Demonstration in Calais 12th July

Never again ?!

We thought that we had witnessed the worst in 2009 with the destruction of the Afghan jungle; the mass arrest of 278 of its inhabitants and their coordinated detention across the whole of France. However, this Wednesday 2 July 2014 the state showed how much further it can go. At 6am the CRS, PAF, Gendarme, and the Police Nationale undertook massive coordinated evictions and raids against the migrant population of Calais.

Using the cover of an eviction operation with an undisclosed date, 600 migrants were pepper sprayed, insulted, humiliated, terrorised, and detained. All witnesses of the eviction were violently removed from the site of the arrests. They were escorted onto buses and driven out of Calais, without having the least idea of their final destination. 200 people are still in detention centres, and those who were lucky enough to have been released, came out traumatised.

This show of force by the police is a result of a wish to disperse migrants so that they give up on their desire to travel to the country of their choice. It is an operation which reminds us of previous fascist periods, that generations have promised to no longer accept. We must re-mobilise a resistance.

Today in Calais, once again, migrants are being chased from the town. The majority of people are now in the peripheries – in places where police harrassment can be enacted to its fullest, where there is no-one to witness it. This situation sets us back 10 years, and we cannot accept that the many gains we have fought for, are being swept away.

We call upon everybody to come to Calais to oppose this unprecidented wave of oppression.

Come to Place d’Armes at 2pm on Saturday the 12th of July, for a demonstration against mass roundups and in solidarity with those detained and evicted.

And stay for the following days to construct a collective response so that this form of opression does not return to being the norm

Expulsion massive à calais, 600 personnes interpellées !

Pentax Digital Camera

A six heure du matin, gendarmes mobiles, CRS, PAF, ont expulsé les squats rue massena, rue de vic et rue auber, où plus de 70 personnes vivaient depuis plusieurs mois.

Dans le même temps, les mêmes flics ont encerclé le lieu de distribution et ont procédé à son évacuation . Il était occupé depuis le 28 mai dernier par plus de 500 personnes qui  y avaient trouvéEs refuge, après l’expulsion de trois campements.

Toutes les portes et sorties de SALAM (lieu de distribution) étaient bloquées par les flics et des gaz lacrymogènes ont été utilisé pour empêcher les migrantEs de s’échapper.

Une vingtaine de femmes avec leurs enfants dormaient à SALAM. Plus d’une centaine de mineurEs étaient aussi sur les lieux et ont subit cette opération policière.

Tout ce qui servait d’abris et de couchage aux personnes qui y dormaient ont été détruit.

Les activistes, militantEs, associations présentes ont été rapidement éloignéEs pour les empêcher de s’interposer ou d’être témoins de ce qui se passait sur le lieu d’intervention. Les journalistes ont elleux aussi eu ordre de quitter les lieux. L’évacuation  s’est donc déroulée loin de tous regards.

Environ 300 personnes ont alors été encerclées et emmenées à l’aide de bus dans différents centres de rétention. A coquelle (à côté de Calais), à Lille-Lesquin, au Mesnil-Amelot (banlieue parisienne) ainsi qu’à Rennes. De nombreux déplacement de détenus avait eu lieu auparavant pour libérer de la place dans les centres les plus proches de Calais en préparation de cette opération.

Les mineurEs (soudanaisES et érythréenNEs pour la plupart) ont été emmenéEs dans un camp à Boulogne-sur-mer.

Nous avons peur que ces expulsions soient suivies par des déportations massives dans d’autres pays d’europe, voir dans les pays d’origine des personnes concernées.

Ce type d’opération sont souvent suivies par des déportations ciblées dans le but de nettoyer Calais de la présence des migrantEs et réfugiéEs et d’imposer la peur aux communautés ciblées. En 2009 après l’expulsion de la jungle afghane les autorités françaises ont organisées la déportation massive d’afghans par charter. Entre 2012 et 2013 la communauté soudanaise a du elle faire face à de nombreuses tentatives de déportations après l’expulsions de certains de leurs camps. C’est une stratégie pour faire partir d’elles même les personnes sur place et éviter que d’autres arrivent.

Le mois dernier, un trentaine des personnes qui avaient trouvé refuge à SALAM ont mené une grève de la faim de plusieurs semaines pour protester contre le harcèlement policier et les expulsions répétées.

L’expulsion du 2 Juillet a elle été autorisée par une décision de la court de Lille le 27 Juin dernier. La municipalité, dirigée par la maire UMP Natacha bouchart et qui depuis des années essaie de se débarrasser de la présence des migrantEs dans SA ville, a saisie l’opportunité d’agir vite afin de détruire le dernier refuge des migrantEs à Calais.

Pendant cette opération, trois personnes ont été arrêté pour des actes de rébellion. Le président de l’association SALAM, unE membre de l’association l’Auberge des Migrant(e)s et une personne en lien avec le réseau No Borders.

EXISTER C’EST RÉSISTER :

Du Sahara, en passant part la Méditerranée, pour arriver à Calais et tenter le passage vers l’Angleterre, les personnes qui n’ont pas le privilège de pouvoir traverser les frontières par des moyens légaux, risquent leur vies. Depuis le début de l’année, au moins huit personnes sont décédées à Calais.

