented space the following day.

There are many other examples of this herehere and here

  • Distribution of water, blankets, tents and firewood. However, we favour solidarity over pure charity. This means that we strive to do ‘humanitarian’ work in an empowering and migrant-led way. For example, we often live and prepare food with migrants rather than just hand it out.
  • Doing outreach with the local community to try to get more Calais residents involved in challenging the repression and to show solidarity; through posters, stalls, leaflets, etc,
  • Giving out information, such as legal information on the situation for migrants in France and in the UK, and holding English and first aid classes.

“I can’t come to Calais, but I want to help….”

There is a huge amount that can be done beyond Calais, both to support the ongoing  work here, and in the form of solidarity actions. We are always looking for people to help with the following – if you can help please contact us:

  • Fundraising and information nights to raise awareness and pass on much needed funds. Click here to donate.
  • Regional autonomous support for people who have made it across to the UK and are seeking asylum, especially for minors.
  • Generally making people aware of the situation in Calais; putting journalists and NGOs in touch with us
  • Donating tents, blankets, clothes, bikes etc.
  • Providing support for people who have been in Calais – whether for a short time or if people are working in Calais over a long period what you see and witness is very affecting and people need to have a chance to try and make sense of what they experience. This can happen face-to-face or by phone or email. See activist trauma support.

Please let us know details of solidarity actions by using the email:

***

CE QUE NOUS FAISONS

Calais Migrant Solidarity travaille en solidarité avec bon nombre des centaines de migrants qui vivent à Calais, sur une base quotidienne, depuis juin 2009.

Il y a actuellement autour de 200 migrants à Calais, dormant dans les rues et sujets à une chasse à l’homme policière, des arrestations et des violences physiques régulières. Toute tentative d’ériger des abris est rapidement piétinée. La répression est rude, mais le dynamisme du mouvement de résistance est inspirant.

Suivant le camp No Border en juin 2009, des activistes français, anglais, belges, néerlandais, allemands et italiens, ont jeté les bases d’une présence permanente dans cette ville. Nous réalisons un ensemble d’activités variées qui a pour but de construire la résistance face aux agressions policières, d’éveiller les consciences sur la situation calaisienne, de montrer notre solidarité avec les migrants, et tout simplement d’essayer de rendre la vie des gens un peu plus facile. Nous sommes un collectif ouvertement politique, et sur le long terme nous visons la construction d’un puissant mouvement contre les contrôles migratoires, incluant ceux avec ou sans papiers.

Le travail que nous faisons à Calais :

Encadrer l’activité policière et intervenir directement dans les raids journaliers et les arrestations. Cela peut être très efficace certaines fois étant donné que nous arrivons à avertir les gens en avance, leur laissant ainsi le temps de s’échapper. Cette activité fonctionne mieux avec un large nombre de personnes.

Travailler avec les migrants pour organiser des manifestations et des actions directes. En février 2010, nous nous sommes impliqués dans la location d’un entrepôt pour migrants et activistes. Ceci a coïncidé avec l’un des plus longs et froids hivers dans l’histoire récente de l’Europe de l’ouest. Cette action s’est aussi inscrite au cours d’une période où la politique franco-britannique qui consistait à chasser les migrants des ports en détruisant continuellement leurs tentes et tout ce qui ressemblait à un abri, était en plein essor.

75-100 migrants accompagnés d’une demi-douzaine à une douzaine d’activistes ont fait une percée dans les lignes de la police afin d’accéder à l’abri légalement occupé, et tout le monde a ainsi connu une chaude nuit de sommeil. Cependant, avec l’obstination qu’on leur connait bien, la police française a évacué l’espace légalement loué le jour suivant.

Distribution d’eau, de couvertures, de tentes, et de bois de chauffe. Néanmoins, nous privilégions la solidarité à la charité pure. Cela signifie que nous essayons d’orienter le travail humanitaire de manière à ce qu’il soit le plus possible effectué en collaboration et selon la direction choisie par les migrants. Par exemple, nous vivons et préparons souvent la nourriture avec eux plutôt que de simplement la leur tendre.

Faire du travail de proximité avec les communautés locales afin d’impliquer plus de Calaisiens dans la lutte contre la répression et les manifestations de solidarité; à travers de l’affichage, des tables, des tracts, etc.

Donner des informations, telles que des infos juridiques sur la situation des migrants en France et au Royaume-Uni. Assurer des cours d’anglais, de français, et des leçons de premier secours, apporter un support émotionnel, donner des tentes, des couvertures, des cartes sim pour que les personnes puissent appeler leurs proches, des livres d’anglais, amener du matériel de sport (ballons de football…). Emmener l’eau et le bois de chauffe dans les différents squats. Rendre visite aux prisonniers dans le centre de rétention de Coquelle….

” Je ne peux pas venir à Calais mais je veux aider…”

Un grand nombre de choses peut être fait en dehors de Calais pour supporter le travail sur le terrain et dans la continuité des actions solidaires. Nous sommes en permanence à la recherche de personnes qui peuvent aider pour les tâches suivantes, si vous en avez la possibilité, contactez-nous s’ils vous plait :

* Chercher des financements et organiser des nuits d’information pour éveiller les consciences et récolter des fonds.
* Des soutiens régionaux autonomes pour les personnes qui ont réussi à atteindre l’Angleterre et qui demandent l’asile, en particulier pour les mineurs.
* Faire en sorte que les gens en général soient au courant de la situation calaisienne, mettre les journalistes et les ONG en contact avec nous.
* Donner des tentes, des couvertures, des vélos, des vêtements…
* Apporter du soutien aux personnes qui ont été à Calais, que ce soit pour une courte période ou sur la longue durée, ce dont les gens sont témoins est très éprouvant, et ils ont besoin d’avoir la chance d’essayer de donner du sens à cette expérience. Cela peut se passer par des rencontres, par téléphone ou par e mail. Voir le guide de soutien aux activistes traumatisés.

S’il vous plait, publiez les détails des actions de solidarité sur l’un des sites suivants :

Brighton

https://publish.indymedia.org.uk/en/2009/09/438549.html

Bristol

http://bristol.indymedia.org/article/691024

Cardiff

http://www.indymedia.org.uk/en/2009/09/438572.html

Ecosse

https://publish.indymedia.org.uk/en/2009/09/438524.html

Manchester

http://www.indymedia.org.uk/en/regions/manchester/2009/09/438177.html

Londres

http://www.indymedia.org.uk