BESOIN DE SOUTIENT !

Soyez créatives en solidarité avec les migrantEs et activistes de Calais, où que vous soyez ! Si vous ne pouvez pas venir sur place, informez les genTEs autour de vous, faites de flys et des banderoles (les préfectures, centre de rétention font de très beau supports !), récupérer des tentes, sac de couchage, etc… et faites les nous parvenir en envoyant vos potes à Calais !

et continuez la lutte quotidienne contre les contrôles racistes partout où vous les voyez (si vous ne les voyez pas, ouvrez les yeux ! ) 

Liberté de circulation pour toutes – le monde des frontières doit tomber !!

Des reportages et retranscriptions des expulsions :

http://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/07/02/expulsions-a-calais-nouvelles-infos/

http://fr.squat.net/2014/07/02/calais-un-matin-quatre-expulsions/#more-29042

http://www.bbc.com/news/world-europe-28123261

http://www.liberation.fr/societe/2014/07/02/la-police-demantele-le-plus-grand-camp-de-refugies-de-calais_1055403

Mass evictions of over six-hundred people across Calais!

At 6am this morning CRS riot cops and PAF border police accompanied by gendarmes evicted three squats – on Rue Massena, Rue de Vic et Rue Auber – which were housing over 70 people for several months.

At the same time, the three police forces surrounded SALAM, a food distribution point, and violently evicted over 500 people who had moved to sleeping there since the eviction and destruction of three of their camps a month ago.

All exits of the gated concrete yard of SALAM were blocked by the police and tear gas was used to prevent people from escaping.

Over twenty women and ten children were sleeping at SALAM this morning when the cops came, and another hundred+ minors were swept up in the police operation during the day.

All of people’s means of shelter were destroyed.

‘Activists’, associations and journalists were quickly separated to stop people intervening or bearing witness, so the eviction could happen out of sight.

Over 300 people were rounded up and taken away by coaches to detention centres in Coquelles (in Calais), Lille–Lesquin and le Mesnil–Amelot (near Paris). It seems many transfers of detainees across France had already been made to open up space in detention centres nearer Calais in preparation for today’s eviction.

Minors (including fifty from Sudan and Eritrea) were taken to a camp in Boulogne-sur-Mer.

Dozens of people tried to stop the coaches taking people to the detention centres by blockading the road as the coaches were trying to exit out of SALAM.

People fear these evictions will be followed by mass deportations to areas within and outside of Europe.

Big operations like this are often accompanied by targeted deportations as a method to clear Calais of migrants and refugees and incite fear into wider communities; so that more people leave and to ‘deter’ more people from coming; like the charter flights arranged for mass deportations of Afghans in 2009, or the attempted deportations of Sudanese during large eviction sweeps in 2012 and 2013.

Last month over thirty people occupying SALAM spent weeks on hunger-strike in protest against the constant police harassment and
repeated evictions. Many people moved to sleeping outside at SALAM in response to a large police operation on 28th May that saw hundreds of people evicted across three make-shift camps built up around the French port.

The latest eviction was authorized by a court order in Lille only days ago on June 27th. The Town Hall, under the direction of right-wing Mayor Natasha Bouchart who has spent many years hell-bent on trying to rid migrants from Calais, took the opportunity to move quickly to destroy the new camp.

At least three people were arrested for ‘rebellion’ during the eviction; the president of SALAM, a member of the Auberge des Migrants and a person associated with No Borders.

TO EXIST IS TO RESIST

From the Sahara to the Mediterranean through to Calais, people who are not privileged with a legal way to pass have to risk their lives to cross borders. This year there has been at least eight known deaths as a result of the conditions of the Calais border.

PLEASE COME AND SUPPORT!

Lets be creative and in solidarity with the people in Calais, from wherever you are. If you cannot go to Calais, inform people, make flyers and banners, collect tents and send them with your friends to Calais!

…and continue the daily fight againt these racist controls wherever you find them!
Free movement for all – the border regimes must fall!

Some reports on the eviction:

http://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/07/02/expulsions-a-calais-nouvelles-infos/

http://fr.squat.net/2014/07/02/calais-un-matin-quatre-expulsions/#more-29042

http://www.bbc.com/news/world-europe-28123261

http://www.liberation.fr/societe/2014/07/02/la-police-demantele-le-plus-grand-camp-de-refugies-de-calais_1055403

Contre la mise à la rue de plusieurs centaines d’exilé.e.s à Calais et les expulsions illégales incessantes : appel à résistance !

*A partager et à faire tourner sur tous les réseaux et sites en ligne.


Situation urgente à Calais !

Menace d’évacuation imminente du campement du lieu de distribution alimentaire et des trois squats d’habitation !

Le 27 Mai, les trois campements, obtenus par les exilé.e.s en lutte après de longues séries d’expulsions et de harcèlement, abritant plus de 700 personnes, ont été détruits par la police sans qu’aucune solution n’aie été proposée pour les personnes en transit. Un grand nombre de personnes expulsées se sont réfugiées dans l’espace de distribution alimentaire qu’elles ont pu investir après avoir repoussé à plusieurs reprises les assauts de la gendarmerie mobile. Ils y ont reconstruit des abris de tentes pour les plus chanceux, tandis que beaucoup dorment à même le sol.

Aujourd’hui ce sont plus de 500 personnes, hommes, femmes et enfants, qui y vivent et qui sont à nouveau menacées d’expulsion. En effet, suite à une plainte déposée par la mairie de Calais, le tribunal a, depuis vendredi, autorisé l’expulsion qui peut à présent arriver à tout moment. Depuis le 30 mai, trois autres lieux de vie des migrant.e.s, abritant plus d’une centaine de personnes, sont également menacés.

Dans cette ville de passage pour l’Angleterre, le squat est aujourd’hui la seule solution d’hébergement qui existe. C’est aussi un outil de lutte et de résistance pour protéger les exilé.e.s des violences et du harcèlement policier qu’ils.elles subissent dans les campements et dans la ville. Cependant le droit de squatter est en permanence bafoué par les divers acteurs sécuritaires et la ville de Calais, dont la maire s’est récemment illustrée par une proposition de loi pour faire passer le délit de flagrance de 48 h à 96 h et autoriser la mairie à se substituer au propriétaire pour engager une procédure d’expulsion si celui-ci reste introuvable. Tous les futurs squats de France sont ainsi mis en danger par cette loi.

Au cours de ces trois dernières semaines à Calais, deux expulsions illégales ont encore eu lieu, la dernière en date, ce dimanche 29 juin, ayant été réalisée en dépit de la remise aux forces de police et au propriétaire d’un contrat Edf et d’une facture (reçue par la poste au domicile expulsé) datant respectivement du 21 et du 25 juin. Les violations incessantes de la loi qui ont lieu dans cette ville concernent tout.e.s ceux et celles qui se battent pour le respect du droit au logement pour tous et toutes quelles que soient leurs origines. Si nous laissons les autorités se permettre de telles exactions ici, plus rien ne les retient de les perpétrer arbitrairement ailleurs.

 

Pour que cesse à Calais ce jeu du chat et de la souris qui dure depuis des années à coup d’expulsions incessantes sans solution de relogement

Pour réaffirmer notre droit à un logement digne pour tous et toutes quelles que soient nos origines

Contre cette proposition de loi et ces pratiques arbitraires :

 

Nous appelons tous.tes les squatteurs.ses, militant.e.s, groupes d’affinités déjà formés, etc… à venir combattre cette proposition de loi là où elle est née, à Calais, pour faire barrage à cette atteinte grave au droit au logement. .

Nous appelons toutes les volontés, à venir résister à ces expulsions, et à squatter de nouveaux bâtiments vides à Calais.

Venez tous et toutes soutenir la lutte à Calais !

 

Ps : il est préférable que les personnes ou groupes qui arrivent à Calais essaient d’être autonomes dans l’hébergement nous n’avons, pour le moment, pas la garantie d’être en capacité de loger tous et toutes les activistes.

 

Contacts :

http://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/

06 45 46 59 86 ( intérieur de la France)
00 33 6 45 46 59 86 ( extérieur de la  France)

calaisolidarity@gmail.com

 

Message from the hunger-strikers / message de la grève de la faim

Demande des grévistes de la faim du lieu de distribution alimentaire de Calais aux gouvernements Français et Anglais.

Tout d’abord, nous voulons dire que nous respectons toutes les associations et tous les collectifs qui nous ont aidé au cours de notre parcours. Nous nous adressons une fois de plus au gouvernement français et anglais comme nous l’avons déjà fait, et le répétons à nouveau.

Nous, les personnes en grève de la faim, nous voulons et nous demandons l’accès à un statut légal, à des papiers, qu’ils nous soient donnés par le gouvernement Français ou Anglais.

Nous espérons que ces gouvernements vont prendre en considération notre problème et le solutionner. Si le gouvernement Français ou Anglais ne prend pas en considération notre situation, nous, les grévistes de la faim, nous ne stopperons pas notre grève et certains d’entre nous pourraient s’immoler par le feu dans le centre de Calais.

Nous faisons la grève de la faim pour trouver une solution au fondement de notre problème, c’est pourquoi nous voulons que les gouvernements Français et Anglais nous donnent une réponse positive.

Vous pouvez nous joindre au : 07 53 93 21 53 (la personne qui répondra au téléphone parle anglais)

***
Request to the French and British authorities from the people on hunger strike in the place of food distribution of Calais

At first, we respect all associations and groups that helped us in our journey. Once again, we want to ask one more time the French and the English government to listen to us as we already did, and we repeat it again.

Us, the persons on hunger strike, we want and we ask to have access to a legal status, to documents, from the English or the French governments.

We hope that these governments will acknowledge our problem and find a solution for it. If the French or the British government do not take in consideration our problem, us, the people on hunger strike will not stop the strike and also some of us may set fire to themselves in the center of Calais.

We are on hunger strike to find a solution to the base of our problem, that’s why we want the french and british government to give us a positive answer.

You can join us if you call this number : 0033753932153 (the person who will answer speaks english